croyable

croyable

[ krwajabl] adj.
Qui peut être cru : Ce n'est pas croyable ! imaginable, vraisemblable ; incroyable

croyable

(kʀwajabl)
adjectif
incroyable que l'on peut croire Ce n'est pas croyable !

CROYABLE

(kro-ia-bl' ; d'autres disent kroi-ia-bl') adj.
Digne d'être cru, en parlant des personnes et des choses.
J'ai voulu être hardi quelquefois, afin d'être croyable toujours [BALZ., à Richelieu.]
J'entre en des sentiments qui ne sont pas croyables [CORN., Poly. III, 5]
Ô toi qui me connais, te sembloit-il croyable Que.... ? [RAC., Phèd. II, 1]
Les dix seigneurs qui étaient avec le dauphin étaient aussi croyables que les dix qui avaient accompagné le duc de Bourgogne [ST-FOIX, Ess. Paris, Œuvres, t. V, p. 202, dans POUGENS]
On ne croirait pas ces choses, si tout n'était pas croyable de la part d'un homme en démence qui voulait passer pour Dieu [CONDILLAC, Hist. anc. II, 10]
Mais peut-être que vous avez jugé que cette fortune était tellement au delà de ce que je devais espérer, qu'il vous fallait avec loisir chercher des termes pour me la rendre croyable [VOIT., Lett. 1]
Substantivement.
Tout renchérit au delà du croyable, tandis qu'il ne restait plus de quoi acheter au meilleur marché [SAINT-SIMON, 223, 261]

REMARQUE

  • Il est croyable que.... veut l'indicatif : Il est croyable que cela est ainsi. Il n'est pas croyable que.... Est-il croyable que.... veut le subjonctif : Il n'est pas croyable que cela soit ainsi. Avec l'imparfait et la négation ou l'interrogation, le verbe suivant se met également à l'indicatif ; mais il peut se mettre aussi au conditionnel : Il était croyable, il n'était pas croyable, était-il croyable, n'était-il pas croyable que vous iriez dans cet endroit, que vous feriez une telle chose ?

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li tuen testimonie [témoignages] credable fait sunt mult [, Liber psalm. p. 136]
  • XIIIe s.
    Quiconques veut estre boucliers d'archal à Paris, estre le puet, por tant que il se face creable par devant le prevost de Paris que il soit preudome et loial [, Liv. des mét. 59]
    Et à cel recort soufist une seule personne creable et envoïe de par le [la] cort ou uns serjans serementés [BEAUMANOIR, IX, 6]
    Et s'il ensonioit [s'excusait], et li sires requeroit qu'il se feist creavles de l'ensoine, il le feroit [ID., LXVII]
    On doit regarder li quel tesmong sunt plus creable et de mellor renommée [ID., XL, 36]
    Se home u feme venoit avant, qui se fesist creaule que ce fust sien [l'objet mis en gage], il le raveroit quitement [TAILLAR, Recueil, p. 227]
    Car se li faus traïstres pooit estre veables [visible], De rien qu'il en ostast ne seroit jà creables [J. DE MEUNG, Test. 1779]
  • XIVe s.
    Et celui qui noie [nie] ceste raison, il ne a pas paroles plus croyables [ORESME, Eth. 296]
    Je trouve ches aucuns aucteurs, et ce est plus creable.... [BERCHEURE, f° 42, verso]
    La quelle chose fut assez creable au peuple, qui estoit indigné contre son seigneur [, Ménagier, I, 6]
  • XVe s.
    Ainsi que leur disoient chacun jour gens creables, chevaliers et escuyers, qui bien le cuidoient savoir [FROISS., I, I, 31]
  • XVIe s.
    Il n'est pas croyable combien cela le faisoit aimer, souhaiter et desirer des soudards [AMYOT, Anton. 5]
    La malignité de ce Theophanes n'a pas tant rendu cela croyable, comme le naturel de Pompeius l'a fait tenir pour incroyable [ID., Pomp. 70]
    Saint Paul, estant de son dire croyable [MAROT, I, 278]

ÉTYMOLOGIE

  • Croire.

croyable

CROYABLE. adj. des deux genres. Qui peut ou qui doit être cru. Il se dit surtout des Choses. Cela n'est pas croyable. C'est ce qui rend la chose plus croyable. Il n'est pas croyable combien on a perdu d'hommes dans cette bataille. Substantivement, Ce récit va bien au-delà du croyable.

croyable

Croyable, Credibilis.

Il est croyable, ou vray semblable que un tel a fait le cas, Suspicio pertinet ad illum, vel attinet. B.

Il n'est pas croyable, ou vray semblable qu'un tel ait fait le cas, Suspicio criminis non conuenit in illum. Bud.

croyable


CROYABLE, adj. CROYANCE, s. fém. CROYANT, s. masc. [Kroa-ia-ble, iance, ian; 2e dout. au 1er, long. aux deux aûtres.] I. Croyable se dit des persones et des chôses: qui peut et qui doit être cru. "Cet homme est croyable; cela n'est pas croyable. — Il se dit le plus souvent avec la négative, ou en interrogeant. "Vous n'êtes pas croyable; cela est-il croyable? — L'Acad. le met sans remarque.
   Rem. 1°. Le que, après croyable, a les mêmes régimes qu'après croire. "Il est croyable que cela est ainsi: il n'est pas croyable, ou est-il croyable que cela soit ainsi? * M. l'Ab. Du Bos emploie le subjonctif dans une phrâse afirmative. "Il paroit croyable qu'un bruit aprochant de cette symphonie, ait précédé, et qu'il ait préparé le sens articulé que l'Orâcle proféroit. Il faut dire: il est croyable qu'il a précédé, qu'il a préparé, etc.~ Voy. CROIRE, voy. aussi une remarque au mot Vraisemblable.
   2°. Un Auteur moderne emploie, il n'est pas croyable, comme un adjectif indéclinable: "Il n'est pas croyable les vives agitations et les troubles salutaires, qui se mirent tout à coup dans les consciences les plus endurcies. Let. Edif. — Je doute que ce gallicisme soit autorisé par l'usage actuel. = Devant des adverbes, ce tour est plus régulier. "Il n'est pas croyable combien le Baptême y produit d'éfets miraculeux. Ibid. — Remarquez que dans ces ocasions, il n'est pas croyable, ne signifie pas qu'on ne doit pas le crroire, mais que cela est merveilleux et admirable.
   II. CROYANCE. Sentiment, opinion. "Cela est arrivé contre la croyance de tout le monde. "Cela passe toute croyance. = C'est aussi ce qu'on croit dans une Religion. La croyance des Juifs, des Chrétiens: Les articles de notre croyance.
   Rem. Vaugelas avait remarqué qu'on dit croyance, en matière de Religion, et que par-tout ailleurs on dit créance. Th. Corneille pensait au contraire, que tout le monde se servait de ce dernier pour quelque sujet que ce fût. Selon MM. de l'Acad. dit La Touche, créance se dit seulement de ce que l'on confie à quelqu'un pour dire à un aûtre secrettement: Il lui exposa sa créance: est-ce là toute votre créance? Des lettres de créance. Voy. CRÉANCE. Hors de-là on dit toujours croyance.
   Avoir croyance régit la prép. en ou le pronom y: "On avoit beaucoup de croyance en lui, en ce qu'il disoit. "Nous avons marqué les endroits où se trouvent ces Prophéties de Luther, et la sérieuse croyance qu'on y avoit dans tout le parti. Bossuet.
   Mais, dit-on, un homme de croyance, peur dire, un homme en qui l'on peut prendre créance? Je ne le crois pas: "D'Aubusson ne vit dans le Renégat qu'un traite, dont il devoit se défier, et non pas un homme de croyance, avec lequel il put négocier. Dict. Hist. Art. IV. Demetrius. On peut apeler cela un barbarisme d'expression, comme s'exprimait Voltaire.
   CROYANT: qui croit ce que la Religion enseigne. Il n'est d'usage que dans cette phrâse: "Abraham est le Père des Croyans. Malgré cette remarque, l'Acad. dit croyante, celle qui croit, sans cirer aucun exemple. Croyante n'est pas en usage. — Croyant est aussi participe présent du v. croire.

Synonymes et Contraires
Traductions

croyable

credibile

croyable

creíble

croyable

[kʀwajabl] adj
ce n'est pas croyable! → it's unbelievable!
à peine croyable → scarcely believable
pas croyable
Il a une chance pas croyable → He's incredibly lucky.