cuire

cuire

v.t. [ lat. coquere ]
1. Soumettre à l'action de la chaleur, du feu pour rendre consommable : Cuire des pommes de terre.
2. Soumettre à l'action de la chaleur, du feu afin de rendre apte à un usage spécifique : Cuire de la poterie, des émaux.
v.i.
1. Être soumis à l'action de la chaleur : La pintade cuit dans le four griller, rôtir
2. Être brûlant : Le sable cuisait sous nos pieds brûler
3. Fam. Souffrir de la chaleur ; avoir trop chaud : On cuit dans cette voiture.
Faire cuire qqch,
le cuire.
Il vous en cuira,
vous vous en repentirez.
Trop parler nuit, trop gratter cuit,
proverbe signifiant qu'il est dangereux de vouloir approfondir certaines choses.

cuire


Participe passé: cuit
Gérondif: cuisant

Indicatif présent
je cuis
tu cuis
il/elle cuit
nous cuisons
vous cuisez
ils/elles cuisent
Passé simple
je cuisis
tu cuisis
il/elle cuisit
nous cuisîmes
vous cuisîtes
ils/elles cuisirent
Imparfait
je cuisais
tu cuisais
il/elle cuisait
nous cuisions
vous cuisiez
ils/elles cuisaient
Futur
je cuirai
tu cuiras
il/elle cuira
nous cuirons
vous cuirez
ils/elles cuiront
Conditionnel présent
je cuirais
tu cuirais
il/elle cuirait
nous cuirions
vous cuiriez
ils/elles cuiraient
Subjonctif imparfait
je cuisisse
tu cuisisses
il/elle cuisît
nous cuisissions
vous cuisissiez
ils/elles cuisissent
Subjonctif présent
je cuise
tu cuises
il/elle cuise
nous cuisions
vous cuisiez
ils/elles cuisent
Impératif
cuis (tu)
cuisons (nous)
cuisez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais cuit
tu avais cuit
il/elle avait cuit
nous avions cuit
vous aviez cuit
ils/elles avaient cuit
Futur antérieur
j'aurai cuit
tu auras cuit
il/elle aura cuit
nous aurons cuit
vous aurez cuit
ils/elles auront cuit
Passé composé
j'ai cuit
tu as cuit
il/elle a cuit
nous avons cuit
vous avez cuit
ils/elles ont cuit
Conditionnel passé
j'aurais cuit
tu aurais cuit
il/elle aurait cuit
nous aurions cuit
vous auriez cuit
ils/elles auraient cuit
Passé antérieur
j'eus cuit
tu eus cuit
il/elle eut cuit
nous eûmes cuit
vous eûtes cuit
ils/elles eurent cuit
Subjonctif passé
j'aie cuit
tu aies cuit
il/elle ait cuit
nous ayons cuit
vous ayez cuit
ils/elles aient cuit
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse cuit
tu eusses cuit
il/elle eût cuit
nous eussions cuit
vous eussiez cuit
ils/elles eussent cuit

CUIRE

(kui-r') , je cuis, nous cuisons ; je cuisais ; je cuisis ; je cuirai ; je cuirais ; cuis, cuisons ; que je cuise, que nous cuisions ; que je cuisisse ; cuisant, cuit v. a.
Préparer les aliments par l'action de la chaleur. Cuire du bœuf dans une marmite. Cuire du pain, des pommes au four. Par extension, il se dit de la préparation qu'on donne à de certaines choses par l'action du feu. Cuire du plâtre, de la chaux, de la brique. Cuire du fil, de la soie. Dans le style familier, faire périr par le supplice du feu.
C'était [ma nation] un composé d'ignorance, de superstition, de bêtise, de cruauté et de plaisanterie ; on commença par pendre et par faire cuire tous ceux qui parlaient sérieusement contre les papegauds [VOLT., Dial. 10]
Un boute-tout-cuire (voy. BOUTE-TOUT-CUIRE).
C'est une vraie boute-tout-cuire, Qui ne fait que sauter et rire, Et ne va jamais qu'au galop [SCARRON, Virg. trav. II]
Opérer la cuisson, en parlant du feu, de la chaleur. Un feu doux et modéré cuit un rôti à point.
Absolument. Ce boulanger cuit deux fois par jour, il met deux fois une fournée de pain à cuire.
Amener à maturité, en parlant du soleil et de la chaleur. Le soleil n'est pas assez chaud pour cuire les melons.
Terme de médecine. Digérer, élaborer. Il y a des aliments que l'estomac a peine à cuire. Cuire un rhume.
V. n. Devenir cuit. Il faut que cette viande cuise dans son jus. Être plus ou moins facile à cuire. Ces légumes, ces pois ne cuisent pas bien. Fig.
J'ai été ravie de ce discours, mettons-le cuire, nous y penserons quelque jour [SÉV., 379]
Je vous ai vu mettre cuire des pensées et rêver profondément pour des sujets qui le méritaient moins [ID., 460]
Causer une douleur brûlante. Je me suis brûlé, la main me cuit. Les yeux me cuisent comme du feu.
C'est un mal [l'amour] qui jamais n'en tendit raillerie, Qui cuit et qui chatouille, et qui sut de tout temps Donner à corps perdu sur les honnêtes gens [HAUTEROCHE, Crisp. music. V, 3]
Un aiguillon qui, prompt à la venger, Cuit plus d'un jour à qui l'ose outrager [J. B. ROUSS., Ép. I, 1]
En cuire, V. impers. Être l'occasion d'un désagrément, d'un regret, d'un repentir. Il vous en cuira quelque jour. Il pourra bien vous en cuire.
Chacun d'eux s'éveilla chapon, Don. cuit à la pauvre volaille [PIRON, Fabl.]
Se cuire, v. réfl. Devenir cuit. Le gigot à la casserole se cuit à petit feu. Fig.
Tout se cuisait de loin en Bretagne, on y flattait les Bretons d'une conquête d'indépendance qui ne serait due qu'à leur union et à leur fermeté [SAINT-SIMON, 479, 195]

PROVERBES

  • Trop gratter cuit, trop parler nuit, c'est-à-dire il faut se garder de trop parler.
  • Vous viendrez cuire à mon four, vous aurez quelque jour besoin de moi, et j'aurai l'occasion de me venger.

HISTORIQUE

  • Xe s.
    Elle colpes non avret, por o no s'coist [ne fut pas brûlée] [, Eulalie]
  • XIIIe s.
    Aucunes fois les fait on sainnier [les artères de la tête], et cuire [brûler] après chou [ce] qu'ele sont trancies [ALEBRANT, f° 12]
    Riens qu'on peüst manger, [il] n'i ot ne cru ne cuit [, Berte, XXXVI]
    Haister [rôti] [il] quisseit sur le bracer D'un sangler parcreü et grant [, Lai del desiré]
    Que nuls ne cuise ou rotisse oues [oies] ou veel, agniaux, chevraus ou cochons, se il ne sont bons, loyaux et souffisans pour manger et pour vendre [, Liv. des mét. 176]
    Nul talemelier ne doit cuire au dimenche ne au jour de Noel, ne.... [, ib. 10]
    Li rois Nobles est en mal point, N'en puet partir en nule guise Que de cest siege ne se cuise [, Ren. 27646]
    Forment li delt et cuit sa plaie [, ib. 2094]
    Ceus [ces vents] versent bléz et vignes cuisent, Et flors et fruiz d'arbres abatent [, la Rose, 28114]
    Il ot angoisse en la pointure, Mès moult m'assoage [soulage] l'ointure ; D'une part m'oint, d'autre me cuit, Ainsinc m'aïde, ainsinc me nuit [, ib. 1889]
    Atten e sueffre la detrece, Qui orendroit te cuit et blece [, ib. 2042]
    Les bras li ont loiés et les piés environ, Les garés [jarrets] li ont quis à fu et à charbon, à soufre tout ardant, et puis après à plon [, Ch. d'Ant. V, 340]
    Autant vaut fours qui ne cuist, comme chartre qui n'est uzée [BEAUMANOIR, L, 1]
  • XIVe s.
    Pain bien à point cuit ou bien fait [ORESME, Eth. 65]
  • XVe s.
    Cher sire, un jour viendra que telles choses vous seront si renouvelées qu'elles vous cuiront [FROISS., III, IV, 56]
    Veuillent au roy monstrer que je suis cuis ; Il m'aidera par leur bonne raison De trois cens frans ; d'autre chose ne ruis [je ne demande] [E. DESCH., Poésies mss. f° 223, dans LACURNE]
    Les chasteaulx prins par malefice, Dont maint païs ont esté cuis [, ib. f° 299]
    Et pour ce dit vray le proverbe, que à grant peine peut fuyr celluy qui a les pieds cuictz [, Perceforest, t. IV, f° 22]
    Et tant plus me doit cuire quand vous avez faict contre mon gré [CHASTEL., Chr. des D. de Bourg. II, ch. 5]
    Vente, gresle, gelle, j'ay mon pain cuict, Je suis paillard, la paillarde me duit [VILLON, Ball.]
  • XVIe s.
    Je pourrai bien avoir telle haine qu'elle vous cuira [MARG., Nouv. XLIII]
    Ils les cuisent et apprestent à diverses saulces [MONT., I, 106]
    Ils font cuire le corps du trespassé [ID., I, 112]
    Ils en font des grils à cuire viande [ID., I, 237]
    Si n'y en eut-il pas un à qui les paroles de Marcellus ne cuisissent plus que ses propres bleceures [AMYOT, Marcel. 43]
    On leur bailloit leur orge toute mondée et escorchée, à fin qu'ils la cuisissent mieulx et la digerassent plus tost [ID., Eum. 22]
    Le jour il dormoit ou se promenoit tout yvre pour cuire et digerer le vin qu'il avoit trop pris la nuict [ID., Anton. 12]
    Si vous y faillez, vostre desobeissance sera chastiée par vos envieux, qui eleveront en risées les merveilles de Dieu dans mes delivrances et vous feront cuire de vostre curieuse vanité [D'AUB., Vie, III]
    Si je voulois cuire, le four cherroit [tomberait] [OUDIN, Curios. fr. add.]
    Elle a payé au boulanger, il ne luy cuit plus [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, cûre, cuire, cût, cuit ; saintong. cheure ; bourguig. coeu, cuit ; provenç. cozer, coire ; espagn. cocer ; ital. cuocere ; du latin coquere, de même radical que le grec, le sanscrit pacha (le p sanscrit devenant souvent c en latin, comme dans pancha, quinque, cinq, et la syllabe cha étant ici représentée en grec par un double sigma et en latin par qu). Dans l'ancien français, cuire, outre son sens ordinaire, avait celui de faire périr par le supplice du feu.

cuire

CUIRE. (Je cuis ; nous cuisons. Je cuisis. Je cuirai. Cuit.) v. tr. Préparer les aliments par le moyen du feu, de la chaleur, pour les rendre propres à être mangés. Cuire un gigot. Cuire des côtelettes. Ce boulanger cuit beaucoup de pain tous les jours. Un dîner cuit à point. Une viande trop cuite. Des pommes cuites.

Il se dit quelquefois absolument pour Cuire du pain. Ce boulanger cuit deux fois par jour. Tous les habitants d'un village étaient obligés d'aller cuire au four banal.

Il signifie, dans une acception plus étendue, Préparer certaines choses par le moyen du feu ou de la chaleur, pour les rendre propres à l'usage qu'on en veut faire. Cuire du plâtre, de la chaux. Un fourneau à cuire de la brique, etc. Cuire du fil, de la soie. Statue, vase de terre cuite.

Il se dit aussi de l'Action du feu, de la chaleur sur les choses que l'on cuit. Un trop grand feu brûle les viandes, au lieu de les cuire. La chaleur naturelle de ces eaux est telle, qu'elles cuisent un oeuf en moins de cinq minutes.

Il se dit également en parlant des Fruits que le soleil mûrit. C'est le soleil qui cuit tous les fruits. Le soleil n'est pas assez chaud dans ce pays-là pour bien cuire les melons.

Fig. et fam., Un dur à cuire, Un homme qui oppose aux circonstances quelles qu'elles soient une grande force de résistance physique et morale.

Il est aussi intransitif et signifie Devenir propre à être mangé ou propre à tel ou tel usage par le moyen du feu, de la chaleur. Le souper est au feu, il cuit. Il faut que cette viande cuise dans son jus. Mettre cuire, faire cuire un chapon. Mettre des prunes cuire au four, au soleil. La tuile, la brique ne saurait cuire dans ce fourneau. La porcelaine ne cuit guère dans ce four.

Ces légumes, ces fèves, ces pois, etc., cuisent bien, ne cuisent pas bien, Ils sont faciles ou difficiles à cuire.

Il signifie, par analogie, Causer une douleur âpre et aiguë, comme celle que fait éprouver une brûlure ou une écorchure. Je me suis brûlé, je me suis écorché la main, cela me cuit. La main me cuit. Les yeux me cuisent, ils me cuisent comme du feu. La tête me cuit.

Prov., Trop gratter cuit, trop parler nuit. Voyez GRATTER.

Fig. et fam., Il vous en cuira quelque jour ; il m'en cuit ; il pourrait bien vous en cuire. Vous vous en repentirez ; je m'en repens ; vous pourrez bien vous en repentir.

cuire

Cuire, ou faire cuire, Coquere, Concoquere, Discoquere, Incoquere.

Fort cuire, Percoquere.

Cuire avec quelque autre chose, Incoquere.

Cuire parfaitement, et tout à fait, Excoquere.

Cuire en un pot, Lixare.

Cuire paravant, Praecoquere.

Qui se cuit facilement ou se meurit, Coctiuus.

Facile à cuire et digerer, Coctibilis, Facilis concoctionis.

Achever de cuire, Percoquere.

Ces paroles me sont cuisantes, Vrunt me haec verba.

Cuit en eau, Elixus.

Qui est cuit, Coctilis, Coctus.

Estre cuit au Soleil, Incoqui Sole.

A demi cuit, Semicoctus, Subcrudus.

Qui n'est pas cuit, Incoctus.

Cela me cuit, Vrit me, Male me habet.

cuire

Quand on touche une ortie, elle cuit ou fait cuire, Vrtica tacta vredinem mittit. Plin.

cuire


CUIRE, v. a. [Kuî-re: 1re lon. 2e e muet.] Je cuis, je cuirai, cuirais; que je cuise; je cuisisse; cuisant, cuit. = 1°. Préparer par le feu les alimens, pour les rendre propres à être mangés. Cuire des viandes, du pain, etc. = 2°. On le dit aussi de certaines matières que le feu rend propres à certains usages, comme, cuire du plâtre, de la chaux, de la brique. = 3°. Verbe neutre. Il se dit, sans régime, du pain. "Les Boulangers ne cuisent pas le Dimanche. "Tous les habitans sont obligés d'aler cuire au four banal. = 4°. Il se dit des fruits que le soleil mûrit. = 5°. De l'action de la chaleur naturelle sur les alimens, les humeurs. "Cet estomac n'est pas assez chaud pour cuire ces viandes, ces humeurs. "La pâte de guimauve est bone pour cuire le rhume. = 6°. On dit, neutralement des légumes, qu'ils cuisent bien, ou, ne cuisent pas bien, pour dire qu'ils sont faciles ou dificiles à cuire, à être bien cuits.
   REM. Cuire, au figuré, était un des mots favoris de Mde. de Sévigné: "Je vous ai vue mettre cuire des pensées, et réver profondément pour des sujets, qui le méritoient moins. C'est ce qu'elle apelait son pot au feu. "Je vous en avois parlé: il n'étoit pas temps. Il y a tant de choses, qui ont leur temps, et qui ne sont pas cuites. Voyez CUIT.
   CUIRE, v. n. Causer une douleur aigûe: "La main me cuit; les yeux lui cuisent. — Trop grater cuit, trop parler nuit. — "Il vous en cuira; il m'en cuit; il en cuit à la bête; (st. prov.) vous vous en repentirez, je m'en répens, il s'en répent, ou, il a lieu de s'en répentir.

Synonymes et Contraires

cuire

verbe cuire
Être soumis à l'action de la chaleur.
Traductions

cuire

(kɥiʀ)
verbe transitif
chauffer qqch pour le manger cuire un poulet au four faire cuire des pâtes

cuire

kochencook, fire, bake, dokoken, bakkenשלק (פ')kookcourekogekuiricocer, guisarkeittääsjóðakokegotowaćcozinhargătiварить, готовитьkokaψήνωcuocere
verbe intransitif
être chauffé Le gâteau doit cuire trente minutes.

cuire

[kɥiʀ]
vt
[+ aliments] → to cook; (au four) → to bake
cuire qch à feu vif → to cook sth on a high heat
cuire qch à la vapeur → to steam sth
[+ poterie] → to fire
vi
[aliments] → to cook
faire cuire → to cook
faire cuire pendant une heure → cook for one hour
laisser cuire → to cook
laisser cuire 1O mn à feu doux → cook on a gentle heat for 10 mins
(= picoter) → to smart
les yeux me cuisent → my eyes are smarting
cuir verni nmpatent leather