cuisine

cuisine

n.f.
1. Pièce d'un bâtiment où l'on prépare les repas : Une cuisine équipée.
2. Préparation des aliments : Son mari aime faire la cuisine
cuisiner : L'art de la cuisine
la gastronomie
3. Ensemble des aliments préparés, servis : La cuisine créole est épicée
4. Fam., péjor. Manœuvres obscures et malhonnêtes : Ils font leur petite cuisine dans leur coin

CUISINE

(kui-zi-n') s. f.
Pièce d'une maison, où l'on fait cuire les mets. Portez ces provisions à la cuisine. Ustensile de cuisine. Chef, garçon, aide de cuisine. Fonder la cuisine, pourvoir à la subsistance. Dans un nouveau ménage, il faut commencer par fonder la cuisine.
Si c'est sur mon bien seul qu'il fonde sa cuisine, Je t'assure déjà qu'il mourra de famine, Et qu'il n'aura pas lieu de rire à mes dépens [REGNARD, Légat. III, 3]
Se ruer en cuisine, manger avidement beaucoup ; et fig. dépenser beaucoup pour la bonne chère. Fig. La cuisine est bien froide, n'est guère échauffée dans cette maison, on y fait maigre chère.
La beauté, les attraits, l'esprit, la bonne mine Échauffent bien le cœur, mais non pas la cuisine [CORN., Mélite, I, 1]
Dans sa retraite où le pauvre homme n'eut Pour le servir qu'une vieille édentée, Cuisine froide et fort peu fréquentée [LA FONT., Faucon.]
J'étais assis près d'un maître cafard, Lequel me dit : Vous avez bien la mine D'aller un jour échauffer la cuisine De Lucifer ; et moi, prédestiné, Je rirai bien quand vous serez damné [VOLT., Défense du mondain.]
Faire aller, faire rouler la cuisine, avoir soin de ce qui regarde la dépense ordinaire de la table. Familièrement. Du latin de cuisine, du latin mauvais et plat tel que le faisaient les cuisinières et les marmitons dans les anciens colléges, où c'était la règle que tout le monde parlât latin. Cuisine-bouche, cuisine où l'on apprête les mets qui doivent être servis au roi. Cuisine-poêle, ustensile propre à chauffer les appartements et à faire cuire les mets.
Le personnel de la cuisine. Il a laissé sa cuisine à Paris.
L'ordinaire d'une maison, la chère qu'on y fait. Faire maigre cuisine.
Jamais idole, quel qu'il fût, N'avait eu cuisine aussi grasse [LA FONT., Fabl. IV, 8]
Qui vous a pu plonger en cette humeur chagrine ? , A-, t-on par quelque édit réformé la cuisine ? [BOILEAU, Sat. III]
Faire la cuisine, apprêter à manger.
Au noble hôtel de la Vermine, On est logé très proprement : Rivarol y fait la cuisine, Et Chamcenetz l'appartement [BEAUMARCH., Épigr.]
Flaireur de cuisine, parasite.
Tu viens ici mettre ton nez, Impudent flaireur de cuisine [MOL., Amphit. III, 7]
Fig. et familièrement. Être chargé de cuisine, être gras, avoir gros ventre.
L'art d'apprêter les mets. Savoir la cuisine. La cuisine française. La cuisine anglaise.
Et Malherbe et Balzac, si savants en bons mots, En cuisine peut-être auraient été des sots [MOL., Femm. sav. II, 8]
Qu'importe qu'elle manque aux lois de Vaugelas, Pourvu qu'à la cuisine elle ne manque pas [ID., ib. II, 7]
Enfin son goût pour cette nation [Anglais] était si décidé qu'il en préférait même la cuisine à la nôtre trop justement célèbre dans toute l'Europe [D'ALEMB., Éloges, Milord Maréchal.]
Fig. et familièrement, cuisine se dit quelquefois des préparatifs et tripotages pour les affaires. La cuisine politique. La cuisine électorale.
Boîte longue à différents compartiments, où l'on mettait divers ingrédients propres pour les ragoûts.
Terme de marine. Caisse de tôle, divisée en plusieurs parties, pour mettre les chaudières, casseroles, etc.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Par devers la quisine sunt entré el vergier [, Th. le mart. 144]
    E à sa quesine furent asis, chascun jur, dis bues gras de guarde e vint ki veneient de la cumune pasture [, Rois, 239]
  • XIIIe s.
    Si prist la reube à un garchon et se mist en la quisine à tourner les capons [, Chr. de Rains, p. 46]
    Chacun jor jusqu'à quaroime, cosine à huile, et à chacun un haran [DU CANGE, coquina.]
    Que touz ceulz qui voudront tenir estal ou fenestre à vendre cuisine, sachent appareillier toute maniere de viandes conmunes et prouffitables au peuple [, Liv. des mét. 175]
    Et vit la cuisine fumer Où il ot fait feu alumer [, Ren. 937]
    Vins en pos ou en barix, ou viandes prestes à envoier à la quisine [BEAUMANOIR, 33]
  • XIVe s.
    Tost et isnelement est en fuite tournés ; En le [la] cuisine vint li cuivers deffaés [, Baud. de Seb. VIII, 950]
    Vous deux qui avez perdu, paierez chascun un pot de servoise, et nous autres paierons la cuisine et le pain [DU CANGE, coquina.]
  • XVe s.
    Il en est temps, car vo biauté decline, En charité donnez de vo cuisine Aux povres gens [EUST. DESCH., Poésies mss. f° 206, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Il y en eust deux qui se lasserent de trotter, pource qu'ils estoient un petit chargés de cuisine [d'embonpoint] [DESPER., Contes, XXVIII]
    Il leur dist : Seigneurs, la table est mise leens pour nous disner et aisier, et est la cuisine au feu et le vin au celier ; de quoy il nous fauldra boire et mengier [MENARD, Hist. de du Guesclin, f° 427, dans LACURNE]
    Elle commença à se remuer en cuisine [, Nuits de Straparole, t. II, p. 225, dans LACURNE]
    Il dit que le premier bastiment d'une maison doit estre la cuisine, c'est à dire le revenu et le fonds pour l'entretenir [DUVERDIER, Biblioth. p. 153, dans LACURNE]
    Grasse cuisine, maigre testament [COTGRAVE, ]
    De grasse cuisine povreté s'avoisine [ID., ]
    Mauvais chien ne veut jamais compaignon en cuisine [ID., ]
    Cuisine estroite fait bastir grande maison [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 194]

ÉTYMOLOGIE

  • Saintong. cheunne ; wallon, couhène ; namurois, coujène ; rouchi, cuiséne ; bourguig. cusène ; provenç. cozina ; espagn. cocina ; portug. cozinha ; ital. cucina ; du latin coquina, de coquere, cuire (voy. CUIRE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CUISINE.
    Fig. Ajoutez :
  • La cuisine d'un journal, opérations qui consistent surtout à disposer matériellement les articles déjà composés typographiquement ; on a un double décimètre divisé en millimètres, afin de mesurer exactement la place à remplir et le nombre de lignes convenable.
  • Cuisine d'un journal, se dit aussi de la récolte des faits divers et des petits entre-filets.
    Ses occupations se bornaient à surveiller ce qu'on appelle la cuisine du journal [, Gaz. des Trib. 31 mai 1876, p. 522, 2e col.]

cuisine

CUISINE. n. f. Endroit d'une maison ou d'un appartement où l'on apprête et où l'on fait cuire les mets, les aliments. Cuisine claire, obscure. Batterie de cuisine. Aide de cuisine. Fig., Latin de cuisine. Voyez LATIN.

CUISINE se dit aussi d'un Ensemble d'ustensiles servant à préparer les aliments et qu'on peut transporter d'un lieu dans un autre. Cuisine roulante. Cuisine régimentaire. Par extension, Une cuisine de poupée.

Il se dit, par extension, de l'Ordinaire d'une maison, de la chère qu'on y fait habituellement. La cuisine est bonne dans cette maison. Cet hôtel est réputé pour sa cuisine. Je ne pus longtemps m'accommoder d'une si maigre, d'une si pauvre cuisine.

Faire la cuisine, Apprêter à manger.

Il signifie aussi l'Art d'apprêter les mets, les aliments. Il apprend la cuisine. Il sait bien la cuisine. Livre de cuisine. Cuisine bourgeoise. La cuisine française. La cuisine italienne. La cuisine anglaise.

Il s'emploie figurément et familièrement pour signifier Manoeuvre, intrigue. La cuisine électorale, parlementaire.

cuisine

Cuisine, Culina, Coquina, Popina.

Faire la cuisine, Coquinari.

Vaisselle dequoy on se sert à faire la cuisine, et à cuire, Coquinaria vasa.

cuisine


CUISINE, s. f. CUISINER, v. n. CUISINIER, IèRE, s. m. [Kui-zine, ziné, zinié, nière; 2e e muet au 1er, é fer. au 2d et au 3e. è moy. et long au dern.] Cuisine, est, 1°. l'endroit de la maison où l'on aprête et où l'on fait cuire les viandes. "Grande ou petite cuisine. Baterie de cuisine. Chef, ou garçon, aide de cuisine. = 2°. L'art d'aprêter les viandes: "Faire la cuisine, il aprend la cuisine. = 3°. Les Oficiers qui servent à la cuisine. "Il a mené avec lui sa cuisine. = On dit proverbialement, d' un homme fort grâs, qu'il est chargé de cuisine. = Latin de cuisine, mauvais latin.
   CUISINER, faire la cuisine. "Il, ou, elle cuisine bien, ou mal.
   CUISINIER, IèRE, celui, celle qui fait la cuisine. "Mauvais cuisinier, bonne cuisinière.
   Rem. Cuisinier et ragoût sont des termes bâs, et ils déparent un peu, ainsi que certains détails minitieux, le beau Poème de Télémaque. Son illustre Auteur dit de Pigmalion. "Non-seulement toutes les viandes cuites avec des ragoûts par des cuisiniers, mais encôre le pain, le vin, l'huile et le lait, et tous les autres alimens ordinaires ne pouvoient être à son usage.

Synonymes et Contraires

cuisine

nom féminin cuisine
1.  Plats préparés.
repas -familier: fricot, popote -populaire: bouffe, cuistance, frichti, tambouille.
2.  Familier. Moyen d'arriver à ses fins.
Traductions

cuisine

Küche, Kochen, Schmukitchen, cookery, cuisine, galley, cookingkeuken, kookkunst, kokerij, kookgelegenheid, geknoei, gekonkel, gerecht, keukenpersoneel, kostבישול (ז), טבחות (נ), מבשלה (נ), מטבח (ז), בִּשּׁוּל, טַבָּחוּת, מִטְבָּחkuirarto, kuirejococina, cocinarkjøkken, kokekunst, matlagingcozinha, culinária, cozinharkök, kokkonst, matlagningκουζίνα, μαγείρεμα, μαγειρικήcucina, cottura, gastronomiaкухня, кулинария, приготовление пищи廚房, 厨房, 烹调术, 烹饪طَبْخ, فَنُّ الطَّبْخ, مَطْبَخٌkuchařství, kuchyně, vařeníkøkken, madlavningkeittiö, ruoanlaittokuhanje, kuhinja台所, 料理, 料理法요리, 요리법, 주방gotowanie, kuchnia, sztuka kulinarnaการทำอาหาร, การปรุงอาหาร, ครัวaşçılık, mutfak, pişirmebếp, nghệ thuật ẩm thực, sự nấu nướngкухня廚房 (kɥizin)
nom féminin
1. pièce où l'on prépare les repas dîner dans la cuisine
2. action de préparer ce qu'on mange faire la cuisine un livre de cuisine

cuisine

[kɥizin] nf
(= pièce) → kitchen
(= art culinaire) → cookery, cooking
faire la cuisine → to cook
(= nourriture) → cooking, food
la cuisine française → French food
une cuisine saine et équilibrée → healthy nutritious food