cuite

(Mot repris de cuisons)

cuite

n.f.
Fam. Accès d'ivresse : Prendre une cuite.

cuite

(kɥit)
nom féminin
ivresse prendre une cuite

CUITE

(kui-t') s. f.
Sorte de cuisson donnée à la porcelaine, aux briques, au plâtre, etc. La première, la seconde cuite.
Ce qu'on cuit en une fournée. Toute la cuite est perdue. Maître de cuite, celui qui dirige cette opération.
Concentration d'un liquide. La cuite d'un sirop.
Petit-lait provenant de la fabrication des fromages de Gruyère.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et se son levain est fait, il puet cuire la cuite du levain [, Liv. des mét. 14]
  • XVIe s.
    Exceptez les escrevices, que l'on cardinalise à la cuycte [RAB., Gar. I, 39]
    Il inventa les horologes et quadrans pour entendre le temps de la cuycte de pain [ID., Pant. IV, 61]
    Telles chairs, bien que grasses, ne sont jamais de bonne cuitte, se diminuans de beaucoup au feu [O. DE SERRES, 841]
    À quoi aura aidé, un peu de gros vin rouge, qu'aurés auparavant jetté dans le moust, sur la fin de sa cuite [ID., 847]

ÉTYMOLOGIE

  • Cuite ; Berry, cuisse.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CUITE. Ajoutez :
    Eaux de cuite, dans les raffineries de salpêtre, eaux de lessivage qui sont assez chargées de salpêtre pour être évaporées.

cuite

CUITE. n. f. T. d'Arts. Action de cuire, de faire cuire de la porcelaine, de la faïence, des tuiles, des briques, de la chaux et d'autres choses semblables. La première cuite, la seconde cuite.

Il se dit également, en termes de Raffinerie, de l'Action de cuire le sucre et de la Quantité de sucre que l'on cuit en une fois. Maître de cuite.

Pop., Prendre une cuite, S'enivrer.

Traductions

cuite

cooked

cuite

[kɥit] nf
prendre une cuite → to get plastered >, to get smashed >