cullage

CULLAGE

(ku-la-j') s. m.
Terme de féodalité. Droit prétendu par les seigneurs sur les nouvelles mariées la première nuit de leurs noces, et qui se rachetait moyennant argent. Se disait aussi d'une espèce de pourboire que le nouveau marié, en certaines contrées, payait à ses compagnons la première nuit de ses noces. On trouve aussi l'orthographe culage.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Item a le dit seigneur au lieu de St Martin droit de cullage quant on se marie [DU CANGE, collecta.]
  • XVIe s.
    Les quelz compaignons envoyerent ou dit hostel où se faisoient des nopces pour demander à l'espousé son culaige, ainsi qu'ilz ont accoustumé de faire ou dit lieu [St-Leu] en Rethelois [ID., culagium.]

ÉTYMOLOGIE

  • Cul.