cul

(Mot repris de culs)

cul

[ ky] n.m. [ lat. culus ]
1. Vulg. Partie postérieure de l'homme et de certains animaux comprenant les fesses et le fondement derrière
2. Partie postérieure ou inférieure de certaines choses : Le cul d'une bouteille fond
Être comme cul et chemise,
Fam. en parlant de deux personnes, être intimement liées ou inséparables.
Faire cul sec,
Fam. vider son verre d'un seul coup.

cul

CUL. (On ne prononce point l'L.) n. m. Partie du corps humain qui comprend les fesses et le fondement. Il tomba sur son cul, sur le cul. Il est très bas. On dit, entre gens bien élevés, Derrière, ou Train de derrière quand il s'agit de certains animaux.

Avoir le cul sur la selle, Être à cheval. Il est très familier.

Fig., Se trouver, être, demeurer le cul entre deux selles, se dit lorsque, de deux choses auxquelles on prétendait, on n'en obtient aucune, ou Lorsque, ayant deux moyens de réussir dans une affaire, on ne réussit par aucun des deux.

Fig. et fam., Faire le cul de poule, Faire une espèce de moue, en avançant et pressant les lèvres. Bouche en cul de poule.

Cul-blanc. Nom vulgaire de plusieurs oiseaux, notamment du Traquet motteux. Des culs-blancs.

Triv., Péter plus haut que le cul, Entreprendre des choses au-dessus de ses forces ; Prendre des airs au-dessus de son état ; viser trop haut.

Il désigne par analogie le Fond de certaines choses. Le cul d'une bouteille, d'une lampe, d'un baril, d'un tonneau. Mettre un tonneau sur cul, Le lever sur son fond ; ou, figurément et familièrement, Le vider. En termes de Marine, Ce bâtiment est sur cul, Son arrière est trop enfoncé dans l'eau. En termes d'Art vétérinaire, L'oeil de ce cheval est cul de verre, Le cristallin de son oeil a une opacité qui annonce une cataracte.

Il désigne également le Derrière d'une charrette. Mettre une charrette à cul, La mettre les limons en haut.

cul

Cul, Culus, Podex, Anus, ani.

Cul de cheval, Espece de poisson, Vrtica rubra. Aucuns l'appellent Roses, les autres Posteral, les autres Poussepie.

Cul d'asne apud Nortmannos. Cubaseau apud Burdegalenses, Espece de petit poisson gros comme une noix, Vrtica parua.

cul


CUL, s. m. [On ne prononce point l'l, et souvent on ne l'écrit pas.] 1°. Le derrière. Il tomba sur son cul: il était assis sur son cul comme un singe. Les honêtes gens ne se servent guère de ce mot, au propre. Il se dit aussi de quelques animaux, comme le singe, les câilles, les ortolans. = 2°. Il se dit aussi de l'anus, du fondement, par où l'animal décharge son ventre. Le cul d'un homme, d' un cheval, d'une vache, d'une poule, etc. = 3°. On le dit par métaphôre assez bâsse, de plusieurs chôses inanimées. Mettre un muid, un toneau sur son cul, le lever sur son fond, ou le vider. Mettre une charrette à cul, la mettre le limon en haut. — Cul d'artichaut, la partie qui fait le fond de l'artichaut. — Cul de bâsse-fôsse, cachot. "Il faut le faire mettre dans un cul de bâsse-fôsse. — Cul-de-lampe, ornement d'Architectûre, qui se termine en pointe comme une lampe d'Église; et aussi fleuron, ou ornement que les Imprimeurs mettent dans des livres. — Cul-de-sac, rûe qui n'a point d'issûe. — Cul-de-jatte, homme qui ne pouvant se servir de ses jambes, se traîne comme il peut, assis dans une grande écuelle de bois, nommée jatte, dit La Monnoie, du latin gabata. On le dit par extension des paralytiques qui ne peuvent se remuer. Ainsi l'on a dit que Scarron était cul de jatte.
   On dit, dans le style familier, montrer le cul, être mal habillé; et figurément, ne pas se tirer avec honeur d'une afaire. — Y aler de cul et de tête; y doner tous ses soins. — Prendre son cul pour ses chaûsses, se tromper, se belouser. — Être à cul, ne savoir que devenir, n' avoir aucune ressource. — Arrêter quelqu'un sur son cul; l'arrêter tout court. — Jouer à cul lever, jouer les uns après les aûtres, en sorte que celui qui ne joue pas, prend la place du perdant. Faire le cul de poule, faire la moûe, avancer les lèvres en les pressant. — Vouloir peter plus haut que son cul, vouloir faire plus qu'on ne peut. — Cet homme est un cul de plomb, il travaille beaucoup dans son cabinet.
   On dit aussi, dans le même style, avoir le cul sur la selle, être à cheval; il a toujours le cul sur la selle. — Doner du pied au cul à un valet, le chasser de son service. — Se trouver entre deux selles le cul à terre, ne réussir dans aucune des deux chôses, sur lesquelles on fondait des espérances. — Faire une chôse à écorche cul, à regret et en rechignant. — Tirer le cul en arrière; avoir de la peine à se résoûdre. — Baiser le cul à quelqu'un, lui marquer une soumission bâsse et servile. — Tenir quelqu'un au cul et aux chaûsses, le tenir de manière qu'il ne puisse échaper.
   On dit encôre, figurément et bâssement, en avoir dans le cul, avoir essuyé quelque perte, quelque dommage. — Il a si grand peur, qu'on lui boucheroit le cul avec un grain de millet.

Synonymes et Contraires

cul

nom masculin cul
Populaire. Derrière d'une personne.
Traductions

cul

bottom, bum, behind, buttocks, ass, arse, backside, porn, silly, anus, buttkont, bips, zitvlak, achterkant, bodem, gat, idioot, klootzak, onderkant, reetאחוריים (ז״ר), טוסיק (ז), עכוז (ז), שת (ז), טוּסִיק, עַכּוּזagterentبوشculdno, prdel, zadekArschκώλοςpugoculo, ojete, traserocu, bundagötзадницаculo (ky)
nom masculin
partie au milieu du dos donner un coup de pied au cul à qqn

cul

[ky] nm
(= derrière) → bum (Grande-Bretagne) >, ass (USA) >
se retrouver cul par dessus tête → to be turned upside down
mettre qch cul par dessus tête → to turn sth upside down
être cul et chemise avec qn (s'entendre très bien avec qn) → to be very pally with sb
(= sexe) → sex
un film de cul → a porn film
magazine de cul → a porn mag
des histoires de cul → sexual exploits
(= fond) un cul de bouteille → the bottom of a bottle
cul sec! → down in one!