culte


Recherches associées à culte: film culte

culte

n.m. [ lat. cultus ]
1. Hommage rendu à Dieu, à une divinité, à un saint.
2. Pratique par laquelle on rend cet hommage : Les ablutions se pratiquent dans plusieurs cultes.
3. Religion : Le culte orthodoxe confession, Église
4. Chez les protestants, office religieux : Aller au culte.
5. (de) Attachement immodéré : Elle a le culte du secret vénération
6. (Employé en appos., avec ou sans trait d'union) Qui provoque un grand engouement : Le film-culte de notre génération. Des séries cultes.
Culte de la personnalité,
admiration et approbation systématique de qqn, partic. d'un dirigeant d'un régime totalitaire.

CULTE

(kul-t') s. m.
Honneur qu'on rend à la divinité. Le culte du vrai Dieu. Le culte divin. Les théologiens distinguent trois sortes de culte : celui de latrie qui n'appartient qu'au souverain être ; celui de dulie, qui se rend aux saints ; et celui d'hyperdulie qu'on doit à la sainte Vierge.
La réponse des Juifs était aisée : Les illusions des magiciens n'ont jamais un effet durable, ni ne tendent à établir, comme a fait Moïse, le culte du Dieu véritable et la sainteté de vie [BOSSUET, Hist. II, 12]
Quel est cet aveuglement dans une âme chrétienne, et qui le pourrait comprendre, d'être incapable de manquer aux hommes et de ne craindre pas de manquer à Dieu ; comme si le culte de Dieu ne tenait aucun rang parmi les devoirs [ID., Anne de Gonz.]
Dans les religions polythéistiques, honneurs qu'on rend aux dieux. Le culte des idoles, des faux dieux. Les Chinois rendent à leurs ancêtres une espèce de culte.
Qui oserait raconter les cérémonies des dieux immortels et leurs mystères impurs ? Leurs amours, leurs cruautés, leurs jalousies et tous leurs autres excès étaient le sujet de leurs fêtes, de leurs sacrifices, des hymnes qu'on leur chantait, et des peintures que l'on consacrait dans leurs temples ; ainsi le crime était adoré et reconnu nécessaire au culte des dieux [BOSSUET, Hist. II, 5]
Platon, qui voyait la Grèce et tous les pays du monde remplis d'un culte insensé et scandaleux, ne laisse pas de poser comme un fondement de sa république, qu'il ne faut jamais rien changer dans la religion qu'on trouve établie et que c'est avoir perdu le sens que d'y penser [ID., ib.]
Ces enseignes étaient aux soldats un objet de culte [ID., ib. II, 9]
Il se mêlait de la politique dans les honneurs qu'ils [les païens] rendaient à Jésus-Christ : ils prétendaient qu'à la fin les religions s'uniraient et que les dieux de toutes les sectes deviendraient communs ; les chrétiens ne connaissaient pas ce culte mêlé et ne méprisèrent pas moins les condescendances que les rigueurs de la politique romaine [ID., Hist. II, 12]
Ne descendez-vous pas de ces fameux lévites Qui, lorsqu'au dieu du Nil le volage Israël Rendit dans le désert un culte criminel.... [RAC., Ath. IV, 3]
Fig. Se vouer au culte des muses, s'adonner à la poésie, aux arts libéraux.
Religion considérée dans ses manifestations extérieures. Interdire, abolir, rétablir un culte. La liberté des cultes.
Après avoir marqué que les Romains avaient honoré les dieux sans statues pendant plus de 170 ans, Varron ajoute que, si l'on avait conservé cette coutume, le culte des dieux en serait plus pur et plus saint [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 442, dans POUGENS]
Moins un culte est raisonnable, plus on cherche à l'établir par la force [J. J. ROUSS., Lettre à l'arch. de Paris.]
Ne confondons point le cérémonial de la religion ; le culte que Dieu demande est celui du cœur, et celui-là, quand il est sincère, est toujours uniforme [ID., Ém. IV]
Je lui dirai le culte où mon cœur est lié [VOLT., Zaïre, V, 3]
Pour un de ces tyrans que notre culte abhorre [ID., Tancr. II, 6]
Le culte extérieur, les cérémonies qui se pratiquent au dehors des temples.
La religion des Natchez se bornait à l'adoration du soleil ; mais cette croyance était accompagnée de beaucoup de culte, et, par conséquent, suivie de mauvais effets [RAYNAL, Hist. phil. XVI, 7]
Le culte domestique, les prières, les lectures pieuses, etc. qui se font en commun dans la famille.
Par extension, vénération profonde. Ils rendaient à sa mémoire une sorte de culte.
Impatient des cultes qu'on rend à la fortune d'un ministre [HAMILT., Gramm. 5]
Fagon aimait en tout la médecine jusqu'au culte [SAINT-SIMON, 11, 158]
Oui, j'eus pour Scipion Ce culte qu'il est doux d'accorder au génie [M. J. CHÉN., Gracques, II, 3]
Eh ! qui pourrait compter tous les cultes divers Qui font de l'intérêt le dieu de l'univers ? [DELILLE, Imag. VIII]

REMARQUE

  • Vaugelas observe que culte est fort nouveau dans la langue ; que Coeffeteau n'en a jamais usé, le rejetant à cause de sa rudesse et de la mauvaise équivoque, et que plusieurs personnes de la cour, hommes et femmes, le condamnent et ne le peuvent souffrir ; mais pourtant qu'il est employé par les meilleurs écrivains, Bossuet, Bourdaloue, Fléchier, etc. Culte a heureusement triomphé de tous ces obstacles.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. cultus, de cultum, supin de colere, cultiver.

culte

CULTE. n. m. Honneur qu'on rend à la divinité par des actes de religion. Culte divin. Culte religieux. Le culte du vrai Dieu. Le culte des faux dieux. Le culte de Jupiter. Le culte public. L'exercice du culte. Les cérémonies du culte. Les différents cultes. La liberté des cultes. Interdire, abolir, rétablir un culte.

Il se dit aussi de l'Honneur que l'on rend à la Vierge et aux saints.

Le culte extérieur, Les cérémonies religieuses qui se pratiquent en public, par opposition au Culte intérieur, Celui qui est rendu à Dieu par chaque chrétien au-dedans de lui- même.

En termes de Théologie, Culte de latrie de dulie, d'hyperdulie. Voyez ces mots.

Il se prend quelquefois pour Religion. Changer de culte. Renoncer, revenir, retourner au culte de ses pères. Il ne pratique, il ne suit aucun culte.

Il se dit aussi figurément d'une Grande admiration, d'une vénération ou même d'une tendresse profonde. Cet enfant a un culte pour sa mère. Ils ont voué un culte à sa mémoire. Avoir le culte du drapeau, le culte de la patrie, le culte de la tradition.

culte


CULTE, s. m. [2e e muet.] L' honeur qu'on rend à Dieu par des actes de religion. Culte divin, culte religieux.
   Rem. Ce mot ne se dit qu'à l'égard de la Divinité. Mde. Dacier, dans une note de sa Traduction de l'Iliade, cite un passage de Platon, qui dit: "Les Pères font descendre toute sorte de bénédictions sur leurs enfans, qui leur rendent le culte qui leur est dû. Le mot est très-impropre.

Synonymes et Contraires

culte

nom masculin culte
1.  Pratique religieuse.
Traductions

culte

Kultuscult, worship, persuasion, religion, sect, veneration, servicecultus, verering, eredienst, godsdienst, verheerlijking, kerkפולחן (ז), פֻּלְחָןкултcultecultogudsdyrkelse, gudsdyrkingλειτουργίαculto (kylt)
nom masculin
1. hommage à un dieu le culte des saints
2. religion pratiques d'une religion le culte protestant

culte

[kylt]
nm
(= pratique religieuse) → worship
liberté de culte → freedom of worship
le culte rendu à ... → the worship of ...
(= religion, foi)
des cultes païens → pagan religions
le culte catholique → the Catholic religion, the Catholic faith
le culte musulman → the Muslim religion, the Muslim faith
le culte protestant → the Protestant religion, the Protestant faith
voir aussi denier du culte
(= hommage, vénération) → worship
le culte des ancêtres → ancestor worship
le culte de la personnalité → the cult of personality
vouer un culte à qch/qn → to worship sth/sb
(= service religieux protestant) → service
adj
film culte → cult film
livre culte → cult book