curateur

(Mot repris de curateurs)

curateur, trice

n. [ du lat. curare, soigner ]
En droit, personne qui assure une curatelle.

CURATEUR

(ku-ra-teur) s. m.
Celui qui est chargé d'assister un incapable, de régir des biens par autorité de justice. Curateur d'un mineur émancipé, d'un contumax, d'une succession vacante. Établir, nommer un curateur. Curateur au ventre, celui que le conseil de famille nomme pour veiller aux intérêts de l'enfant dont une femme est grosse lors du décès de son mari. Curateur au mort, curateur du mort, autrefois celui que le juge nommait d'office pour défendre un homme accusé de s'être donné la mort. Curateur à la mémoire, celui qui est chargé de poursuivre la réhabilitation d'un condamné. Fig. Il faudrait lui donner un curateur, se dit d'un homme qui fait des dépenses excessives.
Membre du conseil d'une université en Hollande et dans quelques pays du nord.
Le succès de ses leçons [de Boerhave] fut tel que, sur un bruit qui courut qu'il devait passer ailleurs, les curateurs de l'université de Leyde lui augmentèrent considérablement ses appointements, à condition qu'il ne les quitterait point [FONTEN., Boerhave.]
Terme d'histoire romaine. Officier municipal préposé à diverses fonctions de police ou d'administration.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Curateurs et gardes des choses communes de l'ostel [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
    J'ai bien vint et cinq ans, hors sui d'avouerie ; Curator ne tutor ne m'ont plus en baillie [, Girart de Ross. V. 893]
    Il y a difference entre tuteur et curateur ; car, à proprement parler, le tuteur est ordonné à la cure des pupilles, et le curateur à la cure de ceux qui sont furieux et qui gouverner ne se sçauroient, ou de ceux qui sont expatriez, ou de ceux qui sont sousaagez ou langoureux [BOUTEILLER, Somme rural, titre XIII, p. 58, dans LACURNE]
    Toutefoiz qu'il plaira à Doeurri, lui venu en aaige, ou à son tuteur ou cureur [DU CANGE, aagiatus.]
  • XVIe s.
    Tuteur et curateur n'est qu'un [LOYSEL, 180]
    Luy encore vivant, son frere Marcus, comme son curateur, eut l'administration de ses biens [AMYOT, Lucull. 87]
    Le mineur deceu peut, pendant sa minorité, estre restitué pour raison de la deception, erreur ou faute faicte par son tuteur ou curateur ; et pour ce faire luy doit estre pourveu de curateur ad causam [, Coust. génér. t. II, p. 783]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. curaire, curador ; espagn. curador ; ital. curatore ; du latin curatorem, de curare, soigner (voy. CURE). En provençal, curaire est au nominatif, de curator ; curador est au régime, de curatorem.

curateur

CURATEUR, TRICE. n. T. de Jurisprudence. Celui, celle qui est établi par justice, soit pour veiller aux intérêts d'un mineur émancipé et l'assister dans certains actes, soit pour administrer les biens d'un majeur déclaré incapable de les gouverner lui-même, soit enfin pour régir une succession vacante ou une chose abandonnée. Établir, élire, nommer, créer un curateur. Le curateur d'un mineur, d'un interdit. Curateur aux biens d'un absent, d'un condamné.

Curateur au ventre, Celui que le conseil de famille nomme pour veiller aux intérêts de l'enfant dont une femme est enceinte au moment du décès de son mari.

Curateur à la mémoire, Celui qui est chargé de poursuivre la réhabilitation d'un condamné. Le curateur à la mémoire est nommé par la Cour de Cassation.

curateur

Curateur, Curatelle, voyez Cure.

curateur

Curateur des orphelins, Authores pupillorum, Curatores.

Qui tient la place de curateur, Subcurator.

Traductions