cyprès

cyprès

n.m. [ lat. cupressus ]
Arbre à feuillage persistant, commun dans le sud de l'Europe, parfois planté en haie.

cyprès

(sipʀɛ)
nom masculin
arbre dont le feuillage ne tombe pas une haie de cyprès

CYPRÈS

(si-prê ; l's se lie : un si-prê-z élevé ; cyprès rime avec traits, paix, forêts, etc.) s. m.
Terme de botanique. Plante de la famille des conifères. Le cyprès est un arbre funéraire qu'on plante sur les tombes.
Mes mains ornèrent ce bocage ; Nul ne me suivra qu'un cyprès [CHAULIEU, Louange de la vie champ.]
....Et toi, triste cyprès, Fidèle ami des morts, protecteur de leur cendre, Ta tige, chère au cœur mélancolique et tendre, Laisse la joie au myrte et la gloire au laurier [DELILLE, Jardins, IV]
Le cyprès joint son deuil au deuil de ces mystères [ID., Énéide, III]
Noix de cyprès, cônes globuleux, à écailles charnues, soudés avant la maturité seulement et qui, cueillis alors, sont usités comme très astringents.
Fig. La mort, le deuil, la tristesse. Les cyprès funèbres.
Seule terre où je prends mes cyprès et mes palmes [MALH., V, 30]
J'irai sous mes cyprès accabler ses lauriers [CORN., Cid, IV, 2]
Souvent, pleurant sur eux [les guerriers], dans ma douleur muette, J'ai trouvé leur cyprès plus beau que nos lauriers [V. HUGO, Odes, V, 8]
Changer les lauriers en cyprès, changer la victoire en deuil, faire trouver la mort dans la victoire.
Petit cyprès, espèce de santoline.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Nus tabletier ne puet metre avec buis nule autre maniere de fust qui ne soit plus chier que buis, c'est à savoir cadre, benus [ébène], bresil et ciprès [, Liv. des mét. 173]
  • XIVe s.
    Ou dit estude [cabinet] avoit un escrin de cyprès marqueté et ferré d'argent [DE LABORDE, Émaux, p. 166]
  • XVIe s.
    Alum, escorce de grenade, noix de cyprez [PARÉ, VI, 8]
    Les masle et femelle du cyprès se discernent facilement : le masle seul porte des coques ou noix semblables à petites pommes de pin [O. DE SERRES, 559]
    Le cyprès ne se peut edifier que par semence, estans leurs branches inracinables, et leurs tiges vuides de rejettons [ID., 558]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. cypres ; anc. catal. ciprer ; espagn. cipres ; portug. cipreste ; ital. cipresso ; du latin cupressus, du grec.

cyprès

CYPRÈS. n. m. Arbre d'un vert sombre de la famille des Conifères, qui s'élève droit et en pointe et qu'on plante souvent dans les cimetières. Allée de cyprès. Planter des cyprès autour d'un tombeau.

Il est souvent employé pour exprimer l'idée de la mort et se dit, figurément et poétiquement, en parlant du Deuil et de la tristesse.

cyprés

Cyprés, Cyparyssus, Cupressus.

Cyprés fort large et qui s'estend, Fusa cupressus.

Cyprés de jardins, Chamaecyparissos, Abrotonon foemina.

Un lieu planté de cyprés, Cupressetum.

cyprès


CYPRèS, s. m. [Ciprê: 2eê ouv.] Arbre toujours verd, qui s'élève droit et en pointe. Palissade, allée, bois de cyprès. = Chez les Poètes, c'est le symbole de la mort. "Le noir cyprès: le cyprès funèbre.

Traductions

cyprès

Zypresse

cyprès

cypress, cypres

cyprès

cipres

cyprès

ברוש (ז), תאשור (ז), בְּרוֹשׁ, תְּאַשּׁוּר, ברוש

cyprès

xiprer

cyprès

cypres

cyprès

cipreso

cyprès

ciprés

cyprès

sypressi

cyprès

čempres

cyprès

ciprus

cyprès

cipresso

cyprès

cupressus, cyparissus

cyprès

cyprys

cyprès

cipreste

cyprès

čempres, чемпрес

cyprès

cypress

cyprès

selvi

cyprès

[sipʀɛ] nmcypress