débagouler

(Mot repris de débagoulâtes)

DÉBAGOULER

(dé-ba-gou-lé)
V. n.Terme bas. Vomir. À peine sorti de table, il a débagoulé.
V. a.Fig. Débagouler un torrent d'injures.
Ensuite de cela, il dit tant de tripes de latin, que je pense qu'il débagoula tout ce qui était dedans le pot pourri de ses lieux communs sous le titre de de amore [, Francion, liv. IV, p. 148]
N'ai-je pas ouï Homère là-bas débagouler ses rapsodies ? [D'ABLANCOURT, Lucien, Dial. Caron, Mercure.]
Quand ils seront retournés chez eux, comme ils débagouleront tout ça dans leur voisinage [DANCOURT, Cur. de Comp. sc. 6]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Elle vient à debagouler mille injures contre le roy [BRANTOME, Dames galantes]
    Nos modernes, qui, pour le moindre axiome qui se presente, debagoulent dix ou douze authoritez [DES ACCORDS, Préface]

ÉTYMOLOGIE

  • Dans ce mot se trouve sans doute goule ou gueule ; mais le préfixe déba n'est pas expliqué, à moins qu'on n'y voie ba, ba-goule, comme dans ba-lèvre, et la préposition de qui indique sortie, émission, c'est-à-dire émettre hors de la ba-goule.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • DÉBAGOULER. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
    Dieu sçait come [un prédicant] se desbagoloit contre ce paouure prebstre [BONIVARD, Advis et devis, p. 144]

débagouler

DÉBAGOULER. v. intr. Vomir. Il est trivial.

Il se dit surtout au figuré et signifie transitivement Dire sans retenue toutes les injures qui viennent à la bouche. Il débagoula un torrent d'injures. Il est très familier.

débagouler


DÉBAGOULER, v. a. [Déba-gou-lé; 1re et dern. é fer.] Vomir, dégueuler. Il est très-bâs. — L'Acad. ne le met qu'au figuré: dire indiscrètement tout ce qui vient à la bouche. "Il a débagoulé tout ce qu'il avoit sur le coeur. "Ce criminel a tout débagoulé. "Débagouler des rapsodies. D'Abl. Il est aussi bâs au fig. qu'au propre.

Synonymes et Contraires

débagouler

verbe débagouler
Populaire. Proférer une suite de paroles.
débiter, raconter -familier: déballer -populaire: dégoiser.