débandade

débandade

n.f.
Fait de se disperser en désordre : La débandade des assaillants débâcle, déroute

débandade

(debɑ̃dad)
nom féminin
fuite désordonnée Quand la police arriva, ce fut la débandade.

DÉBANDADE

(dé-ban-da-d') s. f.
Action de se débander, de rompre les rangs.
Le huit, la débandade fut générale, quelque chose qu'on pût faire ; tout courut fourrager cette plaine [SAINT-SIMON, 47, 48]
À la débandade, loc. adv. Sans ordre, confusément. Familièrement. Mettre tout à la débandade, mettre tout en désordre, en confusion. Laisser tout à la débandade, abandonner tout au hasard. Tout va à la débandade, tout va mal et en confusion. À la débandade, sans réflexion, tête baissée.
Et je vas à la débandade [MOL., Don Juan, II, 1]
Vivre à la débandade, ne mettre aucune règle, aucune suite dans sa conduite.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Sur toutes ces miseres, ce prince aima mieux voir une retraite qu'une desbandade [D'AUB., Hist. III, 241]
    Sertorius se retira à la desbandée [AMYOT, Pomp. 27]
    Ils faisoient mine de vouloir jouer à la debandade [CHOLIÈRES, Contes, t. II, après-dinée, 4]
    Il y faut, tout aveuglé et sans aucune notable formalité ou consideration, conclure vistement et donner à la desbandade la teste baissée, comme en un bataillon de gens de pied [NOEL DU FAIL, Contes d'Eutrap. ch. 29]

ÉTYMOLOGIE

  • Débander 2.

débandade

DÉBANDADE. n. f. Action de se débander. Il y eut une débandade générale.

À LA DÉBANDADE, loc. adv. Confusément et sans ordre. L'armée, les troupes s'en allèrent à la débandade.

Fig. et fam., Mettre tout à la débandade, Porter dans un lieu, dans une affaire le désordre et la confusion. Laisser tout aller à la débandade, Abandonner au hasard le soin de son bien, de ses affaires ou de celles dont on est chargé, comme si on en désespérait. On dit de même Vivre à la débandade, Ne mettre aucune suite, aucune règle dans ses moeurs et dans sa conduite.

débandade


DÉBANDADE, s. f. DÉBANDEMENT, s. m. DÉBANDER, v. a. [1re é fer. 2e lon. 3e e muet au 2d, é fer. au 3e. Débande-man, Débandé.] Le 1er ne se dit que dans cette phrâse adverbiale: À~ la débandade. "Une Armée, des Troupes s'en vont à la débandade, en confusion, sans garder aucun ordre. — Fig. Mettre, ou laisser tout à la débandade, abandonner le soin de son bien, ou de quelque afaire, comme désespérée. — Débandement est, en parlant des Troupes, l'action de se débander, de se séparer d'un escadron ou d'un bataillon confusément et sans ordre.
   Débander, c'est, 1°. Détendre. Débander un arc, un pistolet. = 2°. Ôter une bande ou un bandeau. Débander une plaie; débander un homme à qui l'on avait bandé les yeux. = Se débander, se dit dans le 1er sens, au propre: "Son fusil se débanda. — Figurément, se débander l'esprit, se doner un peu de relâche. — Le temps se débande; il comence à s'adoucir après une forte gelée.

Synonymes et Contraires

débandade

nom féminin débandade
1.  Action de s'enfuir (armée).
2.  Dispersion désordonnée.
Traductions

débandade

rout, stampede

débandade

מנוסת בהלה (נ), ניסה (נ)

débandade

sbandamento

débandade

[debɑ̃dad] nf (= dispersion) → scattering (= déroute) → rout