débauché, ée


Recherches associées à débauché, ée: dissolu

DÉBAUCHÉ, ÉE

(dé-bô-ché, chée) part. passé.
Attiré à la débauche. Débauché par des camarades dissolus.
Qui vit dans la débauche. Ce jeune homme est dissipateur et débauché.
Ils entrèrent dans la maison d'une femme débauchée, nommée Rahab, et se reposèrent chez elle [SACI, Bible, Josué, II, 1]
Substantivement. C'est un parfait débauché.
Le débauché se rit des discours de son père, Et, dans vingt et cinq ans venant à se changer, Retenu, vigilant, soigneux et ménager, De ces mêmes discours ses fils il admonête, Qui ne font que s'en rire et que hocher la tête [RÉGNIER, Sat. V]
.... Bientôt son hôtesse nouvelle, Le prêchant, lui fit voir qu'il était auprès d'elle Un vrai dissipateur, un parfait débauché [BOILEAU, Sat. X]
Un agréable débauché, homme agréable dans la débauche de table.
Polémon fut un de ces agréables débauchés, dont la ville d'Athènes fourmillait [DIDER., Opin. des anc. phil. Platonisme.]
Détourné du travail, du drapeau. Des ouvriers débauchés de l'atelier par l'appât d'un salaire plus élevé. Les soldats étrangers, débauchés par des émissaires, quittaient en foule son service. En bonne part, entraîné en quelque partie de plaisir, en quelque distraction.
Mme de Coulanges me presse [d'y aller] d'un si bon ton, que me voilà débauchée [SÉV., 342]