débaucher

(Mot repris de débauchiez)

débaucher

v.t. [ anc. fr. débaucher, détourner ]
1. Inciter qqn à quitter son emploi en lui faisant des propositions alléchantes : Certains recruteurs essaient de débaucher les informaticiens expérimentés.
2. Renvoyer du personnel par manque de travail congédier, licencier ; embaucher, engager, recruter
3. Entraîner à une vie faite d'excès, de débauche pervertir
4. Fam. Détourner momentanément qqn d'une occupation sérieuse, pour le distraire : Je me suis laissé débaucher pour aller au cinéma.
v.i.
Région. Quitter le travail en fin de journée.

débaucher

(deboʃe)
verbe transitif
1. employé embaucher renvoyer, licencier débaucher des ouvriers par manque de travail
2. employé convaincre de changer d'entreprise Il s'est fait débaucher par la société concurrente.
3. inciter à avoir une vie immorale débaucher les jeunes filles
4. figuré convaincre d'arrêter ses occupations Je me suis fait débaucher par des amis pour passer la soirée avec eux.

DÉBAUCHER

(dé-bô-ché) v. a.
Jeter dans la débauche. Les mauvaises compagnies l'ont débauché.
Détourner une femme, un mari de ses devoirs, une femme libre, fille ou veuve, de la bonne conduite.
Photin dont il avait débauché la femme [BOSSUET, Hist. I, 11]
Si un maître débauche la femme de son esclave, ceux-ci sont tous deux libres [MONTESQ., Esp. XV, 12]
Je n'ai débauché le mari d'aucune femme, je n'ai jamais attiré dans mes filets aucun jeune homme [RAYNAL, Hist. phil. XVII, 21]
Se dit aussi d'une personne qui, détachant d'un commerce de galanterie une autre personne, l'attire à soi.
Il venait de lui débaucher la comédienne [HAMILT., Gramm. X]
Tu m'as débauché de Timante [BRUEYS, Muet, I, 7]
Détourner d'un travail, d'une occupation. Débaucher un ouvrier, un domestique.
Il y a quelque autre chose qui vous débauche tous de mon service [VAUGEL., Q. C. 558]
Cela n'est ni beau ni honnête de nous débaucher nos laquais [MOL., Préc. 16]
Faisons défense à tous fabricants, contre-maîtres de fabrique.... de débaucher directement ou indirectement aucun ouvrier forain ou domicilié, et même de lui donner de l'ouvrage, qu'il n'ait... [, Lett. patent. du 12 sept. 1781, art. 6]
Fig.
Son irrégularité me débauche ; je la condamne et je l'imite [SÉV., 116]
Provoquer à la défection.
Il débauchait par promesses et par argent les troupes mêmes de l'empire [FLÉCH., Hist. de Théod. I, 17]
Ptolémée vint par mer sur les côtes de la Cilicie, et employa toutes sortes de moyens pour lui débaucher les Argyraspides [troupes d'élite dans l'armée macédonienne] [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VII, p. 122, dans POUGENS]
Chaque parti tâchait de débaucher les alliés de l'autre [VERTOT, Révol. rom. XI, p. 98]
Des vaisseaux qu'il envoyait pour débaucher une partie de la flotte [SÉV., 470]
Par extension.
Dépenses [de Fouquet] qui allaient à se fortifier contre lui [le roi] et à lui débaucher ses sujets et ses domestiques [CHAPELAIN, Lett. à Mme de Sévigné, dans l'édition de SÉVIGNÉ, donnée par Adolphe Régnier, t. I, p. 429]
En bonne part, faire quitter un moment le travail pour le plaisir. Un de ces jours j'irai vous débaucher.
M. de Termes nous mène dans son carrosse, et j'ai aussi débauché M. Hessein pour faire le quatrième [RAC., Lett. à Boileau, 25 juillet 1687]
Se débaucher, v. réfl. Se jeter dans la débauche.
On se débauche, et la jeunesse Ne songe plus à s'exercer, Et ne fait que son temps passer [SCARRON, Virg. trav. IV]
Quitter ses occupations.
Étant jeune, je me débauchai de mes études avec quelques-uns de mes camarades ; nous fîmes dessein de nous en aller en pèlerinage à St-Jacques en Galice [SEGRAIS, Ile imaginaire, t. II, p. 180]
En bonne part, se délasser par quelque plaisir, par quelque distraction.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Grans gens aveuc lui se debauchent, Droit vers Lille en Flandres chevauchent [G. GUIART, ms. f° 273, dans LACURNE]
  • XVe s.
    Quant compaignons sont desbauchez, Ils ne cerchent que compaignie [VILLON, la Repue de Montfaucon.]
    Comme par delà [à Gênes] ils soyent moult jalouse gent, ny n'ont desir que on leur aille desbaucher leurs femmes, de cestuy leur est bien advenu [, Bouciq. IV, ch. 7]
  • XVIe s.
    Il y a partout des scandales et tentations à se desbaucher [CALVIN, 271]
    Il follastrera, il se desbauchera avec son prince [MONT., I, 185]
    Ils les ont prinses [les passions] comme tempestes qui desbauchent honteusement l'ame de sa tranquillité [ID., II, 326]
    .... Les organes et instrumens, lesquels estant detraqués et desbauchés, l'ame ne peut bien et reiglement agir.... [CHARRON, Sagesse, I, 14]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et un ancien mot bauche, qui a le sens de lieu de travail, atelier ; norm. se débaucher, se désoler ; wallon, disbâchi. L'origine de bauche est inconnue ; comparez bauge, embaucher, et aussi ébaucher.

débaucher

DÉBAUCHER. v. tr. Jeter dans la débauche, dans le vice. Les mauvaises compagnies l'ont débauché. C'est la fainéantise qui l'a débauché. Débaucher une fille. Dans cette acception, le participe passé DÉBAUCHÉ, ÉE, est employé comme nom et désigne un Homme adonné à la débauche. C'est un débauché, un grand vieux débauché.

Il signifie également Provoquer à rompre ses engagements, à manquer à son devoir, en parlant d'Ouvriers, de soldats, etc. Débaucher les ouvriers d'une usine. Débaucher des hommes d'un régiment.

Par extension, il signifie Renvoyer des ouvriers faute de travail à leur donner. On débauche dans telle usine, chez tel industriel.

Il signifie encore familièrement Faire quitter un travail, une occupation sérieuse pour un divertissement honnête. Je viens vous débaucher, pour vous débaucher. Nous voulons vous débaucher un de ces jours.

Synonymes et Contraires

débaucher

verbe débaucher
1.  Pousser quelqu'un à la débauche.
2.  Licencier quelqu'un.
Traductions

débaucher

debauch

débaucher

licenziare, sviare

débaucher

[deboʃe] vt
(= licencier) → to lay off, to dismiss
[+ salarié d'une autre entreprise] → to poach
(= entraîner) → to lead astray