débiteur, trice

DÉBITEUR, TRICE2

(dé-bi-teur, tri-s') s. m. et f.
Celui, celle qui doit. Un débiteur insolvable.
Il y a des âmes sales, uniquement occupées de leurs débiteurs, enfoncées et comme abîmées dans les contrats, les titres et les parchemins [LA BRUY., VI]
Pour me rendre maître de Rome, je [César] travaillai à être le débiteur universel de toute la ville [FÉN., Dialogues des morts, 42, Pompée, César.]
Terme de droit. Celui qui est tenu d'une obligation. Débiteur hypothécaire.
Adj. Compte débiteur, compte qui est mis à la page dite débit.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Li hoirs s'en pot deffendre envers les deteurs, qu'il n'est tenus envers eus que de sa partie [BEAUMANOIR, XIII, 9]
  • XIVe s.
    Donques il demeure tousjours debteur [ORESME, Eth. 258]
    Tu es mes debitors [, Girart de Ross. V. 2985]
  • XVIe s.
    La vessie ne voudra estre debitrice aux roignons ; l'urine sera supprimée [RAB., Pant. III, 3]
    Representez vous ung monde aultre, auquel ung chascun preste, ung chascun doibve ; tous soyent debteurs, tous soyent presteurs [ID., ib. III, 4]
    Le facquin disoyt en rien ne luy estre debiteur [ID., ib. III, 37]
    Ilz ne rendoyent ny le serf fugitif à son maistre, ny le debteur à son creancier, ny l'homicide au justicier [AMYOT, Rom. 13]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. debitor, de debere, devoir. Débiteur a été refait sur le latin ; l'ancienne forme était deteur ; au XVIIe siècle les deux formes étaient en présence ; et les puristes recommandaient de ne dire que débiteur.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. DÉBITEUR.
    Ajoutez :
  • Rester débiteur à quelqu'un.
    Il faut ou que je tire de ma poche ces cent louis pour vous les rendre, ou que je vous en reste débiteur [J. J. ROUSS., Lettre à Du Peyrou, 29 avril 1768]
  • HISTORIQUE

    • Ajoutez : XIIe s.
      Bons estoie, de gré sui chaüz ; frans estoie, de mon gré sui faiz datres de mort [BONNARDOT, Texte lorrain, dans Romania, t. V, p. 291]
      (datre est au nominatif, très correctement formé du lat. debitor, accent sur de).