déborder

(Mot repris de déborda)

déborder

v.i.
1. Se répandre au-dessus des bords de son contenant : Le ruisseau a débordé il est sorti de son lit
2. Être plein au point de laisser échapper son contenu, en parlant du contenant : La casserole déborde.
3. S'étendre au-delà d'une limite : L'arbre déborde chez les voisins dépasser, envahir
4. Se manifester avec force, en parlant d'un sentiment : Son enthousiasme déborde éclater
v.t.
1. Dépasser en allant au-delà des limites de : Le toit déborde le mur de quelques centimètres.
2. Sortir d'un cadre déterminé : Le débat déborde le sujet.
3. Mettre dans l'impossibilité de dominer une situation : Des dissidents ont débordé les dirigeants du parti submerger
Déborder un lit,
tirer les bords des draps et des couvertures glissés sous le matelas.
Être débordé,
avoir trop de travail ; avoir beaucoup d'occupations.
v.t. ind. (de)
Manifester avec force un sentiment, un état : Elle déborde d'imagination en avoir beaucoup

se déborder

v.pr.
Tirer ses draps de sous le matelas : Elle s'est débordée la nuit dernière et a pris froid.

DÉBORDER

(dé-bor-dé) v. n.
Dépasser les bords, sortir de son lit. La Seine avait débordé et inondait les prairies.
.... Le Tibre en rougit [de sang romain] et déborda des pleurs Qu'ils nous faisaient verser au fort de nos malheurs [MAIR., Mort d'Asdr. I, 1]
Pourquoi croyez-vous plutôt que je suis malade, que de comprendre que toutes les rivières sont débordées ? [SÉV., Lett. 12 février 1690]
Par extension, faire éruption hors du corps. Les humeurs débordent. La bile déborde. Fig. La colère déborde de son cœur. Son cœur est plein, il faut qu'il déborde. Les mauvaises mœurs débordent et menacent de tout envahir.
Accourir en foule, en multitude.
De là vient que Paris voit chez lui [le libraire] de tous temps Les auteurs à grands flots déborder tous les ans [BOILEAU, Sat. IX]
Pour l'étouffer [la liberté] en vain la tyrannie Fait signe au nord de déborder sur nous [BÉRANG., Malade.]
Dépasser le bord d'une autre chose.
La plante du pied de l'éléphant est revêtue d'une semelle de cuir dur comme la corne et qui déborde tout autour [BUFF., Éléphant.]
Terme de marine. Quitter le bord d'un navire, en parlant des embarcations. Les chaloupes débordèrent, dès qu'elles virent le feu au brûlot. Déborde, terme de commandement pour ordonner à la chaloupe de s'éloigner du vaisseau.
V. a. Pousser hors du lit, en parlant des eaux.
C'est la Seine en fureur qui déborde son onde Sur les quais de Paris [MALH., VI, 12]
Peu usité aujourd'hui en ce sens.
Dépasser par le bord une chose. Cette pierre déborde l'autre de trois centimètres.
Les eaux du Gange qui débordaient déjà leurs rivages [BERN. DE ST-PIERRE, Chaum. ind.]
Terme militaire. Dépasser le flanc d'un corps de troupes. L'avant-garde de notre flotte débordant celle de l'ennemi.
Mais César, accouru des champs de la Mésie, De votre propre armée a débordé le flanc [ROTROU, Bélis. III, 1]
Déjà, à sa gauche et a sa droite, il [Napoléon] voyait le prince Eugène et Poniatowski déborder la ville ennemie [Moscou] [SÉGUR, Hist. de Napol. VIII, 4]
Fig. Dépasser, aller au delà. Si vous soulevez le flot populaire, il vous débordera. Les chefs de l'assemblée constituante furent débordés par les sociétés des Jacobins.
Ôter la bordure. Déborder une robe, des souliers. Déborder un lit, faire sortir le bord de la couverture repliée sous les matelas ou au dedans du bois du lit.
10° Étendre ou étaler les bords d'une peau destinée à faire des gants.
11° Les plombiers disent déborder une table de plomb, pour dire la dresser en la coupant des deux côtés.
12° Terme de marine. Déborder les avirons, les ôter des tolets. Déborder les voiles, en larguer les écoutes. Déborder un vaisseau, en enlever le bordage. Déborder une embarcation, la pousser au large.
13° Se déborder, v. réfl. Monter au-dessus de ses bords.
La mer a beau se remplir de fleuves, elle ne se déborde point [MAUCROIX, Homélies, dans RICHELET]
Le Rhin s'était débordé tout à coup [RAC., Lettre à Boileau, 28 sept. 1694]
Quand il [Sardanapale] vit que le Tigre, en se débordant avec violence, avait abattu vingt stades du mur et ouvert un passage aux ennemis, il comprit le sens de l'oracle et se crut perdu [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 51, dans POUGENS]
Par extension, faire éruption hors du corps. La bile se déborde. Fig.
Cet amour-propre s'est étendu et débordé dans le vide que l'amour de Dieu a quitté [PASC., dans COUSIN]
Le socinianisme s'y déborde comme un torrent sous le nom de tolérance [BOSSUET, Avert. 6]
Pour arrêter la malice qui se déborde [FLÉCH., Tur.]
Voilà de quelle source ont dérivé tous nos malheurs ; nous allons les voir se grossir et se déborder par torrents, jusqu'à nous entraîner dans la plus profonde ruine [MARMONT., Mém. liv. XII, t. III, p. 316, dans POUGENS]
14° Faire irruption, en parlant des multitudes.
Ils savent que, sur eux prêt à se déborder, Ce torrent, s'il m'entraîne, ira tout inonder [RAC., Mithr. III, 1]
Il ne put d'abord arrêter le torrent qui se débordait sur sa patrie [VOLT., Louis XIV, 10]
C'est de la Suède que se débordèrent ces multitudes de Goths qui inondèrent l'Europe [ID., Charles XII, 1]
15° Se laisser aller à l'expansion, à des effusions.
Je me déborde quand il est question de parler de vous [BALZ., liv. VII, lett. 32]
Se déborder en injures contre quelqu'un, l'en accabler.
Se déborder en paroles impures et licencieuses [MAUCROIX, Homélie VIII, dans RICHELET]
Leur éloquence s'est débordée en invectives [BOSSUET, Bern. 2]
Tant qu'ils [les comédiens italiens] n'avaient fait que se déborder en ordures sur leur théâtre, on n'avait fait qu'en rire [SAINT-SIMON, 46, 36]
16° Faire sortir, en se remuant dans son lit, le bord de la couverture de dessous les matelas. Cet enfant se déborde toujours. Terme de marine. Se détacher, en parlant d'un vaisseau, du bord d'un autre qui l'avait abordé ou du bord d'un brûlot. Voyant le danger où il était, il se déborda vigoureusement.

REMARQUE

  • Déborder, v. n., se conjugue avec l'auxiliaire avoir, quand il exprime l'action : la rivière a débordé aujourd'hui ; avec l'auxiliaire être, quand il exprime l'état : la riviere est débordée depuis hier.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et les autres jamais ne furent si desbordez, car ceulx que je pensoye des meilleurs pour le roy estoient ceulx qui plus le menassoient [COMM., III, 6]
  • XVIe s.
    Nous les voyons quasi touts desbordez en licence d'opinions et de mœurs [MONT., II, 313]
    La riviere, estant fort enflée par ce grand ravage de pluyes, se desbordoit et regorgeoit en la plaine d'alentour [AMYOT, Timol. 38]
    Il se desborda de telle furie en ses massacres de Rome, que ses amis mesmes.... [ID., Marius et Pyrrh. 13]
    Le Melas croist et desborde ès plus grands jours d'esté [ID., Sylla, 45]
    Il se desborda de rechef à vivre voluptueusement et desordonéement comme devant [ID., Anton. 24]
    Il se doubta bien que les Parthes leur avoient ainsi desbordé ceste riviere pour les arrester [ID., ib. 53]
    Quelque fois aussi l'instinct se laisse aller à la debordée, estant dissolu et desordonné [ID., De la vertu morale, 10]
    Comme un torrent debordé qui emmeine Tects et troupeaux, contreval par la plaine [DU BELLAY, III, 8, verso.]
    Caligula estoit un homme desbordé à toute vilanie [H. EST., Apol. pour Hérod. Préf. p. XVII, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et bord ; bourguig. débodé.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DÉBORDER. Ajoutez :
    17° Écarter du bord les bois de flottage qui s'y sont arrêtés.
    On déborde, à l'aide des mêmes instruments [crocs], les derniers bois restés le long du ruisseau, en commençant par le haut, [, Mém. de la Soc. centr. d'Agric. 1873, p. 259]

déborder

DÉBORDER. v. intr. Dépasser le bord, en parlant des Fleuves, des rivières, des étangs. Quand les neiges fondent, la rivière déborde. Le fleuve a débordé deux fois cette année. La rivière est débordée. Les pluies ont fait déborder cet étang. Par analogie, L'eau déborde du verre. Cette vasque déborde.

Figurément, il signifie Se donner libre cours. Sa fureur déborde. La colère déborde de son coeur.

Fig., Déborder en injures, en imprécations, Exhaler sa colère en injures, vomir des injures, des imprécations.

Il est aussi transitif et signifie Dépasser le bord d'une chose. Cette pierre déborde l'autre de trois centimètres.

Il se dit particulièrement, en termes de Tactique militaire ou navale, lorsqu'une ligne de troupes ou de vaisseaux a plus de front et plus d'étendue que la ligne qui lui est opposée. La première ligne de l'ennemi débordait la nôtre. Notre aile gauche était débordée. L'avant-garde de notre flotte débordait celle des ennemis.

Il signifie figurément Rendre incapable, impuissant. Les chefs de l'émeute auraient voulu s'arrêter, mais ils furent débordés.

Être débordé d'ouvrage, En avoir au-delà de ses forces.

Il signifie encore Éloigner, tirer du bord. Déborder un drap, une couverture. Son lit est débordé. Par extension, Ce malade est tout débordé : il faut refaire son lit. Cet enfant se déborde dans son sommeil.

SE DÉBORDER signifie, en termes de Marine, Se détacher d'un vaisseau qu'on avait abordé. Après l'abordage, il ne put déborder. Nous fîmes tous nos efforts pour nous déborder.

DÉBORDER signifie en outre Dégarnir de sa bordure. Déborder une jupe, un chapeau.

Synonymes et Contraires

déborder

verbe déborder
2.  Manifester avec force.
Traductions

déborder

(debɔʀde)
verbe intransitif
1. laisser passer un liquide par-dessus le bord La baignoire a débordé.
2. passer par-dessus le bord de qqch La lait déborde de la casserole.

déborder

überlaufen, überkochenoverflow, overshoot, flood, slop, boil overoverlopen, overstromen, buitendeoeverstreden, buitenzijnoeverstreden, overgaan, overslaan, oversteken, afhalen [dekens], buiten), lostrekken, omtrekken [leger], uitsteken (boven, overkokenגלש (פ'), השתפך (התפעל), זרזף )פיעל), עבר על גדותיו, עלה על גדותיו, הִשְׁתַּפֵּךְ, גָּלmelembak, meluap, melubertraboccare, fuoriuscire, slabbrare, straripareيَغْلي حَتَّى يَفِيضُpřekypětkoge overξεχειλίζωderramarse por sobrecalentamiento, salirsekiehua yliprekipjeti噴きこぼれる끓어 넘치다koke overwykipiećtransbordarперелиться через крайkoka överเดือดจนล้นtaşmaksôi tràn沸溢出溢出
verbe transitif
aller plus loin que qqch déborder la ligne

déborder

[debɔʀde]
vi
[cours d'eau] → to overflow; [lait] → to boil over
Le lait a débordé de la casserole → The milk boiled over.
(fig) (= devenir incontrôlable) [colère, passion, conflit, joie, enthousiasme]
ce point où la passion déborde et côtoie la folie → the point where passion overflows into madness
empêcher le conflit de déborder → to stop the conflict spreading
(= dépasser) (en coloriant) → to go over the lines
déborder sur
A-t-on le droit de cueillir les fruits de l'arbre du voisin lorsqu'il déborde sur sa propriété? → Do you have the right to pick fruit from a neighbour's tree when it overhangs your property?
Le conflit déborde sur le terrain politique et social → The conflict is extending into political and social areas.
(SPORT) [ailier] → to make a break
déborder sur la gauche → to make a break down the left side
déborder sur le flanc droit → to make a break down the right flank
vi
déborder de (= avoir en abondance) [+ joie, zèle, enthousiasme] → to be bursting with, to be brimming over with; [+ énergie] → to be bursting with
vt
(MILITAIRE) → to outflank
(SPORT) → to outflank
(= dépasser) → to extend beyond
déborder le cadre de qch → to go beyond the scope of sth