décevance

DÉCEVANCE

(dè-se-van-s') s. f.
Action de décevoir.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Se m'ociez ainsi par decevance [, Couci, XVI]
  • XIIIe s.
    ....Affermerent et recognurent par devant nous que eus, pour le commun profit, et pour oster les fraudes, les decevences et les mesprensures de leur mestier.... [, Liv. des mét. 374]
    Il se traïst ausi à noz, et noz monstra le [la] dechevance que ses compains li avoit fet [BEAUMANOIR, XXI, 29]
    Bien se gart cil qui a esté sous-aagiés et il s'aperchoit qu'on li ait fet tort ou decevance el tans qu'il fu sous aage.... [ID., XVI, 4]
    Ce qu'ele estoit si belle fame Fesoit à Dieu perdre mainte ame, Qu'ele estoit laz de decevance [RUTEB., II, 111]
  • XVe s.
    Je pensoie bien que toutes ces douces paroles que Gisebrest Mahieu nous rapporta l'autre jour, ce n'estoit que decevance [FROISS., II, II, 54]
  • XVIe s.
    Ne faisons pas tant des plaisans ; Partout il y a decevance [MAROT, I, 211]

ÉTYMOLOGIE

  • Décevant.