décevant, ante

DÉCEVANT, ANTE

(dè-se-van, van-t') adj.
Qui déçoit, qui abuse. Des promesses décevantes.
Qu'il ne se flatte point d'un espoir décevant [CORN., Perthar. I, 1]
Seigneur, nos passions nous font prendre souvent Pour chose véritable un objet décevant [MOL., D. Garc. IV, 7]
Toute femme qui veut à l'honneur se vouer Doit se défendre de jouer Comme d'une chose funeste : Car le jeu, fort décevant, Pousse une femme souvent à jouer de tout son reste [ID., Éc. des f. III, 2]
[L'imagination] c'est cette partie décevante dans l'homme [PASC., Imag. 1]
C'est le tableau le plus décevant qu'on puisse voir [SÉV., 161]
Ai-je pu résister au charme décevant.... [RAC., Phèd. II, 2]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Laissez de cest siecle les vanitez, ki profiter ne vos purront ; kar decevantes et vaines sunt [, Rois, 41]
  • XIIIe s.
    Renart, fet-il, se Diex vos gart, Sages estes et decevant Et de toz max [maux] apercevant [, Ren. 5781]
  • XVIe s.
    L'amour Qui fut pour moi trop doux et decevant [MARG., Nouv. XXIX.]