déchaux

DÉCHAUX

(dé-chô) adj. m.
Qui porte des sandales sans bas. Déchaux ne se dit que des carmes ; on dit carmes déchaux et augustins déchaussés.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Cascune sans estrief [étrier] seoit, Et si n'orent solliers ne chauces, Ains estoient totes deschauces [, Lai du trot]
    Il les fist prendre, et leur fist tolir leur avoirs, et les fist mener en Salenique, nus et deschaus à pié [VILLEH., CLIII]
    Le roi sailli de son lit tout deschaus [JOINV., 196]
    Et lors je me parti de Joinville sans rentrer au chastel jusques à ma revenue, à pié deschaus et en langes [ID., 209]
  • XVe s.
    Il lui vint soudainement un homme en pur le chef et tout deschaulx et vestu d'une povre cotte de burel blanc [FROISS., III, IV, 29]
    Six des plus notables bourgeois, tous deschaux, les hars au col [ID., I, I, 320]
  • XVIe s.
    On leur rasoit les cheveux, on les faisoit aller deschaux [AMYOT, Lyc. 34]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, décaus ; wallon, dihâ ; namurois, déchau ; rouchi, decaux ; du bas-latin discalcius, qui est dans la loi salique ; de dis (voy. DES.... préfixe), et calceus, soulier (voy. CHAUSSER).

déchaux

DÉCHAUX. n. m. Voyez DÉCHAUSSER.

déchaux


*DÉCHAUX, adj. m. On dit vulgairement, Carmes Déchaux. Il faut dire: Carmes Déchaussés, Augustins Déchaussés.