déclaré, ée

DÉCLARÉ, ÉE

(dé-kla-ré, rée) part. passé.
Dont la déclaration est faite. Les naissances déclarées à la municipalité. La guerre est déclarée.
Après mille ans et plus de guerre déclarée, Les loups firent la paix avecque les brebis [LA FONT., Fabl. III, 13]
Vous me dites : Et le moyen d'avoir un congé puisque la guerre est déclarée ? Je vous répondrai aujourd'hui qu'elle est plus déclarée dans les gazettes qu'ici [SÉV., Lett. 10 nov. 1673]
Fig.
Quelle guerre plus ouverte et plus déclarée peut-elle [la religion] faire à nos passions, que de nous obliger, comme elle nous y oblige, à en arrêter jusqu'aux premiers mouvements ? [BOURDAL., 3e dim. après la Pentec Dominic. t. I, p. 373]
Avoué, connu. Ennemi, ami déclaré.
Jalousies tantôt couvertes, tantôt déclarées [BOSSUET, Hist. III, 6]
Combien d'âmes saintes et prédestinées ont souffert là-dessus les mêmes attaques que les plus déclarés impies ! [BOURDAL., 15e dim. après la Pent. Dom. t. III, p. 451]
Leur haine dès longtemps contre moi déclarée [RAC., Bér. IV, 5]
De ses amants le moins déclaré était le duc d'York [HAMILT., Gramm. 7]
Un pécheur déclaré, sans ménagement, pour le vice [MASS., Av. Conc.]
Les coupables soutiens de ces complots atroces Sont tous vos partisans déclarés ou secrets [VOLT., Catilina, I, 5]
Dans l'ancienne cour, maîtresse déclarée, maîtresse en titre du roi.
Lorsque Mme d'Étioles, depuis marquise de Pompadour, fut annoncée pour maîtresse du roi, et avant même qu'elle fût déclarée, il s'empressa de lui faire sa cour [MARMONT., Mém. liv. IV]
Qui s'est déclaré, qui s'est prononcé.
Dès que nos aventuriers furent déclarés [eurent déclaré leur amour] [HAMILT., Gramm. 4]
La cause pour laquelle Votre Éminence est si déclarée [BOSSUET, Lett. 255]
Et le ciel déclaré contre la tyrannie [BRÉBEUF, Phars. V]
Il y a eu, dans le paganisme, comme parmi nous, des juges intègres, déclarés, sans acception de personne, en faveur du bon droit [BOURD., Pensées, t. I, p. 213]
En public, en secret, contre vous déclarée, J'ai voulu par des mers en être séparée [RAC., Phèd. II, 5]