déconstruire

(Mot repris de déconstruisait)

DÉCONSTRUIRE

(dé-kon-strui-r') v. a.
Désassembler les parties d'un tout. Déconstruire une machine pour la transporter ailleurs.
Terme de grammaire. Faire la déconstruction. Déconstruire des vers, les rendre, par la suppression de la mesure, semblables à la prose. Absolument.
Dans la méthode des phrases prénotionnelles, on commence aussi par la traduction, et l'un de ses avantages, c'est de n'avoir jamais besoin de déconstruire [LEMARE, De la man. d'appr. les langues, ch. 17]
Se déconstruire, v. réfl. Perdre sa construction.
L'érudition moderne nous atteste que, dans une contrée de l'immobile Orient, une langue parvenue à sa perfection s'est déconstruite et altérée d'elle-même, par la seule loi de changement, naturelle à l'esprit humain [VILLEMAIN, Préf. du Dict. de l'Acad.]

REMARQUE

  • Déconstruire, qui n'est pas dans la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie, était dans la 5e ; et, comme on voit, M. Villemain, dans la préface de la 6e, s'est servi, avec toute raison, d'un mot qui n'est pas dans cette édition.

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et construire.

déconstruire

DÉCONSTRUIRE. v. act. Désassembler les parties d'une machine, d'un discours, d'une phrase. Déconstruire une machine pour la transporter ailleurs. Pour juger de l'exactitude d'une phrase poétique, il suffit de la déconstruire. En déconstruisant cette phrase, on lui fait perdre son énergie.