découplé, ée

DÉCOUPLÉ, ÉE

(dé-kou-plé plée) part. passé.
Qu'on a débarrassé de la couple. Des chiens découplés par le veneur. Fig. Lâché après. Les limiers de police découplés après lui l'eurent bientôt déterré.
Fig. Être bien découplé, avoir un corps libre et agile en ses mouvements et de belle taille.
Toinon, a-t-il bien des laquais ? - Il en a, je crois, douze, enfin un si grand nombre, Bien faits, bien découplés [HAUTEROCHE, Bourg. de qualité, II, 3]
C'était [d'Aubigné] un beau et grand drôle, très bien fait et très découplé de corps et d'esprit [SAINT-SIMON, 123, 103]
Rien n'est plus commun que de voir des enfants adroits et découplés [J. J. ROUSS., Ém. II]

REMARQUE

  • Celui qui est débarrassé de son lien est à l'aise, libre dans ses mouvements ; de là le sens figuré, donné à découplé, d'un corps taillé de manière à avoir aisance et agilité.