décuire

(Mot repris de décuisisses)

DÉCUIRE

(dé-kui-r') , je décuis, nous décuisons ; je décuisais ; je décuisis ; je décuirai ; je décuirais ; que je décuise ; que je décuisisse ; décuisant v. a.
Corriger l'excès de cuisson des sirops et des confitures en y mettant de l'eau pour les rendre plus liquides.
Se décuire, v. réfl. Se liquéfier, en parlant des confitures, faute d'avoir été assez cuites.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    S'en va tant que fu près de nuit ; Un chapon manga tout descuit.... [, Ren. 23108]
  • XVIe s.
    Lors remettrez vostre saumeure sur le feu ; car, par l'humidité de la chair, la saumure se descuit [O. DE SERRES, 837]
    Faut noter que le syrop se descuit, à toutes les fois qu'il est jetté sur le fruit [ID., 853]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et cuire. Dans l'exemple du Renart, des.... a le sens augmentatif, et descuit y signifie très cuit.

décuire

DÉCUIRE. v. tr. Corriger l'excès ou l'insuffisance de la cuisson.

Décuire un sirop, L'étendre d'eau parce qu'il s'est trop réduit en cuisant. Ces confitures se sont décuites, Elles sont redevenues liquides.

décuire


DÉCUIRE, v. a. [Dé-kui-re: 1re. é fer. 2e. lon. 3e. e muet.] Il ne se dit que des sirops et des confitûres; et c'est y mettre de l'eau, quand ils sont trop cuits. "Ce sirop est trop épais, il faut le décuire. — On dit que les confitûres se décuisent, quand, faûte d'avoir été assez cuites, elles se liquéfient trop. C'est un aûtre sens.