dédaigné, ée

DÉDAIGNÉ, ÉE

(dé-dè-gné, gnée) part. passé.
Le prince Eugène dédaigné par Louis XIV, lorsqu'il vint lui offrir ses services.
Un amour dédaigné cesse d'être invincible [DELAV., Vêpres sicil. II, 4]
Charles, abandonné par le grand vizir, vaincu par l'argent du czar en Turquie après l'avoir été par ses armes dans l'Ukraine, se voyait trompé, dédaigné par la Porte, presque prisonnier parmi des Tartares [VOLT., Charles XII, 5]