dédier

(Mot repris de dédiai)

dédier

v.t. [ lat. dedicare, déclarer ]
1. Inscrire le nom de qqn en tête d'un ouvrage, pour lui rendre hommage ; mettre une œuvre d'art sous le patronage de qqn : Le peintre a dédié sa toile à son maître.
2. Faire don de ; destiner à : Elle a dédié son concert aux victimes des attentats offrir, vouer
3. Consacrer à un culte religieux sous une invocation spéciale : Les églises Notre-Dame sont dédiées à la Vierge.

DÉDIER

(dé-di-é) , je dédiais, nous dédiions, vous dédiiez ; que je dédie, que nous dédiions, que vous dédiiez v. a.
Consacrer au culte divin, mettre sous la protection de Dieu, sous l'invocation d'un saint. Dédier une église, une chapelle, un autel.
Faire à quelqu'un hommage d'un ouvrage ou par une épître ou par une simple suscription.
Ce n'est que maroquin perdu Que les livres que l'on dédie [SCARRON, dans RICHELET]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Quant la chapele fu beneoite à Es [Aix-la-Chapelle], Et li mostiers fu dediez et fez [, Li coronemens Looys, V. 28]
    E en cel setme [septième] meis fud dediez li temples e tute la vaissele [, Rois, 257]
    E puis dedierent le temple, e firent vesseaus sainz toz noveaux [, Machabées, I, 4]
  • XIIIe s.
    Hors de sains liex qui sont dedié [BEAUMANOIR, XXV, 21]
    Lequel moustier estoit fait en la mahommerie des Sarrazins, et l'avoit le legat dedié en l'onneur de la mere Dieu [JOINV., 208]
  • XIVe s.
    En temps duquel consul fu dediée la maison de Saturne [BERCHEURE, f° 35]
  • XVe s.
    Hé Dieu ! se j'eusse estudié Au temps de ma jeunesse folle, Et à bonnes meurs dedié, J'eusse maison et couche molle [VILLON, Grand testam]
  • XVIe s.
    Qui est-ce qui inferera de là qu'il faille refuser le baptesme aux petis enfans, lesquels Dieu se dedie par son adoption gratuite ? [CALVIN, Instit. 1090]
    Tarquinius edifia ce temple ; mais il ne le dedia pas [AMYOT, Publ. 27]
    L'arbre proprement dedié et consacré à Jupiter [ID., Cor. 4]
    Il choisit entre tous les anciens senateurs romains Q. Fabius Maximus, auquel il se voua et dedia du tout [ID., Cat. 7]
    Ceste charge luy sembloit trop vile et mal seante à luy qui estoit jeune et dedié à l'estude [ID., Brutus, 3]
    Lequel [cheval] ne peut estre monté ny dressé que par Cesar, qui dedia son image aprez sa mort à la deesse Venus [MONT., I, 360]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. dedicar ; ital. dedicare ; du latin dedicare, de de, et dicare, consacrer.

dédier

DÉDIER. v. tr. Consacrer au culte divin, ou Mettre sous l'invocation d'un saint. Dédier une église, un autel. Dédier une chapelle à la Vierge.

Fig., Dédier un livre, un ouvrage, une gravure à quelqu'un. Les mettre sous le patronage de quelqu'un par une épître ou par une inscription imprimée à la tête du livre.

Il signifie quelquefois simplement Consacrer. Dédier ses efforts au relèvement de la patrie.

dedier

Dedier, Consecrare, Dedicare.

Dedier et consacrer quelque chose à Dieu, Dicare aliquid Deo, Sacrare, Deuouere.

Se donner et dedier à aucun, et se mettre en sa sauvegarde, Dicare se in clientelam alicuius, Deuouere se alicui.

Consacrer et dedier à quelque saint, Religare religionibus bona alicuius.

Dedier quelque lieu, Locum inaugurare.

Je te dedieray deux tasses pleines de bonne olive, Crateras duos tibi statuam pinguis oliui.

Dedié, Dedicatus, Dicatus, Deuotus, Consecratus.

Dedié à Dieu, Sacer.

Qui n'est point dedié à Dieu, Profanus.

Durer long temps, comme les choses dediées à Dieu qui durent longuement, pource qu'on ne les ose violer, ne attoucher, ne appliquer aux usages des hommes, Illud quasi consecratum manere possit.

Synonymes et Contraires

dédier

verbe dédier
Destiner quelque chose à.
Traductions

dédier

weihen, widmen, zueignen, dedizierendedicate, devoteopdragen, toewijden, spanderen, spenderen, (in)wijdenייחד (פיעל)spandeerdedicardediĉidedicardedikál, szenteldedykować, poświęcaćconsagrar, dedicar, oferecer, votarägnaαφιερώνωdedicare奉獻varataอุทิศ (dedje)
verbe transitif
1. mettre le nom de qqn au début d'un livre Il a dédié son livre à sa femme.
2. mettre sous la protection d'un dieu dédier un temple à Apollon

dédier

[dedje] vt → to dedicate
dédier qch à → to dedicate sth to [dedje] vpr/réfl (= se consacrer) se dédier à qn/qch → to dedicate o.s. to sb/sth [dediʀ] vpr/vi (d'une promesse) → to go back on one's word; (d'une affirmation) → to retract one's statement
se dédire de [+ promesse] → to go back on; [+ engagement] → to back out of