dédicace

dédicace

n.f. [ du lat. dedicare, déclarer ]
1. Formule imprimée ou manuscrite par laquelle un auteur fait hommage de son livre.
2. Autographe sur un livre, un disque, une gravure, une photographie.

dédicace

(dedikas)
nom féminin
1. message écrit au début d'un livre en hommage à qqn un auteur qui a écrit une dédicace en hommage à sa mère
2. message écrit pour qqn un chanteur qui signe des dédicaces à ses fans

DÉDICACE

(dé-di-ka-s') s. f.
Consécration du temple de Jérusalem chez les Juifs.
Il célébra la dédicace du temple avec piété [BOSSUET, Hist. I, 6]
Voici donc tout ce qui fut offert par les princes d'Israël à la dédicace de l'autel, au jour qu'il fut consacré : douze plats d'argent ; douze vases d'argent et douze petits vases d'or [SACI, Bible, Nombres, VII, 84]
Fête des dédicaces, fête des Juifs célébrée en mémoire de la restauration et de la nouvelle dédicace du temple par les soins de Judas Machabée.
Consécration d'une église ou d'une chapelle, qu'on dédie à quelque saint, c'est-à-dire qu'on met particulièrement sous sa protection. Faire la dédicace d'une église. Dédicace de l'église, fête qui se célèbre tous les ans le même jour en mémoire de sa consécration et qui est marquée par des cierges mis sur tous les piliers.
Fig. Hommage qu'on fait d'un livre à quelqu'un, par une épître imprimée en tête de l'ouvrage.
Votre Majesté n'a que faire de toutes nos dédicaces [MOL., Ép. dédicatoire de la Critique de l'École des femmes]
Aussitôt tu verras poëtes, orateurs.... Dégrader les héros pour te mettre en leur place, De tes titres pompeux enfler leur dédicace [BOILEAU, Sat. VIII]
Je dédiai une pièce à M. Duclos, et je déclarai que ce serait ma seule dédicace ; j'en ai pourtant fait une seconde, avec son consentement [J. J. ROUSS., Confess. VIII]
Que vraisemblablement mon livre serait censuré, et que, pour cela seul, il n'osait proposer au roi d'en accepter la dédicace [MARMONT., Mém. liv. VIII]
On lit dans une dédicace Qu'en latin il citait Horace [BÉRANG., Nabuchodonosor.]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Comme, le jour de la feste Nostre Dame my aoust, l'exposant feust asez esbatu en la ville d'Enquery à une feste que l'en appelle au pays [Boulogne] ququermesse ou dedicasse [DU CANGE, dedicatio.]
    L'exposant, qui demouroit lors en la ville de Valenciennes, s'aloit esbatre ou moustier où estoit la ducasse ou feste appellée saint Vast [ID., ib.]
  • XVe s.
    Ils vinrent arriver au village, où se faisait la dedicace et la generale feste du lieu [fête patronale] [LOUIS XI, Nouv. XCVIII]
  • XVIe s.
    La dedicasse d'un temple [AMYOT, Thém. 42]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. fictif dedicacia, de dedicare, dédier (voy. DÉDIER) ; wallon, dicâce ; namurois, dicauce ; rouchi, ducasse, trois mots qui signifient fête patronale.

dédicace

DÉDICACE. n. f. Consécration d'un temple, d'une église, d'une chapelle au culte divin.

Il se dit, par extension, de l'Action de placer une église, une chapelle sous l'invocation d'un saint. La fête de la dédicace des églises.

On le dit de même pour la Consécration d'un monument à un personnage.

Il se dit, par extension, de l'Inscription qui rappelle cette consécration.

Il signifie encore, figurément, Épître ou inscription à la tête d'un ouvrage imprimé, pur laquelle on le place sous le patronage de quelqu'un.

Par extension, il se dit des Quelques mots ou des quelques lignes écrites par Un auteur sur la première page de son livre pour en faire hommage à quelqu'un.

dédicace


DÉDICACE, s. f. DÉDICATOIRE, adj. DÉDIER, v. a. [1re. é fer. 4e. lon. au 2d. dédika-toâ-re.] Dédier, c'est 1°. consacrer au culte divin: dédier une Èglise, une Chapelle, un Autel. 2°. = Destiner à quelque chôse de saint. "Se dédier au service de Dieu. "Ses parens le dédièrent à l'Église dès le berceau. =
   3°. Dédier un livre, un ouvrage à quelqu'un, le lui adreser par une épitre ou une inscription à la tête du livre.
   DÉDICACE a le 1er. et le 3e. sens de dédier: dédicatoire n' a que le dernier. "La dédicace d'une Église. Dédicace ou Epitre dédicatoire. "Il n'y aura point de dédicace dans cet ouvrage. "Les Auteurs se sont dégoutés des dédicaces. "Il y a peu d'Epitres dédicatoires qui satisfassent les Lecteurs.
   Rem. 1°. Plusieurs pensent que Dédicace ne se dit point des Livres, et qu'on ne le dit que des Thèses et Actes publics. L'Acad. le dit des uns et des aûtres.
   2°. * Dédier se disait autrefois des choses profanes. "Cette maison a été dédiée à son divertissement. "Il s'est dédié entièrement à l'étude. Dict. de Trév. On dit aujourd'hui, a été consacrée; il s'est consacré. — Le Rich. Port. met encôre se dédier à l' étude. L'Acad. ne le met point.

Traductions

dédicace

opdracht [boek], opschrift [standbeeld], opdracht

dédicace

věnování

dédicace

Widmung

dédicace

dedica

dédicace

奉獻

dédicace

dedikation

dédicace

헌신

dédicace

[dedikas] nf (imprimée)dedication; (manuscrite, sur une photo)inscription