défense


Recherches associées à défense: légitime défense

1. défense

n.f.
1. Fait de lutter pour la protection de ; action de défendre ou de se défendre : L'armée assure la défense du pays protection, sauvegarde
2. Ce qui permet de protéger ; possibilité de défendre ou de se défendre : Son sens de l'humour est sa meilleure défense.
3. En sport, action de s'opposer aux offensives de l'adversaire ; partie d'une équipe chargée de protéger son but.
4. Action d'aider qqn, de plaider en faveur d'une cause, d'une idée : Elle prend toujours la défense de ses amis. Un avocat commis d'office assure sa défense. Des associations s'occupent de la défense du consommateur soutien
5. Dans un procès, partie qui se défend en justice (par opp. à accusation ou à ministère public) : La défense plaide l'homicide involontaire.
6. En médecine, réaction de l'organisme qui se protège contre une agression microbienne, biologique ou chimique : Défenses immunitaires.
7. Action d'interdire ; fait d'être interdit : Ils ont arrêté le travail malgré la défense de leurs supérieurs interdiction ; autorisation, permission prohibition
Avoir de la défense,
Fam. être capable de résister par soi-même aux attaques, aux pressions.
Défense contre les aéronefs
Anc.D.C.A.
Défense nationale,
ensemble des moyens civils et militaires mis en œuvre pour défendre le territoire national, les institutions et la population.

2. défense

n.f.
Longue dent pointue qui dépasse de la bouche de certains mammifères : Une défense de sanglier, de morse.

DÉFENSE

(dé-fan-s') s. f.
Action de défendre quelqu'un ou quelque chose ou de se défendre. Sa défense contre ceux qui l'assaillaient donna le temps de venir à son secours.
Jamais on n'a fait la guerre avec une force plus inévitable, puisqu'en méprisant les saisons, il a ôté jusqu'à la défense à ses ennemis [BOSSUET, Marie-Thér.]
J'aime un amour facile et de peu de défense [RÉGNIER, Ép. II]
Elle n'avait rien fait qu'en sa juste défense [CORN., Rodog. III, 1]
Il n'a pour sa défense Que les pleurs de sa mère et que son innocence [RAC., Andr. I, 4]
Il prend l'humble sous sa défense [ID., Esth. I, 5]
La veuve en sa défense [la protection de Dieu] espère [ID., ib. III, 3]
Elle a senti d'abord un peu de répugnance ; Mais, vous voyant, son cœur n'a plus fait de défense [REGNARD, Ménechmes, III, 8]
L'Égypte aimait la paix parce qu'elle aimait la justice, et n'avait de soldats que pour sa défense [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 91]
Aussi le reçoit-il [le coup mortel] peu s'en faut sans défense [DE BELLOY, Gaston et B. I, 1]
La cavalerie française eut l'honneur de cette journée ; l'attaque y fut aussi acharnée que la défense opiniâtre ; elle eut plus de mérite, n'ayant à employer que le fer contre le fer et le feu [SÉGUR, Hist. de Napol. VI, 2]
Se mettre en défense, se mettre en état de se défendre. Être en défense, être en état de se défendre. Menacé, il se mit en défense.
C'est en vain qu'on se met en défense [CORN., Poly. IV, 3]
Ceux qui se mirent en défense, et il y en eut peu, furent taillés en pièces [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VI, p. 378, dans POUGENS]
Eh bien ! ferme Caton, Rome est-elle en défense ? [VOLT., Catil. I, 6]
Être hors de défense, n'être plus en état de se défendre. Embrasser la défense de, se déclarer le défenseur de. Lisez.
Jugez après cette insolence Si nous devons d'un traître embrasser la défense [RAC., Baj. IV, 6]
Terme de manége. Action d'un cheval qui se défend. Terme de blason. Un hérisson roulé est un hérisson en défense. Terme d'eaux et forêts. Ce bois est en défense, il est assez crû pour qu'on puisse sans dommage y laisser aller les bestiaux.
Ce qui sert à la défense.
Rome sans défense du côté de ses empereurs [BOSSUET, Hist. III, 7]
Sans gardes, sans défense, il marche à cette fête [RAC., Andr. IV, 3]
Sa beauté pouvait tout ; mon âme sans défense N'a point contre ses yeux cherché de résistance [A. CHÉN., Élég. 35]
Longue dent qui sort de la bouche de quelques animaux, et qui leur sert de moyen de défense ou d'attaque. Les défenses d'un sanglier, d'un éléphant. Ce vieux sanglier n'a plus qu'une défense.
On connaît les défenses de l'éléphant ; elles grossissent quelquefois au point d'acquérir chacune un poids d'environ cent vingt livres [BONNET, Contempl. nat. 12e part. ch. 46]
Corde à laquelle le couvreur s'attache pour travailler sur un toit dangereux. S. f. plur.Terme d'histoire naturelle. Ensemble des moyens de se protéger dont sont pourvus les végétaux ou les animaux. Moyens employés pour protéger les jeunes plants contre tout ce qui pourrait les blesser, ou leur nuire de quelque façon. Terme de marine. Bouts de mâts et câbles qu'on laisse pendre au côté des vaisseaux, pour empêcher qu'ils ne se touchent lorsqu'ils sont trop près l'un de l'autre ; et longues perches qui servent à repousser les brûlots dans un combat.
Action de défendre une place. Ce général a fait une belle défense.
Il brûle ses faubourgs pour faire une belle défense [HAMILT., Gramm. 8]
Les impériaux ne pourront jamais oublier cette vigoureuse défense de Mézières contre eux [FÉN., Dial. des morts mod. Bourbon, Bayard.]
Fig. et familièrement. Faire une belle défense, résister longtemps à des propositions tentantes, à des sollicitations pressantes.
Il fit la plus belle défense ; mais, de mon côté, je m'obstinai si fort qu'il fallut me céder et recevoir mes cent écus [MARMONT., Mém. liv. I]
Place en état de défense, place bien fortifiée. Cette place est de défense, elle peut soutenir un siége. S. f. pl. Nom donné à tous les ouvrages d'une place de guerre, qui servent à couvrir ou à défendre les postes. Ruiner les défenses d'une place.
On avait abattu avec les béliers les principales défenses [VAUGEL., Q. C. liv. IV, ch. 4]
Ensemble des moyens par lesquels on repousse une accusation ou une demande en justice. Au plur.Terme de procédure. Ce qu'on répond, par écrit et par ministère d'avoué, à la demande de sa partie. Faire signifier ses défenses.
Donner ses défenses [PATRU, Plaidoy. 6, dans RICHELET]
Défenses est quelquefois synonyme de conclusion. Au sing. Exposition et développement des moyens qu'une partie emploie pour appuyer sa cause. La défense est présentée par un avocat.
Sa défense de M. de Portes est digne de Démosthène [J. J. ROUSS., Conf. X]
La situation de celui qui se défend ou qui défend un autre. On oppose la défense à l'accusation.
Par extension, justification, excuse.
Et l'État défendu me parle en ta défense [CORN., Cid, IV, 3]
Contre ces charges, prince, avez-vous des défenses ? [ROTR., Vencesl. IV, 6]
Injonction de ne pas faire une chose.
Avec défense de plus enseigner une telle doctrine [PASC., Prov. 6]
Les défenses que Dieu a faites de l'homicide [ID., ib. 13]
La défense, j'ai peur, sera trop tard venue [MOL., Mélic. I, 5]
Il y eut défense de sacrifier ailleurs [BOSSUET, Hist. II, 4]
Et malgré vos défenses Je n'ai pu résister à ses justes instances [BRIFAUT, Ninus II, I, 3]
Jugement, arrêt de défense, de défenses, ou, simplement, défenses, jugement qui défend de passer outre à l'exécution de quelque chose. Faire signifier des défenses.
Latte croisée que l'on suspend avec une corde à une maison, pour avertir les passants qu'il ne faut pas passer auprès, de peur de recevoir quelque débris qui tombe.
Terme de vénerie. Rangée d'hommes pour empêcher les loups de passer, et les forcer de se précipiter dans les filets.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Defense de plaid [, Lois de Guill. 45]
  • XIIIe s.
    Se vus plest, à vus parlerai, Jà defense ne garderai [, Lai del desiré]
    Se nous lessons nos deffenses que l'en nous a baillées à garder, nous sommes honnis [JOINV., 222]
    Les Sarrazins se ferirent en la ville, là où il ne trouverent nulle deffense ; car elle n'estoit pas toute close [ID., 277]
    Et quant sa gent virent que le roy metoit deffense en li, il pristrent cuer [ID., 227]
  • XVe s.
    Ces chevaliers et leurs gens estoient tous rangés devant la porte et montroient bonne defense [FROISS., II, II, 57]
    Il fit assaillir ceux qui defendoient, et traire si ouniement [sans interruption] que à peine n'osoit nul apparoir aux defenses pour la defendre [ID., I, I, 207]
  • XVIe s.
    C'est de toy, Dieu très haut, De qui attendre faut Vray secours et defense [MAROT, IV, 231]
    Ouyr des accusés en leurs deffenses [MONT., I, 19]
    Ils feirent deffense expresse, sur peine de mort, que.... [ID., I, 233]
    Tuer une beste innocente et sans deffense [ID., II, 131]
    On ne peut tenir riviere en garenne ou defense, s'il n'y a titre ou prescription [LOYSEL, 237]
    La garenne est de defense, tant pour la chasse que pour la pesche et le pascage [ID., 238]
    Il feit planter au dessus de son pont des defenses de grosses pieces de bois que l'on ficha à force au fond de la riviere [AMYOT, César, 30]
    Mourir pour la defense de son païs [ID., Solon, 56]
    Se mettre en defense [ID., Publ. 35]
    Ils en faisoient assés pour offense, non pour defense [D'AUB., Conf. II, 5]
    Les sangliers aiguisent pareillement leurs defenses [PARÉ, Animaux, 16]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. defensa ; ital. aifensa ; du latin defensa, du supin defensum, de defendere, défendre. On trouve, en outre, dans les anciens textes, defension et defendement.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DÉFENSE.
    Ajoutez :
  • Terme de fortification. Ligne de défense d'un front bastionné, ligne qui joint l'angle saillant d'un bastion à l'angle de flanc du bastion opposé.

défense

DÉFENSE. n. f. Action de défendre, de se défendre. Prendre les armes pour la défense de son pays, de la religion. S'armer pour la commune défense, pour sa propre défense. Être dans le cas de légitime défense.

Se mettre en défense, en état de défense, Se mettre en état de se défendre.

Il se dit particulièrement, en termes de Guerre, de l'Action ou de la Manière de défendre une place, un poste, etc., de s'y défendre. La défense de cette place lui fut confiée. Traité de l'attaque et de la défense des places fortes. Ligne de défense.

Fig. et fam., Faire une belle défense, Résister longtemps à quelque proposition, à quelque sollicitation, etc.

Au pluriel, il se dit de Ce qui sert à garantir, à couvrir une place. Démolir les défenses d'une place.

Fam., Il n'est pas de défense ou Il n'a pas de défense, Il ne sait pas se défendre contre les railleurs, la malveillance, la séduction.

En termes d'Eaux et Forêts, Ce bois est en défense, Il est en tel état de force qu'on n'a plus besoin d'empêcher les bestiaux d'y aller.

Il se dit spécialement de l'Action de défendre quelqu'un contre une accusation soit en justice, soit dans les rapports sociaux. La défense de sa cause. Prendre la défense de l'accusé. Il fut chargé de la défense de cet accusé. Qu'avez- vous à dire pour votre défense? On ne voulut point écouter ma défense.

Il signifie, en termes de Procédure, Ce qu'on répond, par écrit et par ministère d'avoué, à la demande de sa partie. Donner, fournir, faire signifier ses défenses.

Il se dit en outre de Chacune des deux longues dents, canines ou incisives, qui sortent de la bouche de certains quadrupèdes et dont ils se servent pour se défendre. Les défenses du sanglier, de l'éléphant.

Il signifie encore Prohibition, interdiction. On lui a fait défense de récidiver. Défense expresse de passer en tel endroit, de toucher à telle chose.

Spécialement, en termes de Procédure, Jugement, arrêt de défense, de défenses, ou simplement Défenses, Jugement qui défend de procéder, de passer outre à l'exécution de quelque chose. Obtenir des défenses. Faire lever des défenses.

defense

Defense de ne faire quelque chose, Vetatio.

Defense, ou menace, Interdictum.

Defense qu'on fait pour soy, Causae dictio.

Defense contre les ennemis, Propugnatio, Tutamentum, Munimentum, Presidium, Defensio.

Defense de soy, Tuitio sui.

Defense contre aucune chose, Munimen.

Une defense qui n'est pas fort raisonnable, Defensio iniquior.

Il a tué ceux qui se mettoient en defense, Alios vim parantes occidit. B. ex Liu.

Mettre toute sa defense aux paroles et aux mots de la Loy, Constituere praesidia sua in arce legis.

Alleguer pour sa defense, Afferre ad defensionem.

Proposer ses defenses, Causam dicere.

Cela sert de defense, Munimentum praebet haec res.

Receu en ses defenses, Ad causam dicendam admissus.

Qui est sans defense, Indefensus.

O la bonne defense, O praeclaram defensionem.

Exception et defense, Recusatio. B.

Une pertinente et peremptoire defense, Defensio firma ac solida. Bud.

Une povre et petite defense, Calumnia frigida ac ieiuna, infirma atque nugatoria. B.

La defense du defendeur, Exceptio, Praescriptio, Recusantis ratio, Actio prima rei, Antigraphe. B.

Defenses ou defences, sont prohibitions, comme, On fait de par le Roy inhibitions et defenses, Prohibetur authoritate Regia. Defences en matiere de fortification, sont les flancs, casesmattes et celles oeuvres qui sont faites pour defendre l'entrée aux assaillans, quand la muraille droite seroit abbatuë. Selon ce on dit, On a abbatu les defences, on leur a osté les defences, Lateralia munimenta, arces laterales. Et en venerie defences sont les deux dents de dessous du sanglier, dont il se combat, autrement appelées Armes et Limes, voyez Armes.

Les defenses et inhibitions, Interdicta curiae. B.

Il sera ouy en ses defenses, Ad causam dicendam admittetur. Bud. ex Cicer.

Se couper soy-mesme par ses defenses, Parler contre soy-mesme en se cuidant defendre, Suo gladio suam defensionem conficere. B.

Celuy qui n'a nulles defenses, Defensione cassus. B.

Faire inhibition et defenses, Edicto vetare. B.

Ville defensable.

Synonymes et Contraires

défense

nom féminin défense
2.  Ce qui permet de défendre.
3.  Fait d'interdire.
Traductions

défense

(defɑ̃s)
nom féminin
1. fait de se protéger ou de protéger qqn prendre la défense de qqn
2. fait de lutter pour qqch la défense des droits de l'homme
3. il est interdit de suivi d'un inf. défense de fumer

défense

Verteidigung, Abwehr, Interdikt, Verbot, Wehrdefence, defense, plea, tusk, championship, disallowance, excuse, justification, prohibition, proscription, veto, vindication, fenderverdediging, verbod, verweer, afweer, defensie, interdict, motivering, rechtvaardiging, weer, wettiging, bescherming, slagtand, verdediging [juridisch], achterhoedeאפולוגיה (נ), ביטחון (ז), הגנה (נ), המנעה (נ), התגוננות (נ), לימוד זכות (ז), סנגוריה (נ), תריס (ז), סָנֵגוֹרְיָה, הֲגָנָה, הַמְנָעָה, הִתְגּוֹנְנוּת, לִמּוּד זְכוּתafweerobranaforsvar, forbuddefendo, malpermeso, pravigodefensa, prohibicióndifesa, divietodefesaförsvar, värnάμυνα, υπεράσπισηклык, защитаدِفَاعpuolustusobrana防御수비forsvarobronaการป้องกันsavunmasự phòng thủ防守 (defɑ̃s)
nom féminin
très longue dent de certainsanimaux les défenses d'un éléphant

défense

[defɑ̃s] nf
(pour se protéger) (MILITAIRE)defence (Grande-Bretagne), defense (USA)
ministre de la défense → Minister of Defence (Grande-Bretagne), Defence Secretary
la défense nationale → national defence
la défense contre avions → anti-aircraft defence
(pour protéger)defence (Grande-Bretagne), defense (USA)
prendre la défense de qn → to stand up for sb, to back sb up
défense des consommateurs → consumer protection
les associations de défense des consommateurs → consumer protection organizations
la défense de la veuve et de l'orphelin → championing the underdog
prendre la défense de la veuve et de l'orphelin → to champion the underdog
(SPORT)defence (Grande-Bretagne), defense (USA)
une défense de fer → rock-solid defence
jouer en défense → to play in defence
une défense acharnée → fierce defence
défense de zone → zone defence
(interdiction)prohibition
malgré la défense expresse de la direction → despite the management's express prohibition
"défense de fumer " → "no smoking ", "smoking prohibited"
[éléphant] → tusk