défroquer

(Mot repris de défroquèrent)

DÉFROQUER

(dé-fro-ké) v. a.
Ôter le froc à quelqu'un, faire sortir de l'état monastique.
Il semble que la réforme aboutisse à défroquer quelques moines [BOSSUET, Var. 2]
Moyennant une dispense du pape dont il se chargea pour la défroquer [la religieuse], elle consentit à tout [SAINT-SIMON, 16, 189]
Se défroquer, v. réfl. Quitter l'habit de moine, l'état monastique. C'est un ancien moine qui s'est défroqué. Plus généralement et en mauvaise part, quitter l'état ecclésiastique.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    À tant furent assaillys les vingt chevaliers de tous costez ; mais tant bien se garderent qu'on ne les povoit deffroquer [, Perceforest, t. IV, f° 83]
  • XVIe s.
    Il y eut des huguenots qui se deffroquerent [changèrent de religion] [LANOUE, p. 654, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et froc.

défroquer

DÉFROQUER. v. tr. Dépouiller du froc. Il ne se dit que figurément en parlant d'un Religieux ou de tout ecclésiastique qui a quitté ou veut quitter l'état monastique ou l'état ecclésiastique. On travaille à le défroquer. Il s'emploie surtout pronominalement. Ce prêtre s'est défroqué.

Un moine, un prêtre défroqué, ou, par ellipse, comme nom masculin, Un défroqué.