dégingander


Recherches associées à dégingander: courtaud, escogriffe, svelte

DÉGINGANDER

(dé-jin-gan-dé) v. a.
Terme familier. Donner un air comme disloqué à sa taille, à son attitude, à sa marche.
Sa taille promettait d'abord quelque beauté ; Mais voyez, elle l'a toute dégingandée [HAUTEROCHE, Bourg. de qualité, II, 2]
Se dégingander, v. réfl. Se rendre dégingandé.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Crucifiez, bouillez, escarbouillez, escartelez, dehingandez ces mechants [RABEL., dans le Dict. de DOCHEZ.]
    Desgingander [OUDIN, Dict.]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. degigandé ; Berry, degiguenandé ; ce paraît être un mot burlesque formé du préfixe dé.... et de gigue, dans le sens de jambe : qui n'est pas bien sur ses jambes.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • DÉGINGANDER. - ÉTYM. Au lieu de gigue, proposée comme conjecture, M. Bugge, Romania, n° 10, p. 146, remarquant que le suffixe and n'est pas suffisamment expliqué, met en avant un radical gingand, gengand (le normand dit déguingander), qui lui semble identique avec l'ital. gánghero, prov. ganguil, gond. Le sens primitif serait : faire sortir des gonds ; et dégingander serait précisément l'ital. sgangherare, sgangherato, qui se dit souvent avec le sens du mot français. L'n au lieu de l'r se trouve dans le milanais canchen, qui représente ganghero. Cette supposition, fort ingénieuse, ne lève cependant pas tous les doutes ; car il reste toujours à savoir comment le thème gingand ou guengand, avec le sens de gond, serait arrivé dans le français sans laisser aucune trace ailleurs et pour y prendre place avec un sens figuré. Malheureusement dégingander n'a pas d'historique qui aille au delà du XVIe siècle.