dégoûtant, ante

DÉGOÛTANT, ANTE

(dé-goû-tan, tan-t') adj.
Qui inspire du dégoût. Malpropreté dégoûtante. Des injures dégoûtantes.
Voilà une malade qui n'est pas tant dégoûtante, et je tiens qu'un homme sain s'en accommoderait assez [MOL., Méd. malgré lui, II, 6]
Le blanc et le rouge les rend affreuses et dégoûtantes [LA BRUY., III]
Sa femme était jeune et belle, lui vieux et dégoûtant [HAMILT., Gramm. 9]
Il faut disputer sans interruption à des reptiles dégoûtants des récoltes achetées par les travaux les plus assidus [RAYNAL, Hist. phil. XII, 27]
Fig. Qui inspire de la répugnance, de l'aversion.
Ne concevez-vous point ce que, dès qu'on l'entend, Un tel mot [mariage] à l'esprit offre de dégoûtant ? [MOL., F. sav. I, 1]
L'agitation des parties et des plaisirs rend la retraite plus dégoûtante [MASS., Car. Dégoûts.]
Il [le monde] met tout en œuvre afin que le saint ministère leur devienne [aux ministres de la religion] aussi dégoûtant qu'il est odieux à lui-même [ID., Confér. Zèle contre les vices]
Tout le détail de la vie religieuse n'est qu'une suite d'occupations dégoûtantes qui ne font que diversifier son ennui [de la religieuse infidèle] [ID., Profess. relig. 2]
Notre cœur, pas encore corrompu par un long usage des plaisirs, ne trouvait pas la piété si dégoûtante [ID., Panégyr. Ste Agnès.]
Le monde tout seul est trop triste et trop dégoûtant pour nous plaire [ID., ib. St Benoît.]
Familièrement, décourageant, rebutant. Cela est dégoûtant.