dégoût

(Mot repris de dégoûts)

dégoût

n.m.
1. Vive répugnance pour certains aliments : Ils ont du dégoût pour les escargots répulsion
2. Sentiment qui fait rejeter qqn, qqch : Sa saleté m'inspire un profond dégoût aversion, écœurement, nausée ; attrait, inclination ennui, lassitude ; délectation

DÉGOÛT

(dé-goû, ou long, ce qui le distingue de dégout ; le t se lie : un dé-goû-t affreux ; au pluriel, l's se lie : des dé-goû-z affreux) s. m.
Manque de goût, d'appétit.
Le soir elle eut un grand dégoût [MOL., Tart. I, 5]
À quoi bon ce dégoût et ce zèle inutile ? Est-il donc, pour jeûner, quatre-temps ou vigile ? [BOILEAU, Lutrin, I]
Répugnance qu'on a pour certains aliments. Il avait un dégoût pour les choux.
Mon parrain, dès qu'il l'eut apprise [cette histoire], Me prédit le dégoût du vin [BÉRANG., Nourrice.]
Aversion, répugnance pour une personne ou pour une chose.
C'est donc là le dégoût qu'apporte l'hyménée [CORN., Poly. IV, 3]
Il ne faut qu'un soupçon, un dégoût, un caprice, Pour en faire à sa haine un soudain sacrifice [ID., Attila, IV, 1]
Et guérir aisément d'un dégoût qu'elle a pris [ROTR., Vencesl. III, 5]
Il conçoit du dégoût pour les délices du péché [PASC., Prov. 8]
Qu'attendez-vous, chrétiens, à vous convertir ? ... ne craignez ni la maladie, ni les dégoûts, ni les tentations, ni les peines les plus cruelles [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Si vous avez un dégoût général de tout ce qui vous éloigne de Dieu [FLÉCHIER, Serm. II, 152]
M. de Louvois paraît désolé de ce que son crédit commence à tomber ; il m'envie ma faveur et m'attribue les dégoûts du roi [MAINTENON, Lett. à Mme de St-Geran, 13 mars 1688]
Ce dégoût naturel que nous avons de la prière [MASSILLON, Car. Prière, 1]
.... L'outrage qu'elle [une religieuse infidèle] ajoute à ses infidélités, et au dégoût où elle est tombée de son état [ID., Profess. relig. 2]
Cette raison [le peu d'usage de la prière] n'est pas si générale, qu'on ne voie souvent les âmes les plus fidèles à la prière éprouver constamment ces dégoûts [ID., Car. Prière, 1]
Je n'ai lu qu'avec un extrême dégoût ses vers grossiers [d'Horace] contre des vieilles et contre des sorcières [VOLT., Cand. 25]
C'est là le point de l'ennui le plus profond, de cet horrible dégoût de soi-même, qui ne nous laisse d'autre désir que celui de cesser d'être [BUFF., Nature des animaux.]
Mais comment expliquer ces lugubres accès, Ce dégoût des humains, cette pâleur mortelle ? [DUCIS, Hamlet, II, 5]
Déplaisir, mortification.
M. de Coulanges a essuyé un violent dégoût [SÉV., 235]
On ne voudra pas donner un tel dégoût à notre gouverneur [ID., 511]
Mille dégoûts viendront, dit le prophète ermite ; Il en vint en effet, l'ermite n'eut pas tort ; Mainte peste de cour fit tant par maint ressort Que la candeur du juge, ainsi que son mérite, Furent suspects au prince.... [LA FONT., Fabl. X, 10]
N'admirez-vous point que nous nous trouvons heureux d'avoir repassé le Rhin, et que ce qui serait un dégoût s'il [Turenne] était au monde, nous paraît une prospérité, parce que nous ne l'avons plus ? [SÉV., 203]
Combien d'âmes ont été comme arrachées à Jésus-Christ par ces dégoûts qu'on leur a donnés ? [FLÉCHIER, Serm. I, 81]
Notre premier duc de Piney est fort connu par ses deux ambassades à Rome où il reçut tant de dégoûts [SAINT-SIMON, 16, 182]
Le monde a ses dégoûts comme la vertu [MASS., Car. Dégoûts.]
Les confrères [les conseillers] les accablaient de dégoûts [VOLT., Louis XIV, 4]
Afin que la cour de Turin, qui n'a pas voulu le retenir, et qui est pourtant fâchée de l'avoir perdu, ne s'imagine pas que M. de la Grange, en arrivant à Berlin, ait commencé par essuyer un dégoût apparent [D'ALEMBERT, Lett. au roi de Prusse, 12 sept. 1766]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Tous ces degouts engagerent d'Aubigné à s'en venir à Lyon au desceu de ses parens [D'AUB., Vie, XI]
    Bouffement à l'estomach avec degoust [PARÉ, XX, 22]
    Le vin nuit aux malades ; c'est la premiere chose de quoy ma bouche se degouste, et d'un desgoust invincible [MONT., IV, 263]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et goût.

dégoût

DÉGOÛT. n. m. Manque de goût, d'appétit. Il a un si grand dégoût, qu'il ne peut manger de rien. Il n'a plus de fièvre, mais il lui est resté du dégoût. Vaincre, surmonter son dégoût.

Il se dit aussi de la Répugnance qu'on a pour certains aliments. Ce malade a le dégoût de la nourriture. Il lui a pris un dégoût pour la viande.

Il signifie au figuré Aversion qu'on prend pour une chose ou pour une personne. Il a le dégoût du monde. Il lui a pris un grand dégoût pour ce genre d'études. Le dégoût de la vie s'empara de lui.

Il signifie encore, figurément, Déception dans l'usage d'une chose qui en amène la répugnance. En ce sens, on l'emploie surtout au pluriel. Il fut abreuvé de dégoûts. Il a eu bien des dégoûts dans sa carrière. Éprouver, essuyer des dégoûts. Il connaît tous les dégoûts du métier.

degout

Degout, m. acut. Est la chute d'une chose liquide, goutte à goutte, Stillatio quae guttatim fit, Stillicidium. Ainsi l'on dit, Le degout du pressoir, et est composé de la preposition de, et gout, inusité au masculin, estant le feminin Goutte en usage.

dégoût


DÉGOûT, s. m. DÉGOUTANT, adj. DÉGOUTER, v. a. [1re. é fer. 2e. lon. au 1er. br. aux 2 aûtres: mais devant l'e muet, l'ou est long: il dégoûte, dégoûtera etc. L'Acad. met l'acc. circ. sur l'adjectif et le verbe: mais la dipht. ou n'y étant pas longue, cet accent peut induire en erreur. Que si on ne le conserve que pour marquer la supression de l's, parce-qu'aûtrefois on écrivait dégoust, dégouster, cette attention est aujourd'hui inutile.] Dégoût est 1°. un manque de goût, d'apétit. "Il a un grand dégoût: il lui a pris un dégoût pour la viande, pour le poisson, etc. = 2°. Figurément, aversion qu'on prend pour une chôse ou pour une persone. "Il a un grand dégoût pour le monde; "Il lui a pris un furieux dégoût pour cette persone. "Il ne savoit que penser du dégoût qui lui avoit pris pour les choses de pur agrément. Marm. = 3°. Déplaisir, chagrin. "On lui a doné un furieux dégoût. "On lui a doné bien des dégoûts, etc.
   Rem. Comme on dit être à charge, M. Desaci a dit par imitation, être à dégoût. Imit. de J. C. On dit le 1er, on ne dit pas le second.
   DÉGOUTANT, qui done du dégoût. Il se dit au propre et au figuré. "Viande dégoutante; manières dégoutantes; homme dégoutant. "Il arrive bien des chôses dégoutantes dans la vie. Voy. Fastidieux. — Âpliqué aux persones, il se dit plutôt du corps que de l'esprit. On dit qu'un homme est dégoutant, quand il est mal-propre, qu'il sent mauvais etc.
   DÉGOUTER~, ôter l'apétit, faire perdre le goût. "À~ force de le faire manger vous l' avez dégouté. "Trop d'avoine dégoûte un cheval. — Au figuré il régit la prép. de. "Les perfidies du monde nous dégoûtent de lui. "Il s'est dégouté de cette maison, de cet emploi. — Faire le dégouté, le dificile, le délicat — Et par contre verité, c'est un dégouté, un bon dégouté, un homme de bonne humeur, de bonne chère.

Synonymes et Contraires

dégoût

nom masculin dégoût
1.  Répugnance à l'égard de.
appétence, attrait, besoin, envie, propension.
2.  Fait de ne plus avoir de goût pour.
Traductions

dégoût

Abscheu, Greuel, Ekeldisgust, abhorrence, abomination, horror, loathing, distasteafschuw, walging, weerzin, afgrijzen, afschrik, afkeerבחילה (נ), בחל (ז), גועל (ז), געילה (נ), הגעלה (נ), המאסה (נ), מאיסה (נ), מיאוס (ז), קבס (ז), קיצה (נ), רתיעה (נ), שקץ (ז), תעוב (ז), הַמְאָסָה, הַגְעָלָה, בְּחִילָה, מֵאוּס, גֹּעַלaakligheid, afgryse, afskrikabominacióafskyabomenoaversión, horror, ascoorrore, ribrezzo, disgusto, schifo, schifositàabominatioabominação, asco, horror, repulsãoотвращение, брезгливостьотвращение厭惡 (degu)
nom masculin
1. fait de ne pas avoir envie de manger qqch faire une grimace de dégoût
2. figuré fait de ne pas aimer qqch ou qqn avoir du dégoût pour qqch

dégoût

[degu] nmdisgust
une expression de dégoût → a disgusted expression
avec dégoût → disgustedly