dégrader

(Mot repris de dégradât)

1. dégrader

v.t. [ du lat. gradus, degré ]
1. Destituer de son grade ; priver de ses droits : Dégrader un militaire.
2. Faire subir une dégradation matérielle à : La pollution dégrade la pierre abîmer, détériorer, endommager
3. Faire perdre sa dignité à : La drogue le dégrade avilir, déshonorer

se dégrader

v.pr.
1. Subir une dégradation matérielle ou une détérioration : Nos relations se sont dégradées se détériorer, empirer ; s'améliorer
2. Sout. S'avilir : Nous nous dégraderions en en venant aux mains s'abaisser, se déshonorer

2. dégrader

v.t. [ it. digradare, de grado, degré ]
1. En peinture et en sculpture, diminuer insensiblement l'intensité d'une couleur, d'une lumière ou les saillies d'un relief.
2. Couper les cheveux en dégradé.

DÉGRADER1

(dé-gra-dé) v. a.
Dépouiller quelqu'un de son grade, de sa dignité, de son emploi, etc. Dégrader un militaire, un magistrat.
La cour l'a dépouillé et dégradé [PATRU, Plaidoyer 7, dans RICHELET]
Et [elle] vous dégraderait peut-être dès demain Du titre glorieux de citoyen romain [CORN., Nicom. I, 2]
Le lieutenant du roi et le major de la place de Brisach furent dégradés des armes [SAINT-SIMON, 130, 182]
Quelle hauteur dans ces fiers républicains, qui dégradent ainsi sur-le-champ un roi malheureux ! [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. IX, p. 137, dans POUGENS]
Par extension.
Dégrader les héros pour te mettre en leurs places [BOILEAU, Sat. VIII]
Il n'est plus saint, M. Jurieu l'a dégradé [BOSSUET, Var. 3e avert. § 6]
C'est Dieu seul qui fait régner les rois, qui les place sur le trône ou qui les en dégrade [MASS., Myst. Soum.]
En dégradant [faisant descendre] ceux qui étaient au haut de la roue [de la fortune] [ID., Av. Bonh.]
Fig. Rendre vil, méprisable. La flatterie dégrade le prince et les flatteurs.
Ils nous obligent à dégrader votre parole à des détails rampants [MASS., Car. Jeûne.]
Ce n'est pas un éloge de bienséance ; à Dieu ne plaise que je dégrade ainsi mon ministère ! [ID., Panég. Villeroy.]
Le joug s'est appesanti depuis, et l'espèce humaine a été de plus en plus dégradée [RAYNAL, Hist. phil. V, 20]
Absolument.
La passion de conserver une première place fait prendre des précautions qui dégradent [FONTEN., Varignon.]
Détériorer, endommager. Les longues pluies ont dégradé les chemins.
Des palais superbes que le temps va dégrader et détruire [MASS., Paraphr. ps. XVIII]
Terme de maçon. Abattre par le pied. Dégrader une muraille.
Terme de marine. Ôter les agrès d'un vaisseau devenu inutile.
V. n.Terme de marine. Un navire est dégradé quand le vent, les courants ou une mauvaise manœuvre l'ont entraîné sous le vent de sa route et éloigné du but où il tendait.
Se dégrader, v. réfl. s'avilir. Il croirait se dégrader en fréquentant une telle société.
Nos titres sont trop beaux, ne nous dégradons point [TRISTAN, M. de Chrispe, I, 1]
Un gentilhomme sans cœur se dégrade lui-même [BOSSUET, Hist. III, 6]
Je me dégradais jusques à me rendre semblable aux bêtes [BOURD., Purific. de la Vierge, myst.]
Tremblons quand ils [les grands] nous comblent de leurs bienfaits ; plus ils nous élèvent, plus nous devons craindre que nous ne nous soyons dégradés nous-mêmes [MASS., Confér. Zèle contre les scand.]
Se détériorer. Les peintures se dégradent promptement à l'air.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    S'evesques u prestre est esliz e alevez U diachnes par prince, que il seit degradez [, Th. le mart. 127]
  • XIVe s.
    Dou memoire des hommes degradez Et des livres où il ha esté mis, Maudis de Dieu, de tous sains et dampnez.... puist estre li mois de mars [MACHAULT, p. 130]
  • XVe s.
    Vous avez droit.... car si je n'allois ou fusse allé devant la volonté du peuple, vous eussiez esté ou seriez près du peuple et degradé à grand confusion et derision [FROISS., III, IV, 77]
    Or regardez des œuvres de fortune, comme elles vont.... quand ce vaillant homme et bon chevalier fut ainsi demeuré et vitupereusement degradé d'honneur et de chevance [ID., III, IV, 30]
    En plain parlement d'Angleterre furent degradées deux filles du roy Edouard et declairées bastardes [COMM., VI, 9]
  • XVIe s.
    Julien condemna dix de ses soldats à estre desgradez [MONT., I, 55]
    Il fu condemné à estre degradé de noblesse [ID., I, 56]
    Il estoit loisible aux censeurs de degrader et oster du senat un senateur qui se gouvernoit indignement [AMYOT, P. Aem. 61]
    Nycolas fust condampné à estre desgradé des armes et de tout l'honneur [CARL., VI, 21]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé,... préfixe, et grade ; provenç. degradar, desgradar ; espagn. degradar ; ital. degradare ; du latin degradare, de de, et gradus, degré.

DÉGRADER2

(dé-gra-dé) v. a.
Terme de peinture. Diminuer graduellement. Dégrader la lumière, les ombres.
Ils emploient, avec un art qu'on ne se lasse point d'admirer, les teintes, les demi-teintes et toutes les diminutions de couleurs nécessaires pour dégrader la couleur des objets [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. XI, 1re part. p. 130, dans POUGENS.]
V. n. Aller par dégradation.
Je dirais au graveur : que les formes soient bien rendues par vos tailles, que celles-ci dégradent donc scrupuleusement selon les plans des objets [DIDEROT, Salon de 1765, Œuvres, t. XIII, p. 360, dans POUGENS.]
Il est bien posé ; la lumière dégrade à merveille sur lui [ID., Salon de 1767, p. 67]
Se dégrader, v. réfl. Diminuer par degrés.
Comme cette terrasse est éclairée, comme la lumière s'y dégrade [DIDEROT, Regrets sur ma robe de chambre]
Les campagnes non bornées doivent, en se dégradant, s'étendre jusqu'où l'horizon confine avec le ciel [ID., Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 284, dans POUGENS.]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et le latin gradus, degré.

dégrader

DÉGRADER. v. tr. Dépouiller, destituer quelqu'un d'une manière infamante de son grade, de sa dignité, de son emploi, etc. Dégrader un soldat. Dégrader un membre de l'ordre de la Légion d'honneur.

Il signifie au figuré Avilir. Cette conduite le dégrade aux yeux de tout le monde. Il s'est dégradé par un excès de complaisance.

Il signifie encore Détériorer, endommager. Dégrader des bois. Le temps a dégradé ce monument. Cette maison se dégrade tous les jours davantage. Un monument dégradé.

dégrader

DÉGRADER. v. tr. T. de Peinture et de Gravure. Diminuer insensiblement les lumières, les ombres, la couleur.

Il se dit particulièrement, en termes de Photographie, de l'Action d'atténuer insensiblement sur les bords la teinte sombre du fond.

degrader

Degrader, Dejetter et priver aucun de son degré, ou estat, et dignité.

Degrader un Prestre, Infulis exuere sacerdotem, Resecrare Sacerdotem, Sacerdotem exaugurare. Bud.

Degrader un Prestre, et le livrer au bras seculier, Exaugurare Sacerdotem, et ciuili iuri dedere.

Degrader un gendarme, Sacramento militem soluere. B. ex Papiniano.

Degrader un officier du Roy, luy faire faire amende honorable, et confisquer ses biens, Deformare damnati Magistratus dignitatem exauthoratione iudiciali, et eum per ora multitudinis furciferi habitu traducere, nihilque reliqui facere, quo minus superstes summae suae ignominiae esse possit, vltimaeque calamitati. Bud.

Synonymes et Contraires

dégrader


dégrader (se)

verbe pronominal dégrader (se)
2.  Évoluer défavorablement.
3.  Perdre de sa dignité.
Traductions

dégrader

degrade, go down, deface, demote, graduate, shadeדרדר (פיעל), דִּרְדֵּרdegraderen, allengs verzwakken, vernederen, vernielen, verlagen, terugzettendegradardegradardegradare, digradare, scalare (degʀade)
verbe transitif
mettre en mauvais état dégrader du matériel

dégrader

[degʀade] vt
(MILITAIRE) [+ officier] → to degrade
(= abîmer) → to damage
(= avilir) → to degrade, to debase [degʀade] vpr/vi [relations, situation] → to deteriorate