déjoindre

(Mot repris de déjoignent)

DÉJOINDRE

(dé-join-dr') v. a.
Séparer ce qui était joint. Se déjoindre, v. réfl. Cesser d'être joint. Les ais se déjoignent.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et cil de la hache l'encontre Là où l'espaule au col se joint, Si que l'un de l'autre desjoint [, la Charrette, 1164]
  • XIIIe s.
    Il fu jugié que, puisque Pierres avoit joint avecques son fief ce qui estoit tenus de li en vilenage, il nel pooit desjoindre ne eslongier sans l'otroi de son seigneur [BEAUMANOIR, XLVII, 9]
  • XVe s.
    Ceux qui dedans [la tour] estoient et qui ouvrir et desjoindre la veoient, se traïrent tous à un faix sur la plus saine partie [FROISS., II, III, 33]
    Par quoi requeroit qu'il fut desjoint de sa fille [LOUIS XI, Nouv. LXXXVI]
  • XVIe s.
    St Augustin ne souffre pas d'estre dejoint d'avec les autres docteurs anciens [CALV., Instit. 752]
    La vie contemplative ne doit point estre desjointe, ni pour tousjours, ni pour longtemps, de l'active [LANOUE, 533]
    Et pour ces logis il en pouvoit user comme desjoints de l'armée [D'AUB., Hist. III, 237]
    Les epiphyses des os souvent se desjoignent et separent [PARÉ, XIII, 21]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. desjonher, dejonher ; anc. catal. disjunyr ; ital. disgiugnere ; du latin disjungere, de dis, marquant séparation, et jungere, joindre.

déjoindre

DÉJOINDRE. v. a. Faire que ce qui était joint ne le soit plus. Il ne se dit qu'en parlant Des ouvrages de menuiserie, de charpenterie et de maçonnerie. C'est la sécheresse, le soleil qui a déjoint ces ais. Cela est tout déjoint.

Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Ces ais se déjoignent. Les pierres de cette voûte commencent à se déjoindre.

déjoindre


DÉJOINDRE, v. a. [Dé-joein-dre; 1re é fer. 2e lon. 3e e muet.] Faire que ce qui était joint ne le soit plus. Le Soleil a déjoint ces ais. "Ils sont tout déjoints. "Ils se déjoignent. "Les pierres de cette voûte comencent à se déjoindre.