délaver

(Mot repris de délaveriez)

délaver

v.t.
Enlever ou éclaircir une couleur avec de l'eau : Délaver une aquarelle, un batik.

DÉLAVER

(dé-la-vé) v. a.
Terme de dessin. Enlever ou affaiblir avec de l'eau une couleur étendue sur du papier.
Pénétrer d'eau.
Dans ces contrées les neiges séjournent longtemps sur les terres ; elles filtrent au travers de leurs parties les moins solides, qu'elles pénètrent profondément, qu'elles délavent et effondrent [SÉGUR, Hist. de Napol. V, 1]
Se délaver, v. réfl. Perdre sa couleur par le lavage. Être pénétré d'eau. Ces terres se délavent par l'effet des pluies.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Aingnelin lavé sunt de la coustume de la laine lavée, et li aignelin deslavé sunt de la coustume de laine deslavée [, Liv. des mét. 277]
  • XVe s.
    Elle fut garie et lavée, Et l'orde boe deslavée Dont elle avoit esté pourprise Du pechié de char et reprise [E. DESCH., Poésies mss. f° 506, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et laver. Dans le sens d'affaiblir par lavage ou de pénétrer d'eau, dé.... a le sens augmentatif ; il signifie au contraire enlèvement dans l'exemple de l'historique du XVe siècle.

délaver

DÉLAVER. v. tr. T. de Dessin. Enlever ou affaiblir avec de l'eau une couleur étendue sur du papier. Couleur trop délavée, Couleur faible et blafarde.

Il signifie aussi Imbiber d'eau. Les neiges qui séjournent longtemps sur les terres en pénètrent et délavent les parties les moins solides. Foin délavé, Foin qui a été exposé à la pluie ou à des rosées abondantes pendant la fenaison.

Par analogie, en termes de Joaillerie, Pierre délavée, Pierre dont la couleur est faible.

Traductions

délaver

הדהה (הפעיל), הִדְהָה