déloger

(Mot repris de délogeaient)

déloger

v.t.
1. Faire quitter sa place à qqn : Il m'a délogée de son fauteuil chasser ; installer
2. Extraire un objet de sa place : Avec la pince, elle a réussi à déloger le clou tordu retirer ; loger
3. Obliger l'adversaire à évacuer une position : Ils ont délogé les gangsters de leur repaire chasser, expulser
v.i.
Fam. En Belgique, découcher.

déloger

(deloʒe)
verbe transitif
1. chasser qqn de l'endroit qu'il occupe déloger qqn d'un appartement
2. faire sortir qqch d'un endroit déloger le morceau de bois coincé dans le trou

DÉLOGER1

(dé-lo-jé. Le g prend un e devant a et o : je délogeais, délogeons) v. n.
Sortir d'un logement pour aller s'établir ailleurs. Ils délogent à chaque terme.
Familièrement, sortir d'un lieu.
La déesse Discorde ayant brouillé les dieux.... On la fit déloger des cieux [LA FONT., Fabl. VI, 20]
Ainsi donc au plus tôt délogeant de ces lieux [BOILEAU, Sat. X]
Mon père, si matin qui vous fait déloger [sortir de chez vous] ? [RAC., Plaideurs, I, 4]
Non, dit la voix, plus de fêtes ; Esprits, vite délogeons [BÉRANG., Lutins.]
Fig.
Il se perd aussitôt et déloge du monde [il meurt] [MALH., I, 4]
.... Elle sent chaque jour Déloger quelques ris, quelques jeux, puis l'amour [LA FONT., Fabl. VII, 5]
Il y a des païens qui croient qu'après la mort d'un homme son âme ne fait que déloger d'un corps à un autre [, Hist. des Bramines, dans RICHELET]
Il faut que tout déloge, pièce à pièce, jusqu'à ce qu'on retombe dans l'état où l'on était avant de naître [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 30 oct. 1777]
Il se renferma seul dans une petite maison, où il attendit en philosophe que son âme délogeât de son corps pour passer dans un autre [DIDEROT, Opin. des anc. phil. (Sarrasins).]
Délogez à l'instant ! - Déloger ! ah fi ! que c'est mal parler ! [BEAUMARCHAIS, Barb. de Sév. II, 12]
Partir, en parlant de troupes logées par étapes. Vieux en ce sens.
Les troupes qui y étaient sont délogées [SÉV., 194]
Décamper. Ils délogèrent sans trompette. Fig. Déloger sans trompette, sans tambour ni trompette, se retirer secrètement, sans faire de bruit.
Et les petits en même temps, Voletants, se culebutants, Délogèrent tous sans trompette [LA FONT., Fabl. IV, 22]
Holà ! madame la belette, Que l'on déloge sans trompette ; Ou je vais avertir tous les rats du pays [ID., Fabl. VII, 16]
Veux-tu parler ? - Monsieur, il faut faire retraite. - Comment ? - Il faut d'ici déloger sans trompette [MOL., Mis. IV, 4]
Faire Jacques déloge, s'en aller au plus vite et sans bruit. L'explication est : Jacques, déloge, ordre qui est donné à Jacques, nom propre pris d'une manière générale, et devant lequel on met le verbe faire.
V. a. Ôter un logement à quelqu'un, lui faire quitter son appartement. Je n'ai pas dessein de vous déloger.
On a bien délogé des gens de Sorbonne, mais cela ne me déloge pas de chez moi [PASC., Prov. 17]
Terme de guerre. Faire quitter un poste. On a délogé l'ennemi de cette place.
Fig. et familièrement, faire sortir quelqu'un d'une position commode où il s'était mis.
Aurait aussi attenté ladite Raison, par une entreprise inouïe, de déloger le feu de la plus haute région du ciel, et prétendu qu'il n'avait là aucun domicile, nonobstant les certificats du dit philosophe [Aristote] et les visites et descentes faites par lui sur les lieux [BOILEAU, Arrêt burlesque.]
La veille de son arrivée, on me délogea de la chambre de faveur que j'occupais, contiguë à celle de Mme d'Épinay ; on la prépara pour M. Grimm [J. J. ROUSS., Confess. IX]
Pourquoi entre-t-il [le serpent, le démon] tous les jours dans le corps des gens par sa seule vertu, et tant de gens sages prétendent-ils l'en déloger par des paroles ? [VOLT., Taureau blanc, 5]

REMARQUE

  • Déloger, v. n. se construit avec l'auxiliaire avoir, quand on veut exprimer l'action, et avec l'auxiliaire être, quand on veut exprimer l'état : il a délogé aujourd'hui ; il est délogé depuis huit jours.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Quant li baron prisent [prirent] à desloigier, Vers Origni prisent adès loigier [, Raoul de C. 82]
  • XIIIe s.
    Si se delogea maintenant li os [l'armée], et vint herbregier en la ville dedens [VILLEH., XLIX.]
    Ains ardi ses engins et se deslogea, et ensi se parti del Dimot [ID., CLXI]
  • XIVe s.
    Au chastel de Moncel fu Pietre le tirant, Qui par moult grant malice s'ala laiens celant ; Quant il vit que Henri n'ala point deslogeant.... [, Guesclin. 16535]
  • XVe s.
    Ces barons de Northombrelande passerent la nuit au mieux qu'ils purent, et à lendemain se deslogerent [FROISS., II, II, 19]
    Voyant qu'il n'estoit pas assez fort, il deslogeoit tousjours devant eulx [COMM., I, 3]
  • XVIe s.
    Elle envoya querir son frere pour l'emmener en son pays. et se delogea incontinent d'avecques sa sœur [MARG., Nouv. XLII]
    Ceux qui en furent deslogez à force par nostre armée [MONT., I, 26]
    Rien ne me peut desloger de la certitude que j'ay de.... [ID., I, 214]
    Il luy feit present, au desloger, d'un livre qui.... [ID., II, 136]
    Cela estant ainsi advenu, Perseus se deslogea à grand haste du lieu où il estoit, et se retira arriere tout effrayé [AMYOT, P. Aem. 27]
    Avant qu'il fust notoirement descouvert pour traistre, il deslogea de bonne heure [ID., Crassus, 43]
    M. le Prince deslogea le lendemain [LANOUE, 591]
    M. le Prince, estant deslogé, dressa sa teste vers ... [ID., 591]
    Il faisoit aussi estat de les desloger d'où ils estoyent [ID., 618]
    De là est venu le proverbe, desloger sans trompette, qui s'approprie communement à ceux qui, tremblants de peur, se derobent de quelque lieu sans faire bruit [CARL., I, 7]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et loger.

DÉLOGER2

(dé-lo-jé) s. m.
L'action de déloger, de s'en aller, de décamper.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    À son desloger se fit rencontre, auprès de la Flume, de la troupe du comte de la Roche [D'AUB., Hist. II, 364]

ÉTYMOLOGIE

  • Déloger, à l'infinitif, pris substantivement.

déloger

DÉLOGER. v. intr. Quitter un logement, un appartement. Il déloge à la fin du mois. Il fut obligé de déloger avant la fin de son bail.

Il se dit pareillement de Troupes logées par étape. Le régiment a délogé au point du jour.

Il signifie familièrement Être obligé de sortir d'un lieu, d'une place qu'on occupe. Délogez de là au plus vite, c'est ma place. Je vous ferai bien déloger de là. L'approche de l'orage les a fait déloger bien vite.

Fig. et fam., Déloger sans trompette, sans tambour ni trompette, Se retirer secrètement, sans faire de bruit, soit pour ne pas payer ce qu'on doit, soit pour éviter un mal, un danger dont on est menacé.

Il est aussi transitif; alors il signifie Faire sortir quelqu'un du logement, de l'appartement, de la place qu'il occupe. Je ne veux pas vous déloger. Je n'ai garde de vous déloger. On l'a délogé pour vous recevoir. Ils s'étaient placés sur les premiers bancs, mais on les en a délogés.

Il signifie, par extension, en termes de Guerre, Forcer à quitter un poste. Les ennemis s'étaient postés, s'étaient retranchés en tel endroit, mais on les en a délogés à coups de canon.

Par analogie, en termes de Jeu, Déloger une boule, une bille, La déplacer.

Synonymes et Contraires

déloger

verbe intransitif déloger
Quitter un lieu.
déguerpir, s'enfuir -familier: décamper, détaler, filer, se sauver -populaire: décaniller.

déloger

verbe transitif déloger
1.  Faire quitter son logement.
2.  Obliger l'adversaire à évacuer.
chasser -familier: débusquer.
Traductions

déloger

ausziehen

déloger

dislodge, move

déloger

[delɔʒe] vt
[+ locataire] → to turn out
[+ objet coincé] → to dislodge
[+ ennemi] → to dislodge