dépôt

(Mot repris de dépôts)

dépôt

n.m. [ du lat. deponere, déposer ]
1. Action de déposer qqch quelque part ; chose déposée : Le dépôt d'un dossier d'inscription à l'université. Elle m'a laissé son manuscrit en dépôt.
2. Somme confiée à un organisme bancaire : Faire un dépôt de 1 000 euros sur son compte retrait
3. Lieu où l'on dépose certaines choses, où l'on gare certains véhicules : Envoyer une rame de métro au dépôt. Cet article n'est plus en magasin, mais nous l'avons au dépôt entrepôt
4. Lieu de détention se trouvant dans une préfecture de police : Les agents l'ont conduit au dépôt.
5. Particules solides qu'abandonne un liquide au repos : Ce vin laisse un dépôt au fond de la bouteille lie
Dépôt de bilan,
déclaration de cessation de paiements faite au tribunal par une entreprise, un commerçant.

DÉPÔT

(dé-pô ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des dé-pô-z en argent) s. m.
Ce qu'on a déposé, donné en garde, pour être rendu ou employé à la volonté du déposant. Retirer un dépôt. Le dépôt fut rendu fidèlement. Le dépôt est une chose sacrée. Nier, violer un dépôt. Caisse des dépôts et consignations, caisse créée le 28 avril 1816, spécialement destinée à recevoir et à administrer les fonds provenant de consignations judiciaires, de cautionnements, de dépôts volontaires, etc. et à faire le service des fonds de retraite. Être en dépôt, être confié. Mettre en dépôt, confier. Avoir en dépôt, garder à titre de dépôt.
.... Sais-tu par quel mystère Je les laissais tous deux [les deux princes] en dépôt chez mon frère ? [CORN., Rodog. II, 2]
Jusqu'à ce que les passages [les défilés] soient mis en dépôt dans vos mains [FÉN., Tél. X]
Adraste avait mis cette ville en dépôt entre les mains des Lucaniens [ID., Tél. XX]
Du droit de commander je ne suis point jaloux, Je ne l'ai qu'en dépôt et je vous l'abandonne [CORN., Sertor. III, 2]
Ce peuple auquel il a mis en dépôt les prophéties [PASC., Fig. 1]
J'aime à mettre mes sentiments en dépôt entre les mains d'un homme comme lui [SÉV., 51]
Laisser en dépôt, négliger. Locution peu usitée.
Au compas du devoir il règle son courage, Et ne laisse en dépôt pourtant son avantage [RÉGNIER, Sat. X]
Fig.
[Les vestales] Gardant fidèlement le dépôt précieux D'un feu toujours ardent qui brûle pour nos dieux.... [RAC., Brit. V, 8]
Cette grâce efficace, qui avait été mise comme un dépôt entre vos mains, pour avoir, dans un saint ordre [les dominicains] à jamais durable, des prédicateurs qui la publiassent au monde jusqu'à la fin des temps, se trouve comme délaissée pour des intérêts si indignes [PASC., Prov. 2]
Ceux à qui le Seigneur a confié le dépôt de la foi [MASS., Car. Pass.]
C'est un dépôt sacré que l'Église nous met entre les mains [ID., Pan. S. Ét.]
Il ne suffit pas qu'il y ait, dans une monarchie, des rangs intermédiaires ; il faut encore un dépôt de lois ; ce dépôt ne peut être que dans les corps politiques, qui annoncent les lois lorsqu'elles sont faites et les rappellent lorsqu'on les oublie [MONTESQ., Esp. II, 4]
Ils [les Arabes] nous ont transmis avec gloire le dépôt des connaissances qu'ils avaient reçues des Grecs, disciples eux-mêmes des Égyptiens [LAPLACE, Exp. V, 4]
Un dépôt précieux, une personne à qui l'on tient beaucoup.
J'attends Antiochus pour lui recommander Ce dépôt précieux que je ne puis garder [RAC., Bérén. III, 2]
On voit paraître aussi sa fidèle nourrice Qui, cachée en un coin de ce vaste édifice, Gardait ce cher dépôt... [ID., Athal. V, 1]
Action de déposer, de mettre une chose en un lieu. Le dépôt d'un corps dans un caveau provisoire.
Action de confier quelque chose en garde à quelqu'un ; la convention faite en déposant quelque chose entre les mains de quelqu'un. Le dépôt est un contrat de bonne foi. La loi du dépôt. Dépôt volontaire, contrat de dépôt qui se fait par le consentement réciproque du déposant et du dépositaire. Dépôt nécessaire, contrat de dépôt qui est la suite d'une circonstance impérieuse, telle qu'un incendie, etc. Dépôt des signatures et paraphes des notaires, dépôt que les notaires, avant d'entrer en charge, doivent faire de leur signature et de leur paraphe, tant au greffe du tribunal de première instance de leur département, qu'au secrétariat de la mairie de leur résidence.
Nom donné aux matières solides et molles qui se déposent au fond d'un vase contenant un liquide impur ou hétérogène. Terme de géologie. Couches de roches aqueuses formées lors du séjour des eaux. Le dépôt des eaux tranquilles.
Terme de pathologie. Abcès. Il se forma un dépôt à la tête, par suite du coup qu'il y avait reçu. Collection formée par des matières sorties de leurs voies naturelles et épanchées dans le tissu cellulaire. Dépôt urineux.
Lieu où l'on dépose certains objets. Dépôt de cannes, de parapluies. Le dépôt des archives, lieu où l'on conserve les archives. Dépôt de la guerre, lieu où l'on conserve les documents du ministère de la guerre et qui renferme un grand nombre de cartes, plans, topographies, mémoires d'expéditions, etc. Le dépôt de la guerre a été établi en 1688. Dépôt de la marine, département où les cartes, plans, etc. de la marine sont construits, et qui est sous la direction d'un vice-amiral.
Terme de commerce. Magasin où un homme, qui vend loin de sa résidence propre, met tout ou partie de ses marchandises à la disposition des acheteurs. Ce propriétaire a établi un dépôt de ses vins à Paris. Autrefois le lieu où l'on déposait du sel, du tabac, en attendant de les voiturer au lieu de leur distribution.
Terme de guerre. Lieu de résidence des soldats qui ne peuvent suivre le régiment. Lieu où l'on organise les cadres et où l'on exerce les recrues. Les soldats, les recrues qui sont au dépôt. Le dépôt reçut l'ordre de se mettre en marche.
Terme de procédure criminelle. Mandat de dépôt, ordre d'appréhender et d'incarcérer celui contre lequel il a été lancé. Dépôt de la préfecture de police, salles où l'on dépose provisoirement des prisonniers.
Courier satisfit à tout et fut mis en dépôt, c'est le mot, à la salle St-Martin [P. L. COUR., II, 327]
Dépôt de mendicité, établissement où l'on recueille les pauvres.
10° Coffre à argent et coffre aux archives dans une communauté.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Se un rent à l'autre son gage ou son depost [ORESME, Eth. 158]
  • XVIe s.
    Il le meit en depost en l'isle de Lemnos [AMYOT, Péricl. 48]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. deposit, deposite ; espagn. et ital. deposito ; du latin depositum, supin de deponere, de la préposition de, signifiant en bas, à terre, et ponere, poser (voy. PONDRE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DÉPÔT. Ajoutez :
    11° Dépôt-séquestre, dépôt d'une chose litigieuse, fait soit par les parties, soit par ordre de justice.

dépôt

DÉPÔT. n. m. Action de déposer, de placer une chose en quelque endroit, ou de remettre, de confier une chose à quelqu'un. Le dépôt du corps dans ce caveau n'est que provisoire. Le dépôt de cette pétition a été fait sur le bureau de la Chambre. Faire le dépôt d'une somme entre les mains d'un officier ministériel.

Dépôt légal, Dépôt que tout imprimeur doit faire, entre les mains de l'autorité, d'un certain nombre d'exemplaires de tout livre qu'il a imprimé. Il se dit aussi, par extension, des Bureaux du Ministère de l'Intérieur et de la Bibliothèque Nationale où se fait cette sorte de dépôt. Faire des recherches au Dépôt légal.

Il se dit aussi de Ce qu'on a déposé, confié, donné en garde à quelqu'un, pour être rendu ou employé à la volonté ou suivant l'intention de celui qui l'a donné. Le dépôt est une chose sacrée. Nier un dépôt. Abuser d'un dépôt. Rendre fidèlement un dépôt. On a ordonné que le dépôt serait porté au greffe. Retirer un dépôt. Caisse des dépôts et consignations. Fig., Révéler un secret, c'est violer un dépôt sacré. Dans ce siècle, ils avaient seuls le dépôt des connaissances humaines.

Il se dit également de la Convention faite en déposant quelque chose entre les mains de quelqu'un. La loi du dépôt. Le dépôt est un contrat de bonne foi. Violer la foi du dépôt.

Il se dit aussi d'un Lieu où quelqu'un fait débiter ce qu'il récolte, ce qu'il fabrique, etc. C'est le seul dépôt de ces marchandises qu'il y ait dans la ville. Ce propriétaire a établi un dépôt de ses vins à tel endroit. Un dépôt d'eau de Vichy.

Il se dit encore d'un Lieu où l'on garde certaines choses, pour s'en servir, pour y recourir dans l'occasion. Dépôt d'armes. Dépôt de pompes à incendie. Le dépôt des archives. Dépôt de titres, de chartes.

Il se dit, en termes d'Administration militaire, du Lieu où l'on organise les cadres et où l'on exerce les recrues. Le dépôt de ce régiment est dans telle ville. Rester au dépôt. Il se dit, par extension, des Soldats, des recrues qui sont au dépôt. Le dépôt a reçu l'ordre de partir sur-le-champ. Il fait partie du dépôt.

Dépôt de mendicité, Établissement public dans lequel on loge et on nourrit des pauvres.

En termes de Jurisprudence criminelle, Mandat de dépôt, Ordonnance en vertu de laquelle un prévenu, contre qui il a été décerné un mandat d'amener, est retenu dans la maison d'arrêt. Le Dépôt de la préfecture de police, ou, absolument, Le Dépôt, Salles où l'on renferme provisoirement les prisonniers.

Il se dit, par analogie, d'un Amas d'humeurs qui se forme en quelque endroit du corps. Il faut donner un coup de bistouri en cet endroit, il s'y est fait un dépôt. En termes de Médecine, on dit plus souvent ABCÈS.

Il se dit en outre du Sédiment que des matières liquides laissent au fond du vase où elles ont séjourné pendant quelque temps. Le dépôt de l'urine. Il y a un dépôt au fond du vase.

Il se dit spécialement, en termes de Géologie, des Masses de matières minérales, formées à la surface du globe par les eaux, les glaciers, les vents, les êtres organisés.

dépôt


DÉPôT, s. m. [1re é fer. 2e lon. L'o doit porter un acc. circ.] 1°. Ce qu'on a donné en garde à quelqu'un. Mettre en dépôt, ou, avoir un dépôt chez quelqu'un. Nier un dépôt. Le dépôt est une chôse sacrée. = 2°. Lieu où l'on dépôse. "Mettre un corps en dépôt dans une Eglise. — Dépôt, lieu où l'on dépôse du sel, du tabac, etc. jusqu'à ce qu'ils soient voiturés au lieu de leur distribution. = 3°. En termes de Médecine, amâs d'humeurs, qui se fait en quelque endroit du corps. — Dépôt, est aussi le sédiment des urines, quand elles ont été gardées quelque temps.

Synonymes et Contraires

dépôt

nom masculin dépôt
1.  Action de déposer de l'argent.
2.  Lieu où l'on entrepose des choses.
Traductions

dépôt

deposito, inlaag, inleg, inleggeld, depot, remise, (het) deponeren, afzetting, bagagedepot, bewaargeving [juridisch], bijzetting [dode], borgstelling, garage, garantie, huis van bewaring, indiening [stukken], laag, neerlegging [krans], opslagplaats, pakhuis, storting [geld], bezinkseldeposit, depository, depot, dump, repositoryהפקדה (נ), מאגר (ז), מחסן (ז), מצבור (ז), משמורת (נ), משקע (ז), סחף (ז), פיקדון (ז), צלילה (נ), רובד (ז), מִשְׁקָע, מִצְבּוֹר, הַפְקָדָה, פִּקָּדוֹן, מַאֲגָר, סַחַף, רֹבֶדdepositoDepot, Einlagedeponaĵo, deponodeposito, depósitodepósitoντεπόхранилище, вкладdeposito, fondaccio, fondiglio, fondo, posatura, rimessa (depo)
nom masculin
1. lieu où l'on garde qqch un dépôt de marchandises
2. matière au fond d'un liquide du dépôt au fond de la bouteille de vin
3. placement d'argent faire un dépôt sur un compte

dépôt

[depo] nm
(à la banque)deposit
dépôt en espèces → cash deposit
(= garde) laisser qch en dépôt à qn → to entrust sb with sth
laisser qch en dépôt à la banque → to put sth in a bank safe deposit
(lieu, d'ordures)dump; (de matériaux)yard (= entrepôt, réserve) → warehouse, store
dépôt de carburant → fuel depot
(= gare) → depot
(= prison) → cells pl
au dépôt → in the cells
(= sédiment) → deposit
dépôt de bilan nmliquidation, voluntary liquidation
dépôt d'ordures nmrubbish dump (Grande-Bretagne), garbage dump (USA)