départie

DÉPARTIE

(dé-par-tie) s. f.
Départ, action de partir.
Que l'extrême regret ne m'ait point empêché De me laisser résoudre à cette départie.... [MALH., V, 16]
Cruelle départie, Malheureux jour ! Que ne suis-je sans vie Ou sans amour [, dans la chanson Charmante Gabrielle, attribuée à Henri IV]
Terme vieilli.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Mout ainz le vespre gref [grief] ert [sera] la departie [, Ch. de Rol. CXXIX]
    S'onques nuls homs por dure departie Ot cuer dolent, je l'aurai par raison [, Couci, XXIV]
    Ahi ! amours, com dure departie Me conviendra faire de la meilleur Qui onques fust aimée ne servie [QUESNES, Romancero, p. 93]
  • XIIIe s.
    Biaus très dous fius, coment pora li miens cuers endurer la departie de moi et de vous ? [, Chron. de Rains, 198]
    Li evesques del Pui de bien faire lor prie, La porte lor ouvri el non sainte Marie, De l'aive beneoite lor fait grant departie [distribution] [, Ch. d'Ant. VIII, 193]
    Ceste departie [partage] ne se pot fere sans l'acort des deus parties [BEAUMANOIR, XVIII, 21]
  • XVe s.
    Assez tost après sa revenue en France, et la departie des osts dessus dits [FROISS., I, I, 212]

ÉTYMOLOGIE

  • Départi ; provenç. departida, departia.

départie

DÉPARTIE. s. f. Départ. Dure, cruelle départie. Il est vieux.

départie


*DÉPARTIE, s. f. [1re é fer. 3e lon. 4e e muet.] Il s'est dit anciènement pour départ. "Cruelle départie! malheureux jour!
   Quel astre malheureux ma fortune a bâtie!
   Que l'extrême regret ne m'ait point empêché
   De me laisser resoudre à cette départie.       Malherbe.