dépeindre

(Mot repris de dépeignez)

dépeindre

v.t. [ lat. depingere ]
Représenter en détail : Elle dépeint magnifiquement la vie dans un village de montagne décrire, peindre, retracer

dépeindre

(depɛ̃dʀ)
verbe transitif
représenter, décrire Le procureur a dépeint l'accusé comme un criminel froid et calculateur. Cet auteur a très bien dépeint son village.

DÉPEINDRE

(dé-pin-dr') , je dépeins, tu dépeins, il dépeint, nous dépeignons, vous dépeignez, ils dépeignent ; je dépeignais ; je dépeignis ; je dépeindrai ; je dépeindrais ; dépeins, qu'il dépeigne, dépeignons ; que je dépeigne, que nous dépeignions, que vous dépeigniez, qu'ils dépeignent ; que je dépeignisse ; dépeignant ; dépeint v. a.
Peindre d'une manière distincte. Dépeindre des devises sur un pavois. Sens propre à peine usité aujourd'hui.
Représenter par le discours d'une manière assez vive pour qu'on puisse le comparer à une peinture.
Les poëtes tragiques anciens ont beaucoup mieux réussi à exprimer les qualités des héros qu'à dépeindre la magnificence des grands rois [SAINT-ÉVREMOND, Traité des tragédies, dans RICHELET]
Comme les femmes ont un empire absolu sur l'esprit des hommes, elles y dépeignent ou les parties des beautés qu'elles ont ou celles qu'elles estiment [PASC., Amour.]
Les poëtes n'ont pas raison de nous dépeindre l'amour comme un aveugle [ID., dans COUSIN]
On nous dépeint ici M. de Marseille, l'épée à la main, aux côtés du roi de Pologne, ayant eu deux chevaux tués sous lui, et donnant la chasse aux Tartares comme l'archevêque Turpin la donnait aux Sarrasins [SÉV., 229]
Si je veux d'un galant dépeindre la figure [BOILEAU, Sat. II]
S'il rencontre un palais, il m'en dépeint la face [ID., Art p. I]
Et ces mêmes fureurs que vous me dépeignez [RAC., Iphig. III, 5]
Quand tu me dépeignais ce héros intrépide [ID., Phèd. I, 1]
Se dépeindre, v. réfl. Faire par le discours son propre portrait. Byron s'est dépeint en ses poëmes. Être dépeint. Cela ne saurait se dépeindre.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Là où il [Xénophon] a avec un gentil pinceau depeint de naïfves couleurs, soubs le nom de Cyrus, quel seroit un roy s'il s'en trouvoit au monde de parfait [AMYOT, Épît. dédic. Moral. p. 10]
    De grands pavois, où estoient depeintes les devises de chaque combatant [CASTELNAU, 169]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. dépoindre ; provenç. depenher, despenher ; ital. dipingere ; du latin depingere, de la préposition de, et pingere, peindre (voy. PEINDRE).

dépeindre

DÉPEINDRE. v. tr. Décrire et représenter par le discours. Il dépeint les choses si vivement, qu'on croit les voir. On m'a bien dépeint le personnage. Dépeindre le caractère d'un homme.

dépeindre


DÉPEINDRE, v. a. [1re é fer. 2e lon. 3e e muet; dé-pein-dre.] Décrire et représenter par le discours. Dépeindre une action si vivement, qu'il semble qu'on la voie. Dépeindre le caractère d'un homme. Dépeindre la vertu avec tous ses charmes, le vice avec toutes ses horreurs.

Synonymes et Contraires

dépeindre

verbe dépeindre
Décrire quelque chose, quelqu'un.
Traductions

dépeindre

malen, zeichnen

dépeindre

paint, portray, depict

dépeindre

afskilder

dépeindre

pintar

dépeindre

male

dépeindre

pentri

dépeindre

pintar

dépeindre

maalata

dépeindre

mála

dépeindre

dipingere

dépeindre

pingere

dépeindre

malować

dépeindre

pincelar, pintar

dépeindre

måla

dépeindre

[depɛ̃dʀ] vt → to depict