déplorable

(Mot repris de déplorables)

déplorable

adj.
1. Qui mérite d'être déploré, regretté : Un déplorable accident affligeant, navrant, tragique choquant, révoltant, scandaleux
2. Qui provoque un désagrément ; qui est extrêmement médiocre : Il fait un temps déplorable désastreux, exécrable ; superbe

déplorable

(deplɔʀabl)
adjectif
1. qui est très mauvais un élève déplorable avoir des goûts déplorables
2. qui rend triste, qui fait de la peine Son pantalon est dans un état déplorable !
3. qui est à regretter Cela aura des conséquences déplorables sur son avenir.

DÉPLORABLE

(dé-plo-ra-bl') adj.
Qui mérite d'être déploré.
La déplorable situation de cette multitude d'hommes, de femmes, de filles que la faim dévore et dont la vie est moins une vie qu'une mort lente [BOURDAL., Exhort. Charité envers les pauvres, t. I, p. 19]
Le monde est ridicule, et j'en ris ; il est déplorable, et vous en pleurez [FÉN., Dial. des morts anc. Démocr. Héraclite.]
De ce sang déplorable Je péris la dernière et la plus misérable [RAC., Phèd. I, 3]
Déplorable Sion, qu'as-tu fait de ta gloire ? [ID., Esth. I, 2]
Longtemps j'ai parcouru nos déplorables villes [C. DELAV., Vêpr. sicil. I, 1]
Malheureux, dont le sort mérite des pleurs, en parlant des personnes et dans le style soutenu ou poétique.
Ce déplorable chef du parti le meilleur [CORN., Pomp. I, 1]
Vous voyez devant vous un prince déplorable.... [RAC., Phèd. II, 2]
Phèdre épargnait plutôt un père déplorable [ID., ib. IV, 1]
Prêt à suivre partout le déplorable Oreste [ID., Andr.]
Vous n'irez point, ô mère déplorable [VOLT., Mérope, III, 5]
Achille revenait de traîner avec joie Le vainqueur de Patrocle autour des murs de Troie, Et, dans sa tente assis, il vendait à prix d'or Le corps défiguré du déplorable Hector [MALFIL., Génie de Virgile.]
Si tes pressentiments étaient fondés et que ton déplorable ami ne fût plus, le meilleur parti qui resterait à prendre serait de laisser son histoire et tes malheurs ensevelis avec lui [J. J. ROUSS., Hél. IV, 2]
Fâcheux, funeste. Un choix déplorable. Une déplorable polémique.
Le roi vit, et ce misérable [Chatel, assassin de Henri IV], Ce monstre vraiment déplorable Qui n'avait jamais éprouvé Que peut un visage d'Alcide, A commencé le parricide, Mais il ne l'a pas achevé [MALH., II, 4]
Familièrement. Très mauvais. Un style déplorable.

ÉTYMOLOGIE

  • Déplorer.

déplorable

DÉPLORABLE. adj. des deux genres. Qui mérite d'être déploré, en parlant des Choses. Il est dans un état déplorable. Sa situation est déplorable. Un événement déplorable. C'est une chose déplorable que l'état où il est. Sa condition, son sort est déplorable.

Il signifie familièrement Qui est très mauvais. On a fait là un choix déplorable. Sa conduite a été déplorable. Ces peintures sont d'un goût déplorable. Par extension, Un élève déplorable.

déplorable


DÉPLORABLE, adj. DÉPLORABLEMENT, adv. DÉPLORER, v. a. [1re é fer. 3e dout. au 1er, é fer. au 3e; dans le 2d, en a le son d'an, déplorableman; l'o est long devant l'e muet: Il déplôre, il déplôrera, etc.] Déplorer, c'est plaindre avec de grands sentimens de compassion. Déplorable, qui mérite d'être déploré. Déplorablement, d'une manière déplorable. "Déplorer les malheurs. "État, sort, condition déplorable. "Il s'est conduit déplorablement dans cette afaire.
   Rem. 1°. * On disait aûtrefois, plourer, déplourer
   O vous, qui d'amour déplourez
   Les angoisses tant dures.      Romance.
* 2°. Déploré, pour désespéré, est aussi vieux.
  En surmontant leur espérance,
  Remettons en telle assurance
  Leur salut, qui fut déploré.
      Malherbe.
L'Acad. ne l'admet qu'en style du Palais: "Cette afaire est déplorée, il n'y a plus aucune espérance de réussir. — La Touche le dit aussi d'une maladie: Elle est déplorée, sans espérance. C'est du vieux style.
   3°. DÉPLORER et DÉPLORABLE, ne se disent que des chôses: On déplôre le sort de quelqu'un, mais on ne le déplôre pas lui-même. On dit que son état est déplorable; on ne dit pas que lui-même est déplorable. — Racine a apliqué, et le verbe et l'adjectif, aux persones.
   Infortunés tous deux, dignes qu' on les déplore!
       FR. ENN.
  Prêt à suivre par-tout le déplorable Oreste.
      Androm.
Racine le Fils ajoûte plusieurs aûtres exemples des Tragédies de son Père, où déplorable se dit des persones, et il demande si ces exemples n'ont pas autant d' autorité qu'une décision (de l'Académie,) dont la raison ne frape pas. Mais en fait de langage, ce n'est pas la raison qui décide, mais l'usage. On peut souhaiter qu'il réponde dans la suite plus favorablement à la question que fait le Fils, en aprouvant les exemples du Père.
   4°. DÉPLORABLEMENT, se dit d'une pitié acompagnée de mépris et d'improbation. "Il chante, il écrit déplorablement.

Synonymes et Contraires
Traductions

déplorable

deplorable

déplorable

deplorable

déplorable

deplorevole

déplorable

beklagelige

déplorable

beklagliga

déplorable

[deplɔʀabl] adj [situation] → deplorable; [état] → appalling
être dans un état déplorable → to be in an appalling state