déportement

DÉPORTEMENT

(dé-por-te-man) s. m.
Conduite bonne ou mauvaise.
Les mauvais déportements des jeunes gens viennent le plus souvent de leur mauvaise éducation [MOL., Scapin, II, 1]
Je crois qu'on ne voit rien dans mes déportements Qui puisse mériter ces mauvais traitements [TRISTAN, Marianne, II, 2]
Ce sens a vieilli.
Au plur. Mauvaise conduite, mœurs dissolues.
Sur leurs déportements il faut fermer les yeux [ROTROU, Vencesl. IV, 1]
Ses déportements donnent prise à tout le monde [LE COMTE DE BUSSY, dans RICHELET]
Qu'il peste contre vous d'une belle manière, Quand vos déportements lui blessent la visière [MOL., l'Étour. I, 2]
Si vous êtes las de me voir, je suis bien las aussi de vos déportements [ID., Festin, IV, 6]
Terme de modeleur. Dimension superflue, destinée à compenser le retrait qu'un modèle en terre doit éprouver.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ayant tant faict d'insignes et valeureux gestes, braves et admirables deportements [CARL., VI, 29]
    Ce doibt estre un grand contentement à un pere vieil de mettre luy mesme ses enfants en train du gouvernement de ses affaires, et de pouvoir pendant sa vie contrerooller leurs deportements [MONT., II, 77]

ÉTYMOLOGIE

  • Déporter.

déportement

DÉPORTEMENT. n. m. Mauvaise manière de vivre. Il ne s'emploie guère qu'au pluriel. Déportements scandaleux. Veiller sur les déportements de quelqu'un. Elle a été chassée pour ses déportements.

déportement


DÉPORTEMENT, s. m. [Déporteman; 1re é fer. 3e e muet.] Conduite, moeurs, manière de vie. Il se prend ordinairement en mauvaise part, et ne se dit qu'au pluriel. "Veiller sur les déportemens de quelqu'un. "On l'a chassé pour ses mauvais déportemens. "Mauvais sujets, déjà conus par leurs déportemens en Italie et en Afrique. Berault, Hist. de l'Égl. "Voyez, d'après ses déportemens publics, quel fond vous devez faire sur ses délations et ses effervescences particulières. Linguet. — Trév. le dit des bones comme des mauvaises moeurs. "Ce valet est estimé par son maître, pour ses bons déportemens. — Le Rich. Port. le met au singulier. Déportement scandaleux. Il est moins usité de ces deux manières.