dépouillé

dépouillé


dépouillée

(depuje)
adjectif
très simple, sans ornement un style dépouillé un mobilier dépouillé

dépouille

DÉPOUILLE. n. f. Peau qui, au moment de la mue, se détache du corps des serpents et de certains insectes. La dépouille d'un serpent. La dépouille d'un ver à soie.

Il se dit, par extension, de la Peau de toute sorte de bête féroce, lorsqu'elle est arrachée. La dépouille d'un tigre, d'un léopard, d'une panthère. Hercule se revêtit de la dépouille du lion de Némée. Fig., La dépouille mortelle d'une personne.

Il se dit quelquefois figurément de la Succession d'une personne, et particulièrement des Dignités, des emplois qui deviennent vacants par sa mort. C'était un homme qui occupait beaucoup de places : les ambitieux auront là une riche dépouille à se partager.

Il se dit pareillement de Toute chose dont on s'empare ou que l'on acquiert au détriment, au préjudice d'autrui; et alors il se met souvent au pluriel. Il voulait me déposséder et s'enrichir de mes dépouilles. Ses biens furent confisqués, et les dénonciateurs eurent une part de sa dépouille. C'est un plagiaire impudent, qui s'enrichit, qui se pare des dépouilles d'autrui.

Il se dit particulièrement de Tout ce qu'on enlève à l'ennemi. Les dépouilles d'un ennemi tué. Dépouilles opimes. Voyez OPIMES. Les dépouilles d'un prisonnier.

dépouille


DÉPOUILLE, s. f. DÉPOUILLEMENT, s. m. DÉPOUILLER, v. act. [dé-pou-glie, glie-man, glié; 1re é fer. 3e e muet aux 2 1ers, é fer. au 3e; mouillez les ll.] I. Dépouille est, 1°. La peau de certains animaux. "La dépouille d'un serpent, d'un ver à soie, d'un tigre, léopard, panthère, etc. — Le corps d'un homme après sa mort, s'apèle, figurément et par extension, sa dépouille mortelle, ou simplement sa dépouille. — Andromaque apostrophant Hector, et parlant de Pyrrhus: Ah! dit-elle, s'il étoit assez magnanime
   Pour nous laisser du moins
   Au tombeau qu'à ta cendre ont élevé mes soins...
   Il ne séparât pas des dépouilles si chères.
"Un coin ignoré de la terre possède leurs dépouilles. Jér. Dél. — Mais on ne peut pas dire ce mot, de son propre corps.
   Que cent fois mon tombeau vomisse ma dépouille.
Fait dire à Thamas-Kouli-Kan M. du Buisson. Quelle barbarie, d'apeler son propre corps sa dépouille! Ann. Litt.
   REM. Reliques et Dépouilles ont le même sens, mais non pas le même emploi. Le 1er ne se dit que des Corps Saints: le 2d n'est en usage qu'en Poésie.
   2°. Ce qu'on remporte des énemis par la victoire. "Remporter de riches, de glorieûses dépouilles. — On dit, en ce sens, d'un Auteur plagiaire, qu'il se pâre, qu' il se revêt, qu'il s'enrichit des dépouilles d'autrui. = 3°. La récolte des fruits de l'année. "La dépouille de cette année a été médiocre. = 4°. La dépouille d'un homme, sa succession. "Il a eu sa dépouille, ses biens, ou sa charge, son emploi, son bénéfice.
   II. Dépouillement, 1°. Privation volontaire. Action, non de dépouiller les aûtres, mais de se dépouiller soi-même. "Le dépouillement de sa volonté. "Il vit dans un grand dépouillement des biens, des plaisirs, des honeurs de ce monde. = 2°. Extrait d'un compte d'un procès, d'un inventaire. Faire le dépouillement de, etc.
   III. Dépouiller, est, 1°. Déshabiller. "Les voleurs l'ont dépouillé. — Dépouiller un lièvre, un lapin, lui ôter la peau. — Les serpens se dépouillent tous les ans. — Les arbres se dépouillent, perdent leurs feuilles. = 2°. Figurément, Priver, dénuer. "Dépouiller un homme de ses biens, de sa charge, un Prince de ses États. = 3°. Figurément aussi, Quiter, dépouiller toute humanité, se dépouiller de ses préventions, etc. = 4°. Recueillir: "Il a dépouillé pour mille écus de bled, de vin, d'huile, etc. = 5°. Dépouiller un compte, un inventaire; en faire l'extrait, en doner un état abrégé.
   Rem. 1°. Selon le P. Bouhours, l'act. vaut mieux dans le propre, et le réciproque pour le figuré. On dit bien dépouiller ses habits, dépouiller sa chemise; mais on ne dit pas si bien, dépouiller le faste de la grandeur. Il faut dire, se dépouiller du faste, etc. Depuis cette Remarque, de très-bons Écrivains, Poètes et Prosateurs, ont employé l'actif au figuré.
   Hé bien! dépouille enfin cette douceur contrainte.
       Rac. Alex.
  Avez-vous dépouillé cette haine sévère?
      Id. Athalie.
  Pasteurs, rassemblez-vous, dépouillez vos guirlandes.
      Gress.
  Notre défunt étoit en carrosse porté,
  Bien et duement empaqueté,
  Et vêtu d'une robe, hélas! qu'on nomme bière,
  Robe d'hiver, robe d'été.
  Que les morts ne dépouillent guère.  La Font.
Dans cet exemple, on peut dire que dépouiller est employé au propre. Mais Fontenelle dit, dans l'éloge de M. du Hamel: "Ce sont des raisonemens philosophiques, qui ont dépouillé leur sécheresse ordinaire, en passant au travers d'une imagination fleurie et ornée. Et M. Thomas, dans l'éloge du Duc de Sully. "Nous ne pardonnons pas à ceux qui nous humilient.. La postérité, plus juste, dépouille ce caractère. L'Acad dit aussi, dépouiller toute humanité. — Pour dire notre sentiment, nous croyons la remarque du P. Bouhours juste, en y mettant~ cette restriction, que l'actif, dans la Poésie et dans le discours soutenu est plus élégant que le réciproque, et que celui-ci vaut mieux dans le discours fam.
   2°. Le P. Bouhours dit aussi, qu'en matière de dévotion, on dit fort bien, dépouiller le vieil homme, et qu'on pourrait peut-être dire de même, dépouiller les mauvaises habitudes; la 2de expression est bone, mais la première est surannée, à mon avis, à moins qu'elle ne soit la traduction du passage de St. Paul. L'Acad. la met sans la désaprouver. Dépouiller le vieil homme, se dépouiller du vieil homme. Termes de l'Écriture Sainte, pour dire, quitter les inclinations corrompûes, les vieilles habitudes criminelles.
   En style proverbial, jouer au roi dépouillé, c'est dépouiller un homme de tout son bien.

Synonymes et Contraires

dépouillé

adjectif dépouillé
Traductions

dépouillé

גזול (ת), מנושל (ת), מעורטל (ת), מרושש (ת), נשור (ת), מְנֻשָּׁל, מְעֻרְטָל, גָּזוּל

dépouillé

kaal

dépouillé

bare

dépouillé

[depuje] adj
[style] → uncluttered
[paysage] → bare
[documents, sources, données] → analyzed
[votes, bulletins de vote] → counted