dépouille


Recherches associées à dépouille: dépouiller

dépouille

n.f.
1. Peau enlevée à un animal : La dépouille d'un ours.
2. Peau ou enveloppe abandonnée par un reptile, un insecte au moment de la mue ; exuvie.
Dépouille mortelle,
Sout. corps humain après la mort ; cadavre, restes.

dépouilles

n.f. pl.
Litt. Ce qu'on prend à l'ennemi ; butin de guerre.

DÉPOUILLE

(dé-pou-ll', ll mouillées, et non dépou-ye) s. f.
En général, la peau enlevée à un animal. La dépouille d'un lion.
Trouvant dans les dépouilles des bêtes de quoi se défendre des injures du temps [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 85]
Fig. Dépouille mortelle, le corps d'un homme après la mort.
Que mon fils ait perdu sa dépouille mortelle, Ce fils qui fut si brave et que j'aimai si fort [MALH., VI, 37]
Ah ! s'il l'était assez [magnanime] pour nous laisser du moins Au tombeau qu'à ta cendre [ô Hector] ont élevé mes soins, Et que, finissant là sa haine et nos misères, Il ne séparât point des dépouilles si chères ! [RAC., Andr. III, 6]
J'ai dénoué ses bras [de Laurence] du corps froid de son père, Et j'ai rendu ce soir la dépouille à la terre [LAMART., Joc. III, 99]
Si je pouvais laisser ma dépouille à la terre [ID., Méd. I, 1]
La peau rejetée par les serpents et les insectes lors de leur mue.
La plus diligente de mes chenilles s'étant dépouillée, je trouvai sa dépouille arrêtée contre les parois de la boîte par des fils de soie [BONNET, Observ. 17e, Insectes.]
Par extension.
Les ronces dégouttantes Portent de ses cheveux les dépouilles sanglantes [RAC., Phèd. V, 6]
De la dépouille de nos bois L'automne avait jonché la terre, Et sur la branche solitaire Le rossignol était sans voix [MILLEV., Chute des feuilles.]
Vêtements et tout ce que laisse un mourant. Il eut la dépouille du défunt. La dépouille d'un moine appartenait à l'abbé. La succession d'une personne, c'est-à-dire tout ce qu'elle laisse vacant et disponible par son abandon, par sa retraite, par sa chute.
Il est assez de geais à deux pieds comme lui Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui Et que l'on nomme plagiaires [LA FONT., Fabl. IV, 9]
Mais lui qui fait ici le régent du Parnasse, N'est qu'un gueux revêtu des dépouilles d'Horace [BOILEAU, Sat. IX]
Un vizir aux sultans fait toujours quelque ombrage.... Sa dépouille est un bien qu'ils veulent recueillir, Et jamais leurs chagrins ne nous laissent vieillir [RAC., Baj. I, 1]
Va, perds ces malheureux, leur dépouille est à toi [ID., Esth. II, 1]
Dans les changements qui surviennent Les dépouilles nous appartiennent [BÉRANG., Vieux habits]
Toute chose dont on s'empare au détriment d'autrui.
Tout l'empire n'est pas la dépouille d'un maître [RAC., Brit. I, 2]
.... On le verra bientôt pompeux, en cette ville, Marcher encor chargé des dépouilles d'autrui [BOILEAU, Sat. I]
Terme de guerre. Tout ce que l'on prend à l'ennemi. Il a remporté de riches dépouilles.
Tu céderas ou tu tomberas sous ce vainqueur, Alger riche des dépouilles de la chrétienté [BOSSUET, Marie-Thér.]
Après la prise de Troie, tu enverras de riches dépouilles à Péan, ton père, sur le mont Oeta ; ces dépouilles seront mises sur mon tombeau, comme un monument de la victoire due à mes flèches [FÉN., Tél. X]
Ils [les anciens Romains] se contentaient pour eux-mêmes de maisons fort modestes, qu'ils ornaient des dépouilles des ennemis, et non de celles des citoyens [ROLLIN, Traité des Études, Discours prélim.]
Ensuite venaient les étendards, les timbales, les drapeaux gagnés à ces deux batailles, portés par les officiers et les soldats qui les avaient pris : toutes ces dépouilles étaient suivies des plus belles troupes du czar [VOLT., Charles XII, 5]
De Gjatz à Mikalewska, village entre Dorogobouje et Smolensk, il n'arriva rien de remarquable dans la colonne impériale, si ce n'est qu'il fallut jeter dans le lac de Semlewo les dépouilles de Moscou : des canons, des armures gothiques, ornements du Kremlin, et la croix du grand Yvan y furent noyés [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 11]
Terme d'histoire romaine. Dépouilles opimes, dépouilles remportées par le chef de l'armée romaine, après avoir tué de sa propre main le chef de l'armée ennemie. Fig. Dépouilles opimes, se dit pour désigner un succès, un résultat important.
La récolte des fruits de l'année. Vendre la dépouille de son jardin, de ses vignes. Dans un sens analogue, bien qu'inusité présentement.
Quoique j'aie rencontré à Séville toute la dépouille de la flotte des Indes [tout ce que cette flotte portait], et que l'on m'y ait fait voir six millions d'or en une seule chambre [VOIT., Lett. 42]
Terme de modeleur. Synonyme de déportement. Terme de graveur. Tailler en dépouille, creuser moins profondément en bas, diminuer les traits par en bas.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    N'est nus [nul] qui despoillier nes [ne les] vueille ; Tuit s'afublent de lor despueille [, la Rose, 11740]
    Car jà fame n'iert si ardans, Ne ses mors [mœurs] si bien gardans, Que de son chier ami ne vuelle Et les deniers et la despuelle [, ib. 8336]
    La tierce cause si est quant ples est de rescousse d'eritage, et il tient les despuelles [récoltes] en se [sa] main à la requeste du rescoueur [BEAUMANOIR, 53]
    Je demant.... les despuelles de tel heritage qui furent à tel [ID., VI, 3]
  • XVIe s.
    Voicy celuy qui des cruels desroys Guidons rapporte, enseignes, pallefroys, Captifz liez, despoilles et charroys [J. MAROT, p. 155, dans LACURNE]
    L'un court après tout ireux ; L'autre defend sa despouille.... [RONS., 467]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, dispoie ; provenç. despuelha ; ital. spoglia ; du préfixe de ou des, et du latin spolium, dépouille.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DÉPOUILLE.
    Ajoutez :
  • Au sens actif, action de récolter.
    Jusqu'au 1er septembre prochain, pour les terres qui seront alors dépouillées, et pour les autres terres, jusqu'après la dépouille entière des fruits.... [, Loi du 30 avril 1790, art. 1er]
  • Une terre en dépouille d'avoine, une terre où l'on vient de récolter de l'avoine.
  • Ajoutez :
  • Un modèle est ou n'est pas de dépouille, suivant qu'on peut ou non le mouler en bloc.
    Puis on les coule en plomb [les morceaux du modèle], lorsqu'on a obtenu la meilleure empreinte possible en terre ; et, si je m'exprime ainsi, ce n'est pas sans intention, car ils sont souvent d'une dépouille difficile [c'est-à-dire difficiles à retirer entiers du moule] [, Œuvr. de Benvenuto Cellini, trad. de L. Léclanché, Traité de l'orfévrerie, ch. XII, ou t. II, p. 331]
  • Droit de dépouille, droit en vertu duquel l'évêque ou l'archidiacre s'emparait de la succession des curés décédés.

    ÉTYMOLOGIE

    • Ajoutez : La basse latinité avait fait avec le latin spolium deux composés qui avaient le même sens : exspolia, dans Isidore, XVIII, 2, et dispolia, dans Du Cange, an 834.

dépouille

DÉPOUILLE. n. f. Peau qui, au moment de la mue, se détache du corps des serpents et de certains insectes. La dépouille d'un serpent. La dépouille d'un ver à soie.

Il se dit, par extension, de la Peau de toute sorte de bête féroce, lorsqu'elle est arrachée. La dépouille d'un tigre, d'un léopard, d'une panthère. Hercule se revêtit de la dépouille du lion de Némée. Fig., La dépouille mortelle d'une personne.

Il se dit quelquefois figurément de la Succession d'une personne, et particulièrement des Dignités, des emplois qui deviennent vacants par sa mort. C'était un homme qui occupait beaucoup de places : les ambitieux auront là une riche dépouille à se partager.

Il se dit pareillement de Toute chose dont on s'empare ou que l'on acquiert au détriment, au préjudice d'autrui; et alors il se met souvent au pluriel. Il voulait me déposséder et s'enrichir de mes dépouilles. Ses biens furent confisqués, et les dénonciateurs eurent une part de sa dépouille. C'est un plagiaire impudent, qui s'enrichit, qui se pare des dépouilles d'autrui.

Il se dit particulièrement de Tout ce qu'on enlève à l'ennemi. Les dépouilles d'un ennemi tué. Dépouilles opimes. Voyez OPIMES. Les dépouilles d'un prisonnier.

dépouille


DÉPOUILLE, s. f. DÉPOUILLEMENT, s. m. DÉPOUILLER, v. act. [dé-pou-glie, glie-man, glié; 1re é fer. 3e e muet aux 2 1ers, é fer. au 3e; mouillez les ll.] I. Dépouille est, 1°. La peau de certains animaux. "La dépouille d'un serpent, d'un ver à soie, d'un tigre, léopard, panthère, etc. — Le corps d'un homme après sa mort, s'apèle, figurément et par extension, sa dépouille mortelle, ou simplement sa dépouille. — Andromaque apostrophant Hector, et parlant de Pyrrhus: Ah! dit-elle, s'il étoit assez magnanime
   Pour nous laisser du moins
   Au tombeau qu'à ta cendre ont élevé mes soins...
   Il ne séparât pas des dépouilles si chères.
"Un coin ignoré de la terre possède leurs dépouilles. Jér. Dél. — Mais on ne peut pas dire ce mot, de son propre corps.
   Que cent fois mon tombeau vomisse ma dépouille.
Fait dire à Thamas-Kouli-Kan M. du Buisson. Quelle barbarie, d'apeler son propre corps sa dépouille! Ann. Litt.
   REM. Reliques et Dépouilles ont le même sens, mais non pas le même emploi. Le 1er ne se dit que des Corps Saints: le 2d n'est en usage qu'en Poésie.
   2°. Ce qu'on remporte des énemis par la victoire. "Remporter de riches, de glorieûses dépouilles. — On dit, en ce sens, d'un Auteur plagiaire, qu'il se pâre, qu' il se revêt, qu'il s'enrichit des dépouilles d'autrui. = 3°. La récolte des fruits de l'année. "La dépouille de cette année a été médiocre. = 4°. La dépouille d'un homme, sa succession. "Il a eu sa dépouille, ses biens, ou sa charge, son emploi, son bénéfice.
   II. Dépouillement, 1°. Privation volontaire. Action, non de dépouiller les aûtres, mais de se dépouiller soi-même. "Le dépouillement de sa volonté. "Il vit dans un grand dépouillement des biens, des plaisirs, des honeurs de ce monde. = 2°. Extrait d'un compte d'un procès, d'un inventaire. Faire le dépouillement de, etc.
   III. Dépouiller, est, 1°. Déshabiller. "Les voleurs l'ont dépouillé. — Dépouiller un lièvre, un lapin, lui ôter la peau. — Les serpens se dépouillent tous les ans. — Les arbres se dépouillent, perdent leurs feuilles. = 2°. Figurément, Priver, dénuer. "Dépouiller un homme de ses biens, de sa charge, un Prince de ses États. = 3°. Figurément aussi, Quiter, dépouiller toute humanité, se dépouiller de ses préventions, etc. = 4°. Recueillir: "Il a dépouillé pour mille écus de bled, de vin, d'huile, etc. = 5°. Dépouiller un compte, un inventaire; en faire l'extrait, en doner un état abrégé.
   Rem. 1°. Selon le P. Bouhours, l'act. vaut mieux dans le propre, et le réciproque pour le figuré. On dit bien dépouiller ses habits, dépouiller sa chemise; mais on ne dit pas si bien, dépouiller le faste de la grandeur. Il faut dire, se dépouiller du faste, etc. Depuis cette Remarque, de très-bons Écrivains, Poètes et Prosateurs, ont employé l'actif au figuré.
   Hé bien! dépouille enfin cette douceur contrainte.
       Rac. Alex.
  Avez-vous dépouillé cette haine sévère?
      Id. Athalie.
  Pasteurs, rassemblez-vous, dépouillez vos guirlandes.
      Gress.
  Notre défunt étoit en carrosse porté,
  Bien et duement empaqueté,
  Et vêtu d'une robe, hélas! qu'on nomme bière,
  Robe d'hiver, robe d'été.
  Que les morts ne dépouillent guère.  La Font.
Dans cet exemple, on peut dire que dépouiller est employé au propre. Mais Fontenelle dit, dans l'éloge de M. du Hamel: "Ce sont des raisonemens philosophiques, qui ont dépouillé leur sécheresse ordinaire, en passant au travers d'une imagination fleurie et ornée. Et M. Thomas, dans l'éloge du Duc de Sully. "Nous ne pardonnons pas à ceux qui nous humilient.. La postérité, plus juste, dépouille ce caractère. L'Acad dit aussi, dépouiller toute humanité. — Pour dire notre sentiment, nous croyons la remarque du P. Bouhours juste, en y mettant~ cette restriction, que l'actif, dans la Poésie et dans le discours soutenu est plus élégant que le réciproque, et que celui-ci vaut mieux dans le discours fam.
   2°. Le P. Bouhours dit aussi, qu'en matière de dévotion, on dit fort bien, dépouiller le vieil homme, et qu'on pourrait peut-être dire de même, dépouiller les mauvaises habitudes; la 2de expression est bone, mais la première est surannée, à mon avis, à moins qu'elle ne soit la traduction du passage de St. Paul. L'Acad. la met sans la désaprouver. Dépouiller le vieil homme, se dépouiller du vieil homme. Termes de l'Écriture Sainte, pour dire, quitter les inclinations corrompûes, les vieilles habitudes criminelles.
   En style proverbial, jouer au roi dépouillé, c'est dépouiller un homme de tout son bien.

Synonymes et Contraires

dépouille

nom féminin dépouille
Littéraire. Corps d'un mort.
Traductions

dépouille

גווייה (נ), גופה (נ), נשל (ז), נֶשֶׁל, גְּוִיָּה, גּוּפָהremains, hide, skinFellsalma (depuj)
nom féminin
1. peau d'un animal la dépouille d'un léopard
2. cadavre

dépouille

[depuj] nf
[animal] → skin, hide
(humaine)remains pl
dépouille mortelle → mortal remains pl