déprédateur

(Mot repris de déprédateurs)

déprédateur, trice

adj. et n.
Qui commet des déprédations ; destructeur, vandale.

déprédateur

DÉPRÉDATEUR, TRICE. n. Celui, celle qui commet des déprédations.

déprédateur


*DÉPRÉDATEUR, s. m. DÉPRÉDATION, s. f. DÉPRÉDER, v. a. [1re et 2e é fer.: tion, dans le 2e, a le son de cion; en vers ci-on.] Ces mots expriment l'action de voler, ruiner, piller avec dégât. "Déprédation dans une maison, dans un État. La déprédation des Finances: la déprédation des biens d'un pupille. Par ces exemples donés par l'Acad. il parait que ces mots ne doivent se dire que du pillage fait par des Administrateurs, domestiques, tuteurs, etc. Elle ne met point déprédateur, et ne done aucun exemple de dépréder, qu'elle met sans remarque, et qui est peu usité. = Plusieurs Auteurs emploient ces mots~, et le substantif sur-tout, pour signifier~ toute sorte de pillages et de pillards. "Le déprédateur des Indes, le Verrès moderne, n'a trouvé à son retour (en Angleterre) que des mers paisibles, et des rivages reconnoissans. Linguet. "Il est temps enfin qu'on dévoûe à l'oprobre ces brillans Déprédateurs, qui n'ont de grands talens que pour de grands désordres, et des succès que pour le deuil de l'univers. L'Abé Boulogne. L'Orateur désigne par-là les Conquérans. Le terme est impropre, et le titre de ravageurs leur convient mieux que celui de déprédateurs. — M. de Maucroix a dit dans la Traduction de Sanderus: "Après la déprédation de tant de Maisons Religieuses. Le mot de pillage aurait mieux convenu. La déprédation est un pillage commis par les Administrateurs même: et dans cette ocasion, il était produit par la force majeure et l'abus de l'autorité. Ce n'étaient pas les Religieux qui pillaient, ils étaient pillés. — Bossuet dit, dans le même sens, et avec la même impropriété du terme: "On cria de cette sacrilège déprédation des biens consacrés à Dieu. — Pour Mde. de B... dans sa Traduction de l'Histoire de Hume, elle emploie habituellement ce mot pour signifier les ravages et les pillages produits par les Armées. C'est le sens du mot anglais, déprédation, traduit trop littéralement. M. Moreau lui a doné la même signification. "Si ces Troupes continuent leurs ravages, tout l'Empire se réunira pour se venger de leurs déprédations. "Ce n'étoit pas seulement contre les usurpateurs des biens de l' Eglise que le Clergé sévissoit, c'étoit contre tout ce que la guerre avoit ocasioné de déprédations et de rapines. Id. Ce mot est encôre plus impropre dans ce sens-là.

Synonymes et Contraires

déprédateur

adjectif déprédateur
Qui fait des dégâts.
Traductions

déprédateur

מועל (ז), מוֹעֵל