dérouter

(Mot repris de déroutas)

dérouter

v.t.
1. Faire changer de route, de destination : Dérouter un train vers une autre gare.
2. Mettre qqn dans l'embarras, dans l'incertitude : La question du journaliste l'a dérouté déconcerter, décontenancer, désorienter

DÉROUTER

(dé-rou-té) v. a.
Faire perdre le bon chemin. Le lièvre a dérouté les chasseurs et les chiens. Nous étions dans le bon chemin, vous nous avez déroutés. Par extension.
Je lui proposai de nous établir dans une solitude agréable, dans quelque petite maison assez éloignée pour dérouter les importuns [J. J. ROUSS., Confess. V]
Fig. Faire perdre le fil qu'on tenait, la trace d'une affaire qu'on suivait. Cette réponse le dérouta.
On m'assure que les comédiens ne laisseront pas de donner la pièce au 1er de mars ; il n'y a autre chose à faire qu'à y travailler encore pour dérouter les polissons [VOLT., Lettr. Richelieu, 1er févr. 1773]
Rompre les mesures prises par quelqu'un, déconcerter. Cet événement l'a totalement dérouté.
Un conquérant, dis-je, peut dérouter tout [MONTESQ., Espr. X, 4]
Se dérouter, v. réfl. Perdre la bonne voie. Le chien se dérouta. Fig.
Ils se sont souvent déroutés dans ces vastes pays de l'antiquité [BOSSUET, Avert. 6]
On s'y perd [dans cette vie], on s'y déroute comme dans une plaine vaste et inhabitée, où il n'y a ni vallon ni coteau, et où les pas des hommes n'ont point marqué de sentier [BOSSUET, dans le Dict. de DOCHEZ.]
Au milieu de sa course il s'est arrêté, il s'est dérouté, il a quitté son chemin ; et qui sait quand il le reprendra ? [BOURD., Pensées, t. II, p. 388]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Mult durement se desrouta Li lievres, qui les chiens douta, Asseiz foï et longuement, Et cil le chassa durement [RUTEB., 290]
  • XIVe s.
    Adonc dirent Anglois : nous sommes desconfis ; Cilz sera bien mechant [malheureux] qui plus demourra ci ; Lors se sont desrouté, plusieurs s'en sont fuï [, Guesclin. 22584-22583]
  • XVe s.
    Si chevaucherent les batailles ainsi rangées tout le jour, sans desrouter, par montagnes et par vallées [FROISS., I, I, 35]
    [Les chevaliers Escots] se desroutoient l'un de l'autre et perdoient leur chemin [ID., II, II, 17]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et route.

dérouter

DÉROUTER. v. tr. Égarer quelqu'un de sa route. Il ne s'emploie dans ce sens qu'en termes de Chasse. Le cerf a dérouté les chiens.

Il signifie au figuré Empêcher quelque chose d'aboutir. Dérouter les projets de quelqu'un.

Il signifie aussi Déconcerter. Ce qu'on lui a dit l'a dérouté. Il ne sait plus quel parti prendre, il est tout dérouté.

dérouter


DÉROUTER, v. act. [Dé-rou-té; 1re et dern. é fer.] Au propre, tirer quelqu' un de sa route. "Nous étions dans le chemin, vous nous avez déroutés: nous sommes déroutés: il s'est dérouté en nous déroutant. = Au figuré, rompre les mesûres de quelqu'un. "La mort, ou la disgrâce d'un favori, déroutent toutes ses créatûres. = Déconcerter. "Ce qu'on lui a dit l'a dérouté. Quand on lui a fait cette objection, ou ce reproche, il a paru tout dérouté. "Combien d' Écrivains, qui ne cherchent qu'à dérouter leurs Lecteurs, en dénaturant les questions. Anon. Le sens figuré de cette phrâse aproche du sens propre. "Ils en furent si déroutés, si étourdis, qu'il ne leur resta pas même assez de présence d'esprit pour nous faire la moue. Mariv. "Ah! Ah! la pauvre enfant! la voilà toute déroutée! Th. d'Éduc. "Trouver un Rapporteur et son Secrétaire, tous deux sans maitresses: cet accident doit en effet dérouter l'intrigue. Ibid.
   Rem. Ce verbe n'est pas un terme noble, et déconcerter est plus du beau style. Je ne pense pas qu'on doive aprouver la phrâse suivante de Bossuet. "C'est ainsi que Dieu déroute les hommes.

Synonymes et Contraires
Traductions

dérouter

bewilder, put/throw off the scent, divertבלבל (פיעל), היטה (הפעיל), השיא (הפעיל), הִשִּׂיא, הִטָּהin de war brengen, op een dwaalspoor brengen, uit 't veld slaan, van bestemming doen veranderen (deʀute)
verbe transitif
1. changer la direction de dérouter un navire
2. étonner Son discours m'a dérouté.

dérouter

[deʀute] vt
[+ avion, train] → to re-route, to divert
(= étonner) → to disconcert, to throw