désassiéger

DÉSASSIÉGER

(dé-za-sié-jé. La syllabe sié garde l'accent aigu dans toute la conjugaison ; ce qui n'est pas conforme à la prononciation, l'e se prononçant ouvert dans je désassiége. Le g prend un e devant a ou o : nous désassiégeons, je désassiégeais) v. a.
Cesser d'assiéger. Absolument. Lever un siége.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et les feroit armer, s'il pouvoit, pour aller desassieger le chastel de Faouet [faire lever le siége] [FROISS., I, I, 184]
  • XVIe s.
    Se resjouir d'estre desassiegé de la pauvreté [LANOUE, 517]
    Crevan sur Yonne fut de ce nombre ; desassiegée pourtant pour aller.... [D'AUB., Hist. I, 229]
    Que les plus grandes louanges de Cesar avoient esté meritées, par ce que, sans desassieger, il donnoit des batailles [ID., ib. II, 443]

ÉTYMOLOGIE

  • Dés.... préfixe, et assiéger.