désemparer

(Mot repris de désemparerions)

désemparer

v.i. [ de l'anc. fr. emparer, fortifier ]
Sans désemparer,
sans interruption ; avec persévérance : Elle a argumenté sans désemparer jusqu'à ce que chacun soit convaincu.

DÉSEMPARER

(dé-zan-pa-ré)
V. n. Quitter le lieu où l'on est, abandonner la place. Je n'ai point désemparé de la ville. Les ennemis qui étaient devant la place ont désemparé. Sans désemparer, sans quitter la place. L'assemblée voulut statuer sans désemparer. Et, figurément, faire, achever, régler une affaire sans désemparer, s'en occuper d'une manière suivie, sans interruption. Activement.
Et depuis les charmantes conversations de Poitiers, vous n'avez point désemparé mon cœur [REGNARD, Attendez-moi sous l'orme, 11]
L'Anglais [Douglas] recommanda bien à son valet de ne pas désemparer le pas de la porte [SAINT-SIMON, 431, 237]
Leur opiniâtreté [des moineaux] à ne pas désemparer les lieux qui leur conviennent [BUFF., Morceaux choisis, p. 275]
V. a.Terme de marine. Désemparer un vaisseau, le mettre hors d'état de servir en lui ôtant ses mâts et tous ses agrès. Il eut bientôt désemparé le vaisseau ennemi.
Comme mon vaisseau en était entièrement désemparé et hors d'état de faire de la toile [, Rapport de Jean Bart, 1694, dans JAL]
On l'a dit aussi autrefois pour démanteler, en parlant d'une ville.
.... Mais franchement et sans rien déguiser on leur [aux députés d'Antiochus] déclara qu'il fallait que leur maître désemparât les villes qu'il tenait en Asie [MALH., Le XXXIIIe livre de Tite Live, ch. 34]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Comme le bailli de Meleun eust mandé à tous nos sergens que les dits moustier et maison feissent desemparer, abastre et arraser [DU CANGE, desemparare.]
  • XVe s.
    Toute la nuict entendirent à reparer leurs paliz qui estoient desemparés et à remettre à point tout ce qui faisoit besoin [FROISS., liv. II, p. 257, dans LACURNE]
    Le vent poussoit le feu contre ceulx du roi, lesquels commencerent à desemparer [COMM., I, 3]
    Ils desemparerent la place et s'enfuyrent [ID., III, 3]
    Le duc voulut faire desemparer Mondidier, mais pour l'affection qu'il veit que ce peuple de ces chastellenies luy portoit, il la fist reparer et y laissa gens [ID., III, 10]
  • XVIe s.
    Les nations barbares ont estimé aussy facile de molir le firmament, que desemparer vostre alliance [RAB., Gar. I, 31]
    Car [Dieu] terre adonc du ciel desempara, De terre aussi les eaux il separa [MAROT, IV, 12]
    Ma memoire desempare ce que j'escris, comme ce que je lis [MONT., III, 57]
    Je ne desempare jamais les loix [ID., IV, 203]
    Ils n'eurent pas grandement canonné, qu'ils n'eussent tout desemparé un parapect [M. DU BELL., 327]
    Il eust esté plus expedient de laisser la ville ouverte et desemparée à l'ennemy, que de la fortifier insuffisamment [ID., 400]
    Ceux qui desemparoient et abbatoient les maisons pour remparer et deffendre la breche [ID., 449]
    [Le duc de Guise] Devoit penser que le roy se ressouviendroit à jamais de la honte qu'il avoit receue, d'avoir desemparé sa ville capitale [, Considerations sur le meurdre du duc de Guyse, p. 26]

ÉTYMOLOGIE

  • Dés.... préfixe, et emparer ; provenç. et espagn. desemparar : proprement, cesser d'emparer, de tenir.

désemparer

DÉSEMPARER. v. intr. Il signifiait Abandonner le lieu où l'on est, en sortir. Les ennemis qui étaient devant la place ont désemparé. On l'emploie aujourd'hui avec ce sens dans la locution Sans désemparer, Sans quitter la place, sans laisser passer aucun intervalle de temps. L'assemblée arrêta qu'elle statuerait sans désemparer.

Il s'emploie aussi transitivement, en termes de Marine, et signifie Mettre un bâtiment hors d'état de servir. Il eut bientôt désemparé le navire ennemi. Ce vaisseau fut désemparé à coups de canon.

Il s'emploie souvent au figuré dans le sens de Déconcerter, troubler, priver quelqu'un de ses moyens. Son attaque désempara ses adversaires. Il est tout désemparé.

desemparer

Se Desemparer, Cedere loco, Abire de loco.

Desemparer le champ, et s'enfuir, id est, delaisser et abandonner.

désemparer


DÉSEMPARER, v. a. et n. [Dézanparé; 1re et dern. é fer. 2e lon.] 1°. Abandonner. Quiter. Désemparer la ville, le camp. "Il ne désemparoit pas la porte de ma chambre. Lett. Edif. = Il est plus souvent neutre, ou sans régime; les énemis désemparèrent, se retirèrent. "Les Habitans ont désemparé à l'aproche des gens de guerre; ou avec la prép. de. "Je n'ai point désemparé de la ville. "Nous ne désemparons point d'ici, que, Pénélope n'ait doné la main à celui qui lui sera le plus agréable. Mde. Dacier, Odysée.
   2°. En termes de Marine, désemparer un vaisseau, c'est le mettre en désordre, le démâter, ruiner ses manoeuvres. "Il eut bientôt désemparé le vaisseau énemi. "On compta cinq vaisseaux coulés à fond, quatre pris, et six désemparés.

Synonymes et Contraires

désemparer

verbe désemparer
Traductions

désemparer

[dezɑ̃paʀe] vi
sans désemparer → without stopping