désireux, euse

DÉSIREUX, EUSE

(dé-zi-reû, reû-z' ; plusieurs, dit l'Académie, écrivent desireux et prononcent dezi-reû, reû-z') adj.
Qui désire avec ardeur.
Ce prince désireux d'en apprendre davantage [VAUGEL., Q. C. dans BOUHOURS, Nouv. rem.]
Les soldats désireux de savoir [ID., ib.]
Il était désireux d'étendre davantage ses conquêtes [ID., ib. liv. X, dans RICHELET]
Il est désireux de son salut [, Lettres de St Augustin, dans RICHELET]
Je suis si peu désireuse de briller dans votre cour de Provence.... [SÉV., Lett. 16 mars 1672]

REMARQUE

  • Bouhours, Nouv. rem. dit que désireux a fort vieilli et que ceux qui écrivent poliment ne s'en servent point. Depuis Bouhours, désireux s'est rajeuni et il est en plein usage.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Ainz que t'vedisse, si'n fui mult desirruse [, St Alexis, XCII]
  • XIIIe s.
    Qui aime sans tricherie Ne pense n'à trois n'à dous [deux] ; D'une seule est desierrous [, Poésies mss. du Vatican, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Desireux d'ouïr et d'apprendre [AMYOT, Solon, 62]
    Renommée dont ils doivent estre plus desireux que de la conservation de leur propre vie [ID., Moral. Épît. p. 11]
    Content ne vit le desireux [RONS., 471]
    Ô heureuse nouvelle, o desireux [desiré] rapport De la santé de qui la maladie Estoit fin de plus d'une vie [ST-GEL., 177]
    Ils estoient plus desireux de grande que de bonne reputation [MONT., III, 22]

ÉTYMOLOGIE

  • Désir ; provenç. deziros ; catal. desitjos ; espagn. deseoso ; portug. desejoso ; ital. desideroso.