détenir


Recherches associées à détenir: détient

détenir

v.t.
1. Garder, tenir en sa possession : Il détient un objet volé il recèle
2. Retenir dans un lieu et, spécial., en prison : Les bandits détiennent un otage garder emprisonner, enfermer

DÉTENIR

(dé-te-nir) , je détiens, tu détiens, il détient, nous détenons, vous détenez, ils détiennent ; je détenais ; je détins ; je détiendrai ; je détiendrais ; détiens, qu'il détienne ; détenons, détenez, qu'ils détiennent ; que je détienne, que nous détenions, que vous déteniez ; que je détinsse ; détenant ; détenu v. a.
Tenir entre ses mains.
L'on veut absolument que, contre mon intérêt visible, j'aie mutilé ce morceau, que je venais de détenir et dont j'étais maître [P. L. COUR., I, 96]
Terme de jurisprudence. Garder en sa possession ce qui appartient à d'autres. Détenir le bien d'autrui.
Retenir quelqu'un contre sa volonté. L'Angleterre, avant de déclarer la guerre en 1755, attaqua les navires français et détint les matelots. Par extension.
Tant que nous sommes détenus dans cette demeure mortelle, nous vivons assujettis au changement, parce que, si vous me permettez de parler ainsi, c'est la loi du pays que nous habitons [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Terme de législation. Détenir quelqu'un en prison, ou, simplement, détenir, le retenir en prison. Ses créanciers le détiennent à Clichy depuis quelque temps.
Se détenir, v. réfl. Être détenu. Des biens qui se détiennent illégalement.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ensi qu'il la veriteit de Deu detienent en menzonge, si cum pluisor gent suelent faire à la fieye [parfois] [S. BERN., p. 573]
  • XIIIe s.
    Ne pourquant n'oserent-il mie detenir la cité de Cardiople, et l'endemain la guerpirent et revindrent à la cité du Curlot [VILLEH., CXXXVII]
    Et je m'en irai devant, pour detenir nostre gent qui grant mestier en ont [ID., CXLVI.]
    Se sovrains sires le detient, por ce qu'il a à fere de li, se pot li pleges escuser [BEAUMANOIR, XLIII, 36]
    Le conseil le roy leur offri que il detenissent un des freres le roy tant que il reussent Damiete [JOINV., 237]
  • XVe s.
    Ils prierent à monseigneur de Hainaut qu'il voulust encore demeurer jusques après Noël, et qu'il detinst les compagnons avec lui le plus qu'il en pourroit detenir [FROISS., I, I, 25]
    Il ne cessa mie de faire grands promesses [Édouard aux Flamands] pour detenir leur amitié [ID., I, I, 310]
    Et encore detint le dit brigand le dit chastel et le garnit bien, et en guerroya le pays [ID., I, I, 324]
    La dignité que vous detenez [MONSTREL., l. I, ch. 9]
  • XVIe s.
    Je ne detiendrai point mon lecteur de tous les disners, visites et circonstances du grand festin fait à la table de marbre [D'AUB., Hist. II, 104]
    Or estoit, entre les prisonniers que l'on detenoit pour leur faire leur procès, l'orateur Andocides [AMYOT, Alc. 37]
    Elle sera mariée et dottée honnestement selon la faculté des biens, au detenu [à proportion] de la maison dont elle procede [, Nouv. coust. génér. t. I, p. 908]
    Detenuz prisonniers aprez avoir rendu la place, contre ce qui avoit esté capitulé [MONT., III, 53]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. detener, destener ; catal. detenir ; espagn. detener ; portug. deter ; ital. ditenere ; du latin detinere, du préfixe de, et tenere, tenir, qui devient tinere en composition.

détenir

DÉTENIR. v. tr. Garder en sa possession. Détenir les effets d'une succession. Détenir le bien d'autrui. Détenir le pouvoir. Détenir un secret.

Détenir quelqu'un en prison, ou simplement Détenir quelqu'un, Le garder, le retenir en prison. On l'a détenu arbitrairement pendant huit jours. Être détenu prisonnier. Être détenu pour vols.

detenir

Detenir, Morari, Occupare, Tenere, Detinere.

détenir


DÉTENIR, v. a. DÉTENTEUR, TRICE, s. m. et f. DÉTENTION, s. f. [Déteni, tanteur, trice, tan-cion; 1re é fer. 2e e muet au 1er, lon. aux 3 aûtres.] Détenir, c'est retenir ce qui n'est pas à soi. Détenteur, celui qui tient, qui possède sans droit. Détention, état d'une persone, ou d'une chôse qui est saisie par Justice, et détenûe. "Détenir le bien d'autrui; détenir les éfets d'une succession. Détenteur d'un héritage. Détentrice des éfets de la succession. "La détention d'une persone, d'un bien. Détention injuste. "Depuis, ou pendant sa détention; après une longue détention. — Ces termes ne se disent guère qu'au Palais; surtout détenteur.
   REM. La Touche pense que détenir n'est plus du bel usage; et qu'au lieu de dire, la fièvre le détient au lit depuis trois jours: on l'a détenu long-temps en prison, il faut dire, le tient, ou le retient, etc. On l'a tenu, ou retenu, etc. Il avoue pourtant qu' on dit bien au passif, il est détenu au lit par maladie, il est détenu prisonier. Pourquoi donc ne le dirait-on pas à l'actif? — Ce qui est vrai, c'est qu'à l'exception de ces phrâses, détenir est peu usité hors du Palais. — il a quelquefois pour 2d régime le datif. "Ce paûvre homme ne peut faire juger son procès, parce qu'on lui détient ses papiers.

Synonymes et Contraires

détenir

verbe détenir
1.  Garder un objet.
Traductions

détenir

detain, hold, withholdהחזיק (הפעיל), חבש (פ'), עצר (פ'), חָבַשׁ, הֶחְזִיקbezitten, gevangen houden, in handen hebbendetenerehalten (detəniʀ)
verbe transitif
1. posséder détenir le pouvoir détenir un secret
2. garder prisonnier détenir qqn en otage

détenir

[det(ə)niʀ] vt
[+ fortune, objet, secret] → to be in possession of
[+ record] → to hold
détenir le pouvoir → to be in power
[+ prisonnier] → to detain