détesté, ée

DÉTESTÉ, ÉE

(dé-tè-sté, stée) part. passé.
Condamné par paroles de réprobation.
Il me semble que c'est condamner bien faiblement une fourberie et une perfidie aussi noires que celle-ci, dont le succès le plus heureux ne peut couvrir l'horreur et qui ne peuvent être assez détestées [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VI, p. 189, dans POUGENS]
En butte à une haine violente, à une violente répugnance. Un homme partout détesté. Un séjour détesté.
À la vérité cette opinion, loin de prévaloir parmi les Juifs, y a été détestée [BOSSUET, Hist. II, 10]
Et détestés partout, détestent tous les hommes [RAC., Esth. II, 1]
Quel événement et quels dieux irrités Ont amené Julie en ces lieux détestés ? [VOLT., Triumv. II, 4]