détirer

(Mot repris de détirasses)

DÉTIRER

(dé-ti-ré) v. a.
Tirer en tout sens. Détirer des dentelles. Très familièrement. Se détirer, v. réfl. Allonger ses membres, comme quelqu'un qui bâille en étendant les bras.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Moult fort commence à sopirer Et ses cevols [cheveux] à detirer [, Ren. 12466]
    Si n'orent lance ne espée Qui ne fust froissée u copée, Fors que Durandal et Cortain, Dont Ogiers se combat à plain, Lor batailles brise et destire [PH. MOUSKES, ms. p. 193, dans LACURNE]
  • XIVe s.
    J'otroie qu'on me voist [m'aille] à chevaux detirant, Se le chastel n'avons ains [avant] le soleil couchant [, Guesclin. 896]
  • XVIe s.
    Ilz leur donnoient la gehenne, ilz les detiroient sur le chevalet [AMYOT, Lucull. 35]
    Mais je laisse aux pervers tyrans, Qui, par mauvaise intention, Sont les laboureurs detirans, Et leur font tribulation [MOLINET, p. 189, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et tirer.

détirer

DÉTIRER. v. tr. Étendre en tirant. Détirer des dentelles. Détirer du linge.

detirer

Detirer une personne, id est, tirailler. De auget.

détirer


DÉTIRER, v. act. [1re et dern. é fer.] Tendre en tirant: détirer du linge, du ruban, des dentelles, etc.