détour


Recherches associées à détour: sans détour

détour

n.m.
1. Parcours plus long que la voie directe : Faire un détour par la boulangerie
2. Tracé sinueux d'une voie, d'une rivière ; méandre : Les détours d'une route de montagne
3. Au Québec, déviation de la circulation obligeant les usagers à quitter l'itinéraire direct.
4. Moyen indirect ; biais : Parlez-moi sans détour
Au détour du chemin,
à l'endroit où il tourne : Au détour du chemin, on aperçoit une clairière.

DÉTOUR

(dé-tour) s. m.
Changement de direction. La rivière fait là un détour. Le détour d'une rue, d'un promontoire.
Un de mes gens la garde au coin de ce détour [MOL., Éc. des f. V, 2]
Allez m'attendre au prochain détour ; je vous dirai dans un moment ce qu'il faudra faire [REGNARD, Sérén. sc. 20]
Voie sinueuse et difficile à reconnaître et à suivre.
Il le fit avancer, afin de reconnaître les détours des montagnes [VAUGEL., Q. C. liv. III, dans RICHELET]
Pour esquiver sa flamme et ses discours, Elle cherchait les plus secrets détours [BENSERADE, Rondeaux, dans RICHELET]
Nourri dans le sérail, j'en connais les détours [RAC., Baj. IV, 7]
C'est moi, prince, c'est moi dont l'utile secours Vous eût du labyrinthe enseigné les détours [ID., Phèd. II, 5]
J'errais dans les détours de ce grand monument [VOLT., Sémiram. V, 6]
Par extension, voie détournée, allongée. C'est un détour de plus d'une lieue.
Je veux vous remercier d'avoir pris un détour pour éviter ces petits ruisseaux [SÉV., 481]
Les ennemis ont fait un grand détour pour éviter les passages gardés [FÉN., Tél. X]
Ajoutez à cela les différents détours que fit Alexandre, premièrement pour aller à l'extrémité de la Cilicie, où se donna la bataille d'Issus, jusqu'au temple d'Ammon dans la Libye, et pour revenir de là à Tyr [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VI, p. 189, dans POUGENS]
À la nuit, au hasard, que je dois rendre grâce ! De détours en détours m'amener jusqu'ici ! C'est conduire fort bien que s'égarer ainsi ! [COLLIN D'HARLEV., Chât. en Esp. II, 3]
Fig.
Où l'on voit tous les jours l'innocence aux abois Errer dans ces détours d'un dédale de lois [BOILEAU, Sat. I]
Et sans qu'un long détour t'arrête et t'embarrasse, à peine as-tu parlé qu'elle-même [la rime] s'y place [ID., Sat. II]
Revenu des erreurs après de longs détours, Comme moi vous aurez recours, Quelque jour, aux leçons de la philosophie [CHAULIEU, à l'abbé Courtin.]
Les Perses, dit-il, au lieu de tant de détours et de circuits pour apaiser la faim, prennent un chemin bien plus court pour arriver au même but : un peu de pain et de cresson les y conduisent [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 140, dans POUGENS]
Les détours du cœur, ses replis secrets.
Moyen subtil, ruse, biais. Les détours de la chicane.
Mais certes le détour est un peu surprenant [CORN., Sertor, II, 2]
C'est ce qu'il y a de bon en vous, que vous n'allez point chercher de détours [MOL., Fest. de P. IV, 1]
Ah ! le détour est bon et l'excuse admirable ! [ID., Mis. IV, 3]
Ce détour ridicule est en vain pris par vous [ID., Amph. II, 6]
Je ne veux point chercher de détours et vous nier la chose [ID., l'Avare, V, 3]
Ce n'est point à des avocats qu'il faut aller ; car ils sont d'ordinaire sévères et s'imaginent que c'est un grand crime que de disposer en fraude de la loi ; ce sont gens de difficultés et qui sont ignorants des détours de la conscience [ID., Mal. imag. I, 9]
De quelque belle apparence que l'iniquité se couvrît, il en pénétrait les détours, et d'abord il savait connaître, même sous les fleurs, la marche tortueuse de ce serpent [BOSSUET, le Tellier.]
Je serais très blessée que vous eussiez ces détours [MAINTENON, Lett. à Mme de la Viefville, 5 févr. 1706]
Et pourquoi te cachais-je avec tant de détours Un secret si fatal au repos de tes jours ? [RAC., Alex. IV, 1]
Faut-il que je dérobe, avec mille détours, Un bonheur que vos yeux m'accordaient tous les jours ? [ID., Brit. II, 6]
Vous ne me trompez point, je vois tous vos détours [ID., ib. IV, 2]
Ah ! loin de m'ordonner cet horrible détour, Si votre cœur était moins plein de son amour, Je vous verrais sans doute en rougir la première [ID., Baj. II, 5]
À prendre ce détour qui l'aurait pu forcer ? [ID., Mithr. IV, 1]
Ciel ! comme il m'écoutait ! par combien de détours L'insensible a longtemps éludé mes discours ! [ID., Phèdr. III, 1]
Une autre chose contribue beaucoup aux longs discours des femmes, c'est qu'elles sont nées artificieuses et qu'elles usent de longs détours pour venir à leur but [FÉN., Éduc. filles, 9]
Je sais que ce détour blesse la vérité [DUCIS, Othello, III, 7]
Sans détour, sans rien cacher, sans subterfuge.
Vos ordres sans détour pouvaient se faire entendre [RAC., Iphig. IV, 4]
Être sans détour, être franc, ouvert, loyal.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cil sait mout bien les destors du païs [, Ronc. p. 162]
  • XIIIe s.
    Grains [chagrin] et marriz, fist tant par sa maistrise [habileté], Que à la dame en un destour A fait sa plainte et sa clamour [AUDEFR. LE BAST., Romancero, p. 6]
    En ung destor fu li cuvers [perfide] D'erbes et de fuelles couvers. Por ceus espier et sorprendre Qu'il voit as roses la main tendre [, la Rose, 2841]
    Où sera leur destors, où sera leur refuges [, Fabliaux mss. t. II, f° 143, dans LACURNE]
    Se li puis est en destor, et non pas hantés de gent, on doit moult penre garde s'il [l'homme assassiné] estoit hays ou maneciés de nului [BEAUMANOIR, LXIX, 10]
  • XVIe s.
    Et l'eust voulentiers veu en personne, ne feust que Xenomanes l'en descouraigea, tant pour le grand destour du chemin, que.... [RABELAIS, Pant. IV, 29]
    Le plaisir estoyt grand veoir les ruses et destours desquelz ilz usoyent pour surprendre l'ung l'autre [ID., Pant. V, 25]
    Depuys descendismes ung degré, là estoyt ung repous ; puys troys à destours, et repous pareil [ID., Pant. V, 36]
    Les Romains, n'ayans pas les destours et retraittes qu'ilz avoient eues le jour precedent, furent contraints de venir au combat tout de front par païs ung et plain [AMYOT, Pyrrh. 46]
    Laissant leur fallacieux destour du droit chemin [ID., Lucull. 37]
    Comment la philosophie.... qui me doibt roidir le courage pour fouler aux pieds toutes les adversitez humaines, vient-elle à cette mollesse de me faire conniller par ces destours couards et ridicules ? [MONT., II, 218]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et tour ; bourguig. détor.

détour

DÉTOUR. n. m. Action de s'écarter du chemin direct. La rivière fait là un détour, fait plusieurs détours. J'ai fait un grand détour pour arriver. Fig., Les détours du coeur, Les replis secrets du coeur.

Il signifie aussi Endroit où un chemin change de direction. Il y a un détour à droite, à gauche. Il l'attendit à un détour. Le détour de la rue. Les détours d'un labyrinthe. Se perdre dans les détours d'un souterrain. Il connaît tous les détours de ce bois.

Il se dit également d'un Chemin qui éloigne du droit chemin. N'allez pas par là, vous prenez un trop grand détour. Se perdre dans un détour. C'est un détour de plus d'une lieue, il y a plus d'une lieue de détour.

Fig., Il est revenu, pour un long détour, à sa première hypothèse.

Il se dit figurément, surtout au pluriel, des Discours dans lesquels on ne s'exprime que d'une manière indirecte, par crainte ou par ménagement, par délicatesse, etc. Pourquoi ces détours? Parlez-moi franchement. Prendre des détours, de grands, de longs détours, Parler sans détour, sans aucun détour.

Il désigne également Toute espèce de biais, de moyens adroits, de ruse, de subtilité, pour éluder quelque chose, pour venir à bout de ce qu'on veut faire. Je connais ses tours et détours. Le détour est fin. User de détours. Voilà un détour que je n'avais point prévu.

Être sans détour, Être loyal, franc, ne jamais user de faux-fuyants.

détour


DÉTOUR, s. masc. [Dé-tour; 1re é fer.] 1°. Sinuosité: les détours que fait une rivière. = 2°. Endroit qui va en tournant. "Il y a un détour à droite, à gauche. "Le voleur l'attendit à un détour. 3°. Chemin qui éloigne de la route que l'on tient. "Ne passez pas par là, vous feriez un trop grand détour. 4°. Figurément, adresse, subtilité. "Il m'a doné d'un détour. "Je connois ses tours et ses détours. = Prendre de longs détours, ou simplement, des détours, c'est dans le discours, parler de chôses et aûtres, pour en venir ensuite adroitement à ce qu'on veut proposer ou demander.
   Rem. Le P. Barre dit doner des détours, pour dire, employer des artifices, des subterfuges. "Le Duc, aussi délié que lui, le suivit par tous les détours qu'il lui dona. On dit simplement, le suivit dans tous ses détours. On dit bien doner d'un détour, et nous venons de le dire d'après l'Acad. mais c'est une expression familière, et elle ne s'emploie point au pluriel. — Bossuet dit aussi, doner des détours, mais dans un autre sens, dans le sens de détorquer, ou détourner. "Rien de plus forcé que les détours qu'on done à ces passages, dans sa secte. Cela n'est point de l'usage actuel.

Synonymes et Contraires

détour

nom masculin détour
1.  Tracé sinueux.
2.  Parcours supplémentaire.
3.  Moyen indirect.
Traductions

détour

Ausflucht, Ausrede, Ausweg, Flause, Umschweif, Umwegomweg, draaierij, smoes, smoesje, toevlucht, bocht, omslag, omleidingdetour, resortהקפה (נ), התעקלות (נ), כרכור (ז), מעקף (ז), סחור סחור, עיקוף (ז), עִקּוּףudflugt, omvejĉirkaŭiro, ĉirkaŭvojo, elturniĝodeviazione, giro di paroleتـَحْوِيلoklikaπαράκαμψηrodeokiertotiezaobilaženje回り道우회omveiobjazddesvioобъездomvägอ้อมgüzergah değiştirmeđường vòng迂回路 (detuʀ)
nom masculin
1. trajet plus long faire un détour
2. courbe les détours d'une route
3. figuré avec franchise, directement parler sans détour

détour

[detuʀ] nm
(= chemin plus long) → detour
faire un détour → to make a detour
ça vaut le détour → it's worth the trip
(= tournant) → bend
au détour de → at the bend in
(fig) (= subterfuge) → roundabout means
sans détour → plainly